Trésors d'archives > Photographie > Les photographies du quotidien Excelsior

Les photographies du quotidien Excelsior

Créé en 1910, Excelsior est un des premiers quotidiens français illustré de photographies. En 1914, dès la déclaration de guerre, le journal se dote d’un staff de photographes et publie entre 20 et 30 photographies chaque jour. Sur le front, sous le contrôle du service de presse des armées ou, le plus souvent, à l'arrière, ces photojournalistes tiennent le journal en images de la Grande Guerre. Depuis la mobilisation générale, l'évacuation des gouvernements belges et français, l'arrivée des troupes étrangères, le travail des femmes, des enfants ou de la main d'œuvre coloniale dans les usines d'armement, les destructions, les procès pour trahison, les mouvements d'entraide ou les avancées de la médecine, jusqu’à la victoire et la signature du traité de Versailles en 1919, les photos, inédites depuis leur publication initiale, chroniquent les conséquences du conflit sur la vie des français. Excelsior cessera de paraître en 1940. Ses archives photographiques sont aujourd'hui conservées par le journal l'Équipe. 5 000 photos, sélectionnées parmi les 20 000 plaques de verre 9x12 qui couvrent la période 1914-1919 sont diffusées en exclusivité par l’agence Roger-Viollet

Du 21 mai au 22 juin 2014, la Parisienne de Photographie a présenté à l'Orangerie du Luxembourg une exposition exceptionnelle retraçant en 120 photographies grand format la vie des Français durant la Première guerre mondiale. Ce projet, tout comme le livre Jours de guerre 1914-1918 (éditions Les Arènes 2013) dont il était le prolongement, a vu le jour grâce à la numérisation récente du fonds photographique d’Excelsior, quotidien parisien édité entre 1910 et 1940. L'exposition, qui dévoilait des images pour la plupart inédites depuis leur première publication dans les pages du journal était présentée dans le cadre des manifestations de L'été du Sénat ; elle a accueilli en un mois plus de 47 500 visiteurs, dont de nombreux visiteurs étrangers.  

L'exposition est disponible à la circulation en France, dans son intégralité ou par modules de 30 ou 50 photographies prêtes à accrocher > en savoir plus

La France décrète la mobilisation générale, le 1er août 1914. Un officier porté en triomphe à la gare de l'Est. Photographie parue dans le journal "Excelsior" le dimanche 2 août 1914.
La France décrète la mobilisation générale, le 1er août 1914. Un officier porté en triomphe à la gare de l'Est. Photographie parue dans le journal "Excelsior" le dimanche 2 août 1914.
© Caudrilliers / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Cinquième journée de mobilisation à Paris. Départ du 5ème de ligne : soldats portant leur médaille d'identité, 6 août 1914.
© Caudrilliers / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Treizième journée de mobilisation à Paris. "On rafraîchit nos braves tirailleurs partant pour le front" en gare de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), le 14 août 1914.
© Caudrilliers / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Femme contrôleuse de tramways, début septembre 1914.
© Caudrilliers / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

Après la retraite de la Marne, aux environs de Reims, fin septembre-début octobre 1914. Colonne de prisonniers de la garde prussienne à Rilly-la-Montagne (Marne), conduite sous bonne escorte vers une gare voisine. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du jeudi 1er octobre 1914.

© Wackernie / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Deux "Tauben" ont survolé Paris, le 11 octobre 1914, tuant trois personnes et en blessant quatorze autres. Un cheval tué rue Saint-Antoine. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du lundi 12 octobre 1914.
© Caudrilliers / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Dans les tranchées de première ligne, novembre 1914 : la corvée de terrassement. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du mercredi 25 novembre 1914.
© Caudrilliers / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

"Le patriotisme de l'or", début juillet 1915. "A la Banque de France, à Paris, comme dans chacune de ses succursales sur toute l'étendue du territoire, une généreuse émulation conduit tous les citoyens désireux de répondre à l'appel du ministre des Finances. Il faut de l'or pour faire la guerre. Les Français viennent aux guichets recevoir du papier et un récépissé, déposant en échange leurs louis dorés sortis du bas de laine de l'épargne. En une semaine, près de quatorze millions ont été échangés, et les déposants se font plus nombreux de jour en jour". Photographie parue dans le journal "Excelsior" du vendredi 9 juillet 1915.

© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Cérémonies d'anniversaire de la victoire de la Marne, le 12 septembre 1915. Aux champs de bataille de l'Ourcq.
© Piston / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Blessé équipé d'une nouvelle attelle semi-rigide extensible pour le traitement des fractures, à l'hôpital auxiliaire Janson-de-Sailly. Paris (XVIème arr.), début novembre 1915. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du samedi 6 novembre 1915.
© Piston / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

L'arrivée des troupes russes à Marseille (Bouches-du-Rhône). Le défilé des troupes, le 21 avril 1916 : Ivan Pawlowich, la mascotte d'un régiment. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du dimanche 23 avril 1916.

© Piston / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

"La fabrication des casques et l'une des plus typiques industries de la guerre". Découpage de la visière. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du samedi 29 janvier 1916.

© Wackernie / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Les travailleurs chinois dans les manufactures de guerre transportant des barres de 75, région de Lyon (Rhône), mi-septembre 1916.
© Piston / Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

Partie de "base-ball" à Colombes ("peut-être la première disputée en France"), entre soldats des ambulances américaines. Hauts-de-Seine, le 24 juin 1917. "Un joueur vient d'attraper la balle que vient de manquer le "catcher"". Photographie parue dans le journal "Excelsior" du lundi 25 juin 1917.

© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Mise à jour de la carte du front, offerte par "Excelsior" aux Parisiens, boulevard des Italiens, fin août 1917.
© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Scène de rue : un repas sur un camion, devant un commerce de café et de liqueurs. Paris, fin mai 1917.
© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
"Halles de guerre, le marché des soldats". Ravitaillement des corps de troupes, unités casernées dans Paris et la proche banlieue et hôpitaux militaires, aux Halles, fin mai 1917.
© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

Les grèves parisiennes au sujet de la semaine anglaise et contre la vie chère, fin mai 1917 : après les couturières et les modistes, beaucoup de corsetières et de fourreuses ont cessé de travailler. "Les grévistes de l'aiguille au Palais-Bourbon : les grilles ont été fermées. Portée par ses camarades, une gréviste expose à des députés les revendications des petites ouvrières".

© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Les femmes ramoneuses : "deux jeunes modistes, abandonnant fil et aiguilles, deviennent ramoneuses". Au travail sur les toits. Paris, novembre 1917. Photographie parue dans le journal "Excelsior" de novembre 1917.
© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
Le retour, par le pont de Kehl, rive gauche du Rhin, près de Strasbourg, "des Alsaciens-Lorrains que les Allemands nous renvoient". Fin novembre 1918.
© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet

Signature du traité de Versailles : la séance historique dans la Galerie des Glaces. M. Clemenceau invite les délégués allemands, Messieurs Hermann Muller et Bell, à signer. A sa droite, se tient M. Wilson. A sa gauche, David Lloyd George. Versailles (Yvelines), 28 juin 1919.

© Excelsior – L'Equipe / Roger-Viollet
  • La France décrète la mobilisation générale, le 1er août 1914. Un officier porté en triomphe à la gare de l'Est. Photographie parue dans le journal "Excelsior" le dimanche 2 août 1914.
  • Cinquième journée de mobilisation à Paris. Départ du 5ème de ligne : soldats portant leur médaille d'identité, 6 août 1914.
  • Treizième journée de mobilisation à Paris. "On rafraîchit nos braves tirailleurs partant pour le front" en gare de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), le 14 août 1914.
  • Femme contrôleuse de tramways, début septembre 1914.
  • Après la retraite de la Marne, aux environs de Reims, fin septembre-début octobre 1914. Colonne de prisonniers de la garde prussienne à Rilly-la-Montagne (Marne), conduite sous bonne escorte vers une gare voisine. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du jeudi 1er octobre 1914.
  • Deux "Tauben" ont survolé Paris, le 11 octobre 1914, tuant trois personnes et en blessant quatorze autres. Un cheval tué rue Saint-Antoine. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du lundi 12 octobre 1914.
  • Dans les tranchées de première ligne, novembre 1914 : la corvée de terrassement. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du mercredi 25 novembre 1914.
  • "Le patriotisme de l'or", début juillet 1915. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du vendredi 9 juillet 1915.
  • Cérémonies d'anniversaire de la victoire de la Marne, le 12 septembre 1915. Aux champs de bataille de l'Ourcq.
  • Blessé équipé d'une nouvelle attelle semi-rigide extensible pour le traitement des fractures, à l'hôpital auxiliaire Janson-de-Sailly. Paris (XVIème arr.), début novembre 1915. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du samedi 6 novembre 1915.
  • L'arrivée des troupes russes à Marseille (Bouches-du-Rhône). Le défilé des troupes, le 21 avril 1916 : Ivan Pawlowich, la mascotte d'un régiment. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du dimanche 23 avril 1916.
  • . "La fabrication des casques et l'une des plus typiques industries de la guerre". Découpage de la visière. Photographie parue dans le journal "Excelsior" du samedi 29 janvier 1916.
  • Les travailleurs chinois dans les manufactures de guerre transportant des barres de 75, région de Lyon (Rhône), mi-septembre 1916.
  • Partie de "base-ball" à Colombes ("peut-être la première disputée en France"), entre soldats des ambulances américaines. Hauts-de-Seine, le 24 juin 1917. "Un joueur vient d'attraper la balle que vient de manquer le "catcher"". Photographie parue dans le journal "Excelsior" du lundi 25 juin 1917.
  • Mise à jour de la carte du front, offerte par "Excelsior" aux Parisiens, boulevard des Italiens, fin août 1917.
  • Scène de rue : un repas sur un camion, devant un commerce de café et de liqueurs. Paris, fin mai 1917.
  • "Halles de guerre, le marché des soldats". Ravitaillement des corps de troupes, unités casernées dans Paris et la proche banlieue et hôpitaux militaires, aux Halles, fin mai 1917.
  • Les grèves parisiennes au sujet de la semaine anglaise et contre la vie chère, fin mai 1917.
  • Les femmes ramoneuses : "deux jeunes modistes, abandonnant fil et aiguilles, deviennent ramoneuses". Au travail sur les toits. Paris, novembre 1917. Photographie parue dans le journal "Excelsior" de novembre 1917.
  • Le retour, par le pont de Kehl, rive gauche du Rhin, près de Strasbourg, "des Alsaciens-Lorrains que les Allemands nous renvoient". Fin novembre 1918.
  • Signature du traité de Versailles : la séance historique dans la Galerie des Glaces. M. Clemenceau invite les délégués allemands, Messieurs Hermann Muller et Bell, à signer. A sa droite, se tient M. Wilson. A sa gauche, David Lloyd George. Versailles (Yvelines), 28 juin 1919.
informations
sources
Agence Roger-Viollet
Diaporama (série d'images thématique)