Espace pédagogique > Services Educatifs > Le service éducatif des Archives départementales des Hautes-Pyrénées

Le service éducatif des Archives départementales des Hautes-Pyrénées

Cimetière de Bonnefont, célébration d’une messe à l’attention de prisonniers allemands.
© Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Depuis la rentrée scolaire 2013-14, le service éducatif des Archives départementales des Hautes-Pyrénées propose deux outils pédagogiques mis en œuvre en collaboration avec l’Éducation nationale autour de la Première Guerre mondiale.

Le premier d’entre eux, Les Hautes-Pyrénées dans la Grande Guerre, se compose de fiches thématiques en lien avec le programme scolaire et articulées autour de documents d’archives : par leur biais, l’enseignant peut ainsi aborder différents aspects de ce conflit vécu depuis l’arrière.

Les sources conservées aux Archives départementales permettent en effet évoquer des points rarement étudiés de la « guerre totale » : la mobilisation en masse et les rares refus de la conscription en 1914 ; la mobilisation des femmes et des « coloniaux » malgaches et indochinois dans les arsenaux qui tous contribuent à l’effort de guerre ; les bouleversements socio-économiques ; l’inflation liée au conflit ; l’omniprésence de la censure ; la recherche de nouveaux moyens « technologiques », avec les progrès de l’aviation militaire ou de l’hydroélectricité…

La mobilisation de nombreuses entreprises pour les fournitures du front, dont certaines nous paraissent aujourd’hui bien désuètes (sabots, roues de chars en bois, sellerie…) offre en particulier un aspect original de cette mobilisation à l’arrière.

Autre élément très peu connu de cette période, les camps de prisonniers et de travail qui éclairent d’une lumière inédite le sort des prisonniers de guerre civils et militaires de « l’autre camp ». Dans les Hautes-Pyrénées, deux camps ont été recensés : celui de Garaison destiné à l’internement de civils allemands, austro-hongrois, tchèques ou encore ottomans et celui de Bonnefont dédié à l’incarcération des militaires.

Au final, comme en témoigne le contenu de ce dossier, la documentation haut-pyrénéenne offre donc un excellent aperçu du conflit et de ses implications dans un département « de l’arrière » qui a par ailleurs payé un lourd tribut humain.

Le second dossier, Parcours de Poilus, est quant à lui consacré aux Morts pour la France et aux anciens combattants : l’objet de cet atelier consiste à retracer l’histoire et l’itinéraire de soldats engagés sur les différents fronts du conflit.

Fondé sur l’exploitation des monuments aux morts et associé à une découverte du monde des archives, cet atelier est conçu de manière à être adapté à tous les cycles d’enseignement et à chaque commune du département.

Il repose sur un triple temps de recherche : la collecte des noms inscrits sur le monument aux morts d’une commune, la recherche de ceux-ci sur le site Mémoire des Hommes et la consultation des feuillets matricules les concernant en vue d’une exploitation en classe.

Cet atelier peut être approfondi par l’utilisation de sources complémentaires telles que les dossiers d’anciens combattants, les dossiers communaux relatifs à l’aménagement des monuments aux morts ou encore la documentation privée de Poilus (correspondance, carnets de bord, photographies…).

Ces dossiers ainsi que l’offre pédagogique proposée par le service éducatif des Archives départementales des Hautes-Pyrénées sont disponibles sur les pages du site du Conseil général.

Concernant l’atelier Parcours de Poilus, les registres matricules des classes 1859 à 1921 sont consultables en ligne sur le site des Archives départementales des Hautes-Pyrénées.