contact@centenaire.org 4961 euros brut en net
centenaire.org

Devenir Conchyliculteur : missions, salaire et formation

Devenir Conchyliculteur : missions, salaire et formation
Devenir Conchyliculteur : missions, salaire et formation

Devenir Conchyliculteur : missions, salaire et formation

1 123 lecteurs
Sommaire de l'article

La profession de conchyliculteur vous intéresse ? Vous appréciez la polyvalence et avez une bonne condition physique ? Vous êtes une personne observatrice qui aime l’eau et la nature. N’hésitez plus et parcourez notre fiche métier pour avoir toutes les informations relatives aux missions, salaire et formations de ce métier de passionnés.


Profil type pour devenir Conchyliculteur

Un conchyliculteur est un professionnel cultivateur qui va travailler différents types de coquillages, comme des moules, des huîtres, des coques ou des palourdes. Il va exercer sur des concessions du domaine public maritime qui durent 35 ans. Afin d’avoir la possibilité de s’installer sur l’une d’elles, il doit justifier de l’une des qualifications de la profession.

La conchyliculture regroupe plusieurs cultures dont :

  • L’ostréiculture qui est la production d’huîtres (principale production conchylicole française) ;
  • La cérastoculture qui est la production des coques ;
  • La vénériculture qui est celle des palourdes ;
  • La mytiliculture qui produit des moules ;
  • La pectiniculture qui produit des coquilles Saint-Jacques et autres pectinidés ;
  • L’halioticulture qui produit des ormeaux.

Voici les principales missions du conchyliculteur : 

  • Collecter : Il va prendre les collecteurs en mer puis les positionner afin de procéder au captage, à la mise en place des bouchots, à la préparation des installations de captage sur cordes, et au positionnement des cordes.
  • Surveiller : Il va surveiller le développement des larves. 
  • Détroquer :  Il va décoller les larves des naissains, les trier et les répartir en poches en fonction des calibres. 
  • Laver : Il va laver les huîtres avant de les mettre dans un bassin de dégorgeage. 
  • Gérer : Il va s’assurer que la table de conditionnement sur laquelle les huîtres sont triées est bien alimentée.
  • Entretenir : Il doit entretenir les parcs à coquillages mais aussi s’occuper de son bateau et faire en sorte qu’il soit en état de marche tout comme son matériel de travail et d’exploitation. 
Voir Aussi  Devenir Tapissier : missions, salaires et formation

Qualités pour devenir Conchyliculteur

Le conchyliculteur est un professionnel qui possède une grande technique, mais aussi des qualités humaines importantes pour son travail. En voici quelques-unes : 

  • Être rigoureux : Il va maîtriser ses gestes à la perfection et aime la minutie.  
  • Avoir une bonne condition physique : Une solide condition physique est très importante dans le métier de conchyliculteur, car il va travailler longtemps dans des positions difficiles, refaire les mêmes gestes en permanence, porter de lourdes charges par tous les temps.
  • Savoir être polyvalent : Il va devoir faire preuve d’adaptabilité aussi bien au niveau de ses cultures que de la météo. 

Un diplôme est-il obligatoire pour devenir Conchyliculteur ? 

C’est un métier technique, un CAP est un minimum requis.

Formations pour devenir conchyliculteur

Voici des formations possibles : 

Niveau CAP :

CAP de conchyliculture

Accessible en deux ans, ce CAP permettra à son titulaire d’être chargé de l’élevage des huîtres et des coquillages (moules, palourdes…). Il pourra reconnaître les espèces, surveiller leur reproduction, préparer les terrains d’élevage, suivre les étapes de la croissance, participer à la surveillance sanitaire de la production. Au stade de l’expédition, il pourra assurer le lavage, le triage, le calibrage, le stockage et l’emballage. Il saura utiliser et entretenir le matériel conchylicole.

Niveau BAC :

Bac pro Productions Aquacoles

Ce BAC pro production aquacoles se prépare en trois ans après la classe de 3ᵉ. Les élèves entrent en 2ᵉ professionnelle agricole productions pour préparer cette spécialité du Bac pro. L’accès est différent pour les élèves en apprentissage qui entrent directement dans cette spécialité de Bac pro sans passer par une 2ᵉ pro famille de métiers. Les élèves titulaires de certains CAP du même secteur peuvent également le préparer en deux ans sous certaines conditions.

