Réduire les frais d’un contrat d’assurance-vie : comment faire ?

frais-assurance-vie.jpg
frais-assurance-vie.jpg

Réduire les frais d’un contrat d’assurance-vie : comment faire ?

416 lecteurs
Sommaire de l'article

Comment réduire le coût d’un contrat d’assurance vieAssurance vie : réduire les frais assurance vie #.

Avec la baisse du taux du fonds en euros de l’assurance vie et de l’assurance décès, les assureurs incitent les épargnants à transformer leur épargne en comptes ou supports d’investissement à capital non garanti. Cela permet d’exposer l’épargne aux marchés financiers pour un meilleur potentiel de rendement à long terme.

Nous savons tous que l’orientation future des marchés financiers n’est pas garantie. En revanche, les frais sont prévisibles. La réduction des frais est un moteur de performance efficace… Si vous savez comment vous y prendre. Jetez un coup d’œil à ce billet et lisez ce tutoriel sur les coûts d’une police d’assurance-vie !

Les coûts d’une assurance vie ne sont pas aussi importants sur le long terme.

Pour réduire les coûts des polices d’assurance vie, vous devez examiner celles qui ont le plus de poids. Commençons par celles qui sont les plus légères Il existe une grande variété de frais, et il n’est pas logique de marchander un centime en ignorant les choses qui comptent vraiment !

Certains frais ne sont applicables que pour la durée de votre police d’assurance-vie. Par exemple, vous pourriez payer des frais d’entrée correspondant à un pour cent du capital investi par versement. Ils servent généralement à rémunérer le distributeur du produit (le conseiller qui vous présente le produit). Cette pratique est susceptible de disparaître, tout comme les courtiers sur Internet qui font pression sur les prix.

Si vous optez pour un contrat associatif, vous devrez également payer des frais de dossier non négociables, mais généralement peu élevés. Même s’ils sont douloureux sur le plan émotionnel, ces frais sont en fait indolores sur le plan financier car l’assurance vie est un investissement à long terme. Ils ont le potentiel de se déprécier.

L’épargnant avisé doit s’intéresser particulièrement aux frais annuels qui sont prélevés chaque année. Ces frais liés au contrat d’assurance-vie se composent de deux (voire trois) couches.

Les frais de la compagnie d’assurance qui fait partie du contrat d’assurance-vie

Tout d’abord, il y a la compagnie d’assurance-vie dont les frais annuels sont clairement indiqués dans les documents du contrat d’assurance-vie que vous souscrivez. Ils sont la contrepartie de la gestion administrative qui est effectuée par la compagnie d’assurance. Il est généralement admis qu’ils se situent entre 0,5 % et 1 %, et peuvent différer selon le fonds en euros ainsi que selon les unités de compte.

Ils sont déduits de manière différente : pour le fonds en euros, ils sont déjà inclus dans le rendement qui est dû le premier mois de l’année. Sur les comptes d’assurance-vie, les frais sont déduits chaque année en diminuant le montant des unités de compte que vous possédez. De cette façon, même si le montant de votre investissement est stable, le nombre de comptes que vous possédez diminuera, ainsi que le portefeuille. Ainsi, il suffit d’une augmentation d’un faible montant de la valeur de vos placements pour contrebalancer l’impact des frais annuels du contrat d’assurance-vie.

Voir Aussi  Sécurisation des plus-values, pour plus de prudence

Frais d’unité de compte de l’assurance-vie

Ensuite, il faut s’intéresser aux frais des unités de compte.

En effet, à moins de réaliser des investissements en titres vifs (actions directes), vous êtes tenu de placer votre épargne dans des fonds d’investissement, appelés unités de compte dans le cadre légal de l’assurance-vie.

Peu importe qu’il s’agisse d’OPCVM actifs, de SICAV, de SCPI, de FNB, le principe est le même : ce fonds prélèvera des frais pour rémunérer la gestion du fonds (sélection des titres et gestion des risques). …). Ces frais seront transparents (intégrés dans le montant d’argent investi dans la part) mais ils seront là et seront basés en fonction de la performance du portefeuille jour après jour.

C’est précisément sur ces frais que vous devez faire jouer la concurrence dans le choix de la compagnie d’assurance avec laquelle vous signez pour votre vie. Morningstar, la firme la plus réputée dans le domaine des bases de données de fonds, estime que les frais seront la mesure la plus fiable de la performance dans un avenir proche ! Vous n’avez pas besoin de chercher le gestionnaire parfait, il suffit de chercher une compagnie dont les frais sont faibles.

Vous pouvez trouver le montant des frais dans le prospectus d’un fonds (le document juridique qui explique exactement comment le fonds fonctionne). Ils figurent également dans le DICI : le document d’information clé pour l’investisseur, qui est un résumé qui vous est remis avant la souscription de l’assurance-vie.

Frais pour les unités de compte : combien devez-vous prévoir ?

A quoi se réfèrent les tarifs raisonnables d’une assurance vie ? Nous avons examiné deux sources : L’ESMA et l’AMF.

L’ESMA est l’organisme de régulation des marchés financiers en Europe. Elle publie chaque année un rapport extrêmement complet sur les performances et le coût des produits financiers proposés au grand public en Europe.

Selon le rapport le plus récent, le fonds d’actions type facture 1,4 % par an et le fonds d’obligations 0,8 % en moyenne. Si l’on se concentre sur les ETF, ils facturent moins : 0,3 % dans les deux cas. D’un point de vue géographique, l’ESMA note que les fonds français sont légèrement plus chers que la moyenne européenne.

