Crédit immobilier sur 30 ans : les tendances du marché

3166-650x320.jpg
3166-650x320.jpg

Crédit immobilier sur 30 ans : les tendances du marché

33 lecteurs
Sommaire de l'article

Le prêt immobilier à long terme : quelles sont les nouveautés en 2018 ?

La conjoncture économique de cette année ne se caractérise pas seulement par une stabilisation du taux moyen ; cependant, elle se caractérise aussi par une hausse des prix des logements. Au final, de nombreuses familles ont du mal à financer l’achat de leur premier logement. Les banques ont trouvé la solution pour mettre fin à cette tendance. En effet, il est intéressant d’opter pour un prêt à 30, voire 35 ans. Au premier mois de mars, les taux sur 30 ans étaient d’environ 1,78 %, hors assurance pour l’emprunteur. En allongeant la durée des prêts, les banques améliorent le pouvoir d’achat des ménages, même modestes.

Cependant, si le coût total augmente avec le temps, les taux pratiqués n’ont jamais été aussi bas pour les prêts à long terme. En outre, selon les taux que les banques communiquent aux courtiers, plus de 50 % des banques ont des taux inférieurs à 1,70 % sur une période de 20 ans. Dans le passé, il était possible de contracter seulement 4000 euros, avec un revenu mensuel net de 2200 euros. Aujourd’hui, une personne disposant du même montant peut obtenir un montant de 200 euros.

En 2017, il était difficile pour les familles à faibles revenus de retirer le montant supérieur à la valeur de leur bien. La stabilité et la baisse des taux d’intérêt ont rendu cette pratique courante. Ainsi, le prêt immobilier peut être utilisé pour payer les frais de transaction, comme les honoraires d’un agent immobilier, les frais de notaire, etc.

Si vous recherchez un prêt à long terme, soyez prudent lors de la conclusion d’une transaction.

Pour pouvoir bénéficier d’un prêt sur 30 ans, il est essentiel que le ratio de votre dette soit plus faible. Si le taux d’endettement est supérieur à 33 %, votre banque pourrait ne pas approuver le prêt. Il est préférable que le taux soit compris entre 10 et 15 pour cent. Vous devez également apporter une somme importante de votre propre argent. En général, les banques exigent un dépôt de 10. Toutefois, vous pouvez verser un montant compris entre 20 et 30 %. Cela signifie que vous bénéficierez d’un taux plus faible.

Pour réduire la dépense totale de votre prêt immobilier, pensez à négocier les frais de dossier. Si vous contractez un prêt de 200 000 euros sur 20 ans au taux de 4 %, les frais de dossier peuvent par exemple s’élever à 1 000 euros. Cela représente une augmentation de 0,08 % du taux d’intérêt que vous payez. Toutefois, la plupart des banques ne facturent pas les frais de dossier afin de rester compétitives par rapport aux autres banques. Il est donc préférable de choisir une banque qui propose un taux d’intérêt inférieur pour la même durée de prêt sans frais de dossier.

Lorsque vous signez le contrat de prêt, il est essentiel de négocier des indemnités de remboursement anticipé. En réalité, elles représentent le manque à gagner pour le banquier. Si vous décidez de vendre votre bien avant l’expiration du prêt, vous devrez payer des frais qui sont fixés à six mois d’intérêts ou jusqu’à 3 % du capital restant dû. À l’issue des négociations, vous pouvez bénéficier d’une exonération.

Soyez le premier à voter
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour haut de page