Voir Aussi  Témoignage : Transformer sa passion en métier en devenant blogueur

Le titulaire de ce BAC pro organisera la reproduction selon un plan de sélection. De plus, il appréciera le comportement, l’état sanitaire ainsi que l’écosystème aquatique dans lequel évoluent les coquillages. Il choisira des équipements adaptés notamment en termes d’approvisionnement et de traitement de l’eau et distribuera l’alimentation des animaux au regard de leurs spécificités. Le titulaire maîtrisera les techniques de prélèvement des sujets commercialisables, les conditionnera et les stockera. Pour finir, il pourra également travailler en vente directe dans des locaux aménagés.

Niveau Bac + 2 :

BTSA aquaculture

Ce BTSA Aquaculture, en deux ans après un BAC pro productions aquacoles ou Bac pro cultures marines, un BAC STAV, un autre Bac technologique ou un Bac scientifique, forme les étudiants à la gestion d’une entreprise aquacole. La formation est axée en premier lieu sur l’étude des milieux aquatiques naturels et artificiels et sur la connaissance des espèces d’élevage.

Niveau Bac + 3 :

Licence Professionnelle production animale spécialité aquaculture

Accessible après un Bac + 2, cette licence permettra à ses diplômés de devenir des spécialistes des productions aquacoles et de l’aquariologie. Ils pourront avoir une approche systémique des entreprises, des filières et des territoires dans lesquels ils s’intègrent.

Formation continue :

Si vous souhaitez vous réorienter, sachez que vous pouvez préparer grâce à la formation continue :

  • Le BPAM (Brevet Professionnel Agricole Maritime) productions aquacoles ;
  • Le CACNC (Certificat d’Aptitude à la Conduite des Navires Conchylicoles) ;
  • Le CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) gestionnaire d’entreprise de commerce du poisson et de la conchyliculture.

Devenir Conchyliculteur : Quelles sont les débouchés ?

Un avenir intéressant se profile pour le conchyliculteur qui pourra, avec de l’expérience, devenir responsable de production, écailleur ou pêcheur.

Il pourra même imaginer s’installer à son compte et devenir spécialiste d’une des étapes du travail comme le captage, l’affinage, l’écloserie ou la commercialisation. 

Voir Aussi  Devenir Chef d’orchestre : missions, salaire et formation

Salaire d’un conchyliculteur

1image1

Le salaire d’un conchyliculteur débutant correspond au SMIC. Plus il aura de l’expérience, plus son salaire augmentera. S’il souhaite s’installer à son compte, ses revenus pourront être très confortables, allant de 3 000 € à 3 800 € par mois.

Devenir salarié en tant que Conchyliculteur

2image2

Afin de trouver un emploi en tant que conchyliculteur, vous pouvez regarder sur des sites spécialisés comme Ostrea ou encore coquillages ou l’ANEFA.


Avantages et inconvénients du métier de Conchyliculteur

Le métier de Conchyliculteur offre aux professionnels une excellente opportunité de s’investir dans un secteur en plein essor. Il s’agit d’un métier très technique et exigeant, qui demande une formation spécifique et un savoir-faire pointu.

Mais le métier de Conchyliculteur présente également des avantages et des inconvénients. Pour mieux comprendre ces avantages et inconvénients, voici un tableau comparatif :

Avantages Inconvénients
Un métier qui offre des perspectives d’emploi Une formation spécifique et très exigeante
Une profession très technique Un environnement très concurrentiel
Une grande satisfaction personnelle Des horaires parfois difficiles à gérer

Ainsi, le métier de Conchyliculteur offre aux professionnels un excellent moyen de s’investir dans un domaine en plein essor et de se perfectionner avec des compétences techniques. De plus, le travail peut être très gratifiant, car les professionnels peuvent voir leurs efforts récompensés.

Cependant, il faut aussi garder à l’esprit que le travail est très exigeant et que le marché est très concurrentiel. En outre, les horaires peuvent parfois être difficiles à gérer et la formation nécessaire est très longue et coûteuse.

Pour ces raisons, devenir Conchyliculteur n’est pas une décision à prendre à la légère. Il est important de peser le pour et le contre et de se renseigner sur le métier avant de se lancer.

4.1/5 - (18 votes)
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour en haut