Entrepreneur individuel classique et micro entrepreneur : quelles différences ?

difference-micro-entreprise.jpg
difference-micro-entreprise.jpg

Entrepreneur individuel classique et micro entrepreneur : quelles différences ?

265 lecteurs
Sommaire de l'article

Micro-entrepreneurs et entrepreneurs classiques : quelles sont les distinctions ?

Vous envisagez de lancer votre propre entreprise, mais vous hésitez entre l’entreprise individuelle et la micro-entreprise. Il peut être difficile de faire un choix éclairé en raison des nombreux points communs entre ces deux structures juridiques.

Il existe cependant des différences importantes à connaître. Découvrez ces distinctions dans le prochain article !

Apprenez-en davantage sur les concepts de microentreprise et d’entreprise individuelle.

Tout d’abord, il ne faut pas oublier que l’entreprise individuelle et la micro-entreprise n’ont PAS de personnalité juridique comme c’est le cas pour les sociétés. En fait, ces entreprises n’ont pas un statut juridique qui leur est propre. En d’autres termes, lorsque vous optez pour ce type d’entreprise, vous vous engagez dans un déséquilibre d’actifs qui pourrait vous causer du tort en cas de problèmes financiers.

L’une des principales différences à noter à ce stade est que la personne qui décide de créer une micro-entreprise a droit à un régime plus facile puisqu’elle disposera d’une souplesse d’obligations bien supérieure à celle de l’entreprise individuelle.

Quelles sont les principales différences entre l’entreprise individuelle et la microentreprise ?

Il est incontestable que ces deux types d’entreprises ont des points communs, cependant elles diffèrent à plusieurs niveaux.

Obligations comptables

La première distinction à noter est que le micro-entrepreneur n’est pas tenu de respecter une obligation comptable stricte. En fait, il doit seulement tenir un journal dans lequel toutes les factures et tous les reçus sont complets. En outre, il doit garder la trace des achats et des ventes et conserver dans un endroit sûr les reçus des travaux effectués.

Voir Aussi  Tout sur la renégociation d'un prêt immobilier

Le propriétaire unique, quant à lui, est tenu à une obligation plus stricte. Il est tenu d’établir un système comptable adéquat. Outre le fait qu’il doit présenter ses comptes chaque année, l’entrepreneur individuel doit également disposer d’un grand livre et d’un livre-journal, par exemple.

Si vous n’êtes pas sûr des exigences comptables spécifiques auxquelles vous devez répondre, n’hésitez pas à contacter un comptable agréé. Il pourra vous aider dans vos démarches et vous éviter toute erreur de déclaration.

En outre, nous vous suggérons d’ouvrir un compte dans une banque d’affaires afin de séparer vos finances personnelles de celles de votre micro-entreprise.

Le chiffre d’affaires

Nous devons également préciser que la micro-entreprise doit respecter le strict respect d’un seuil de chiffre d’affaires à ne pas dépasser. En général, ce seuil varie en fonction du type d’activité exercée. Il est de 72500 euros s’il s’agit d’une activité qui est un service.

En revanche, il n’y a pas de limite de chiffre d’affaires dans le cas d’une entreprise individuelle. Cela signifie que la classification des microentreprises est plus adaptée aux petites entreprises.

Fiscalité

À ce stade, n’oubliez pas que les micro-entrepreneurs bénéficient d’un régime fiscal plus souple et plus avantageux. Ils peuvent bénéficier d’une déduction forfaitaire, ce qui signifie qu’ils n’ont pas à déterminer leurs dépenses. De plus, il peut choisir de s’acquitter de ses obligations fiscales par le biais d’une déduction unique sur le montant qu’il gagne. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que l’entrepreneur est considéré comme un consommateur final de la TVA. Il n’est donc pas tenu de facturer la TVA à ses clients, ni même de la déclarer.

Voir Aussi  Guide 2023 - quelle banque ou compte professionnel en ligne choisir pour EI et EIRL ?

Cependant, le système fiscal n’est pas du tout le même dans le cadre d’une entreprise individuelle. L’entrepreneur individuel est soumis à une base d’imposition distincte. Elle est déterminée sur la base des revenus réalisés. En outre, il est tenu de déclarer ses revenus annuels. Contrairement aux micro-entrepreneurs, son impôt est la TVA. Il est tenu de collecter l’impôt et de le déclarer aux autorités fiscales.

Le régime social

Le micro-entrepreneur fait partie du régime de sécurité sociale qui concerne les entrepreneurs indépendants. Il est donc soumis au paiement de cotisations de sécurité sociale qui sont fonction de ses revenus. En général, le montant de ces paiements est calculé en tenant compte de la nature de l’entreprise.

Les entrepreneurs individuels, quant à eux, sont soumis au système de sécurité sociale. Contrairement au micro-entrepreneur qui paie les cotisations de sécurité sociale en fonction des résultats de son activité.

N’hésitez pas à lire notre mini-guide sur la création d’une micro-entreprise pour vous aider dans les premières démarches.

Bruno Martins

4.9/5 - (20 votes)
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour haut de page