En France > Nord Pas de Calais > Pas de Calais > Ouverture du centre d’interprétation de Souchez, « Lens 14-18, centre d’histoire Guerre et Paix »

Ouverture du centre d’interprétation de Souchez, « Lens 14-18, centre d’histoire Guerre et Paix »

Le centre d'interprétation 14-18 de Souchez.
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Situé au pied de la colline de Notre-Dame-de-Lorette, le centre d’interprétation « Lens 14-18 centre d’histoire Guerre et Paix » ouvre ses portes le 9 juin 2015. Maillon essentiel du dispositif des Chemins de mémoire du Nord-Pas de Calais et destiné à un large public, le centre d’interprétation a pour vocation de sensibiliser et d’informer sur le déroulement de la Première Guerre mondiale dans la région.

Un haut-lieu de mémoire

Le nord de la France a été pendant la Grande Guerre le théâtre de violentes offensives. 580 000 hommes de nationalités différentes y ont perdu la vie et près de 300 villages ont été anéantis, dont Souchez, commune détruite lors des combats de 1915.

Situé au pied de la principale nécropole française de la Grande Guerre et du premier mémorial international rendant hommages à ces 580 000 combattants, le centre d’interprétation de Souchez est au cœur d’une concentration unique de sites mémoriels majeurs de la Grande Guerre : français (la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette, le cimetière de la Targette), britanniques (cimetière du Cabaret Rouge, mémorial du Dud Corner à Loos-en-Gohelle, Carrière Wellington à Arras), canadiens (Parc et Mémorial  commémoratifs de Vimy), allemands (Cimetière de la Maison Blanche à Neuville-Saint-Vaast), internationaux (Anneau de la mémoire à Ablain-Saint-Nazaire, monument de la fraternisation à Neuville-Saint-Vaast).

Un équipement unique dans la région

Portée par la communauté d’agglomération de Lens-Liévin, l’installation du centre d’interprétation s’inscrit, un siècle après la « Deuxième bataille d’Artois », dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre et de la valorisation du site de la Nécropole de Notre-Dame-de-Lorette.

Conçu par l’architecte et scénographe Pierre-Louis Faloci, le site est pensé en lien avec l’Anneau de la mémoire et englobe l’ancien centre européen de la paix. Son organisation architecturale et paysagère propose ainsi un immense cadrage sur le paysage. D’une surface de 1 200m², dont 650m² consacrés à l’exposition permanente, le bâtiment alterne volumes de bétons noirs et volumes de haies taillées, repères des notions de guerre et de paix.

Un programme historique clair et rigoureux

Porte d’entrée de la visite des Chemins de mémoire du Nord-Pas de Calais, le centre d’interprétation de Souchez dresse un récit clair et synthétique des événements qui ont frappé la région pendant la Première Guerre mondiale. Conçue par un comité scientifique international présidé par Yves le Maner, l’exposition intègre, de manière chronologique et thématique, les sept grandes étapes du conflit dans la région : la guerre de mouvement (août-octobre 1914), la guerre de tranchées, la guerre d’usure, celle des offensives meurtrières, l’occupation du Nord par l’armée allemande, le retour de la guerre de mouvement (mars-novembre 1918), la mort au front, l’« Enfer du Nord », les ruines et la grande reconstruction.

Utilisant les ressources des technologies audiovisuelles et informatiques (vidéoprojections, cartes animées, table et tablettes tactiles), l’exposition s’appuie sur une iconographie très riche (photos et films) collectée dans de nombreux centres d’archives, en France et à l’étranger. Elle présente également une série d’objets évoquant la vie et les combats des soldats des tranchées entre 1914 et 1918.

En résonnance avec l’anneau de la mémoire, le centre comprend également un espace mémoriel qui permet de consulter les 580 000 fiches de soldats morts sur le sol du Pas-de-Calais, toute nationalité confondue.

Les visiteurs pourront aussi y découvrir sur table tactile le front de la Grande Guerre dans le Nord-Pas de Calais, vaste photomosaïque réalisée à partir de photographies aériennes d’archives.

Informations pratiques

Inauguré le 30 mai, le centre d'interprétation de Souchez ouvrira ses portes au public à partir du 9 juin 2015.

Gratuit

localisation