Ce constat est corroboré par l’Autorité des marchés financiers, qui estime à 1,9 % la moyenne annuelle des frais pour les fonds actions proposés en France et à 0,65 % pour les fonds obligataires utilisés dans le cadre de l’assurance-vie.

Voir Aussi  Comment créer sa propre crypto monnaie ?

OPCVM : attention aux frais cachés !

Sachez que ces frais ne représentent souvent qu’une petite partie de la réalité. Des frais annuels fixés à 2 % peuvent être portés à 5 %, voire plus, si l’on inclut les frais de performance (prélèvement sur les bénéfices dès que le gestionnaire dépasse son indice de référence) et, parfois, les exaspérants frais de mouvement (qui augmentent les coûts dès que le gestionnaire passe un ordre).

Ces frais ne figurent pas forcément dans les baromètres cités plus haut, mais ils sont inclus dans le DICI ; toutefois, la présentation standard de ce document peut prêter à confusion.

En bref, à travers des détails mineurs, les frais peuvent s’accumuler et empêcher le plan d’assurance-vie de se développer.

Le sujet controversé des rétrocessions

De plus, un fonds peut ne pas avoir les mêmes frais pour chaque client Un fonds dans lequel on investit est généralement décomposé en unités (nommées par une lettre) : A I, R, …) qui segmentent les clients à cibler en appliquant des frais et des exigences d’investissement minimum différents.

En général, les institutions qui investissent des montants massifs ont accès aux unités qui ont les coûts les plus bas (souvent appelées I).

En revanche, les investisseurs particuliers, notamment ceux qui détiennent une assurance-vie, peuvent avoir accès à des unités dont les frais sont plus élevés, notamment en raison de la pratique de la rétrocession (l’assureur sert de distributeur et est rémunéré par les gestionnaires d’actifs, d’où la possibilité d’un conflit d’intérêts qui pourrait conduire à offrir les frais les plus élevés pour les investissements ou à ignorer les options à faible coût).

Les coûts d’un mandat de gestion pour le contrat d’assurance-vie

Nous avons presque réussi le tour de force ! Ensuite, il y a une couche supplémentaire de frais : ceux liés à la répartition des actifs. Qui décide des fonds, sélectionne une allocation optimale et l’ajuste au fil du temps ?

Si vous choisissez d’opter pour une gestion sans frais de votre épargne , vous n’aurez pas à payer de frais supplémentaires pour l’assurance-vie (mais probablement quelques frais fortuits tels que le temps de recherche, le stress…).

Si vous choisissez d’acheter un mandat de gestion pour couvrir votre police d’assurance-vie, vous devrez payer un administrateur. Il est difficile de comparer les coûts ici. Méfiez-vous des apparences ! Certains gestionnaires ont un coût faible car ils se rémunèrent par un transfert inverse des produits qu’ils ajoutent à votre portefeuille. Cela peut entraîner des conflits d’intérêts, comme nous l’avons vu plus haut.

Voir Aussi  Assurance de prêt immobilier et loi Quillot

Le cabinet Good Value For Money estime que le coût moyen pour un investisseur qui investit dans des actions dans le cadre d’une police d’assurance-vie est de 3,6 %… (tout compris qui inclut les frais de l’assureur).

Aussi, près de 50 % du rendement attendu des actions (7 %) est perdu en frais ! Il s’agit d’une moyenne. De nombreux épargnants qui ne connaissent pas les règles se voient facturer plus cher leur assurance vie.

O Votre conseil : choisissez les ETF pour réduire le coût de l’assurance-vie

Sans surprise, les ETF indiciels (produits financiers dont le gestionnaire cherche à suivre l’évolution de l’indice boursier à la hausse comme à la baisse) sont les options les moins chères en termes de frais : 0,30 % en moyenne, mais ils peuvent descendre jusqu’à 0,10 % lorsqu’ils suivent un indice très liquide, comme le S&P 500… et il y a encore une possibilité de baisse : certains ETF américains ne sont facturés que 0,01 % !

En raison de l’absence de possibilité de rétrocession, les compagnies d’assurance sont moins enclines à inclure les ETF dans leur assurance-vie… Le processus de création d’une allocation appropriée et pauvre en frais pour les ETF est un véritable obstacle pour les investisseurs et les oblige souvent à quitter la structure fiscalement avantageuse de l’assurance-vie.

Des initiatives comme celles de la société de gestion Yomoni, dont les frais sont de 1,6 % par an et au maximum pour son contrat d’assurance-vie sans autres frais, vont dans le sens d’une plus grande transparence et de la fourniture d’un service « clé en main » pour épargner.

Yomoni : frais réduits sur l'assurance vie

Les frais comprennent tout ce qui est facturé à la charge du client. Cela inclut les frais de l’enveloppe (les frais de la compagnie d’assurance-vie, par exemple) et des unités de compte (l’allocation de 100 % d’ETF) et le travail de Yomoni en tant que société de gestion qui choisit les instruments, effectue l’allocation du capital en fonction du profil de risque choisi et exécute les arbitrages au cours de la période… tout en maintenant évidemment la confiance du client.

Les frais indiqués par Yomoni doivent être comparés aux 3,6 % indiqués par Good Value for Money. Les deux représentent le coût total supporté par l’épargnant, qui inclut les frais cachés.

Avec ces frais, Yomoni n’a pas peur de la comparaison et l’encourage ! Le Yomoni-comparator, un outil interactif interne disponible sur le site, permet à chacun de constater qu’une approche basée sur les ETF peut être plus performante que 95% des fonds mixtes concurrents.

La conclusion est évidente : réduisez vos primes d’assurance vie !

Bruno Martins

5/5 - (29 votes)
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour en haut