centenaire.org

Migration vers le Cloud – Définition

videoimg

Migration vers le Cloud – Définition

486 lecteurs
Sommaire de l'article

Qu’est-ce que la migration vers le cloud ?

La migration vers le cloud implique le transfert d’applications, de processus informatiques et d’applications de bases de données sur site ou traditionnelles vers le cloud, ou le passage d’un cloud à un autre. Il est plus courant de parler de migration vers le cloud lorsqu’une entreprise passe d’une structure sur site, c’est-à-dire qu’elle possède ses propres serveurs et est physiquement située dans les locaux de son propriétaire ou gérée par celui-ci, à une base de données située dans le cloud.

La migration vers le cloud est le processus qui consiste à déplacer les applications techniques, commerciales et opérationnelles vers le cloud. La migration vers le cloud est similaire aux déménagements physiques, sauf qu’elle nécessite de déplacer les applications, les données ainsi que les opérations informatiques de certains centres de données vers d’autres centres de données, plutôt que de déplacer des objets physiques. Comme le déménagement d’un bureau vers un bureau plus grand, la migration vers le cloud computing nécessite beaucoup de planification et de travail initial ; cependant, elle se termine généralement par un résultat positif et se traduit par des économies de coûts et une plus grande flexibilité.

La plupart du temps, la  » migration vers le cloud computing  » fait référence au processus de migration d’une infrastructure existante ou sur site vers le cloud. Toutefois, ce terme peut également désigner une transition entre des services en nuage.

Qu’est-ce que l’infrastructure patrimoniale ?

Dans le domaine informatique, un matériel ou un logiciel est considéré comme « patrimonial » s’il est obsolète mais utilisé. Les processus et produits considérés comme « hérités » ne sont généralement pas aussi sûrs ou efficaces que les solutions modernes. Les entreprises qui gèrent leurs systèmes patrimoniaux risquent de prendre du retard sur leurs concurrents. Elles courent également le risque d’une violation de la sécurité de l’ information, par exemple.

Le matériel ou les logiciels peuvent devenir instables et lents à fonctionner, ou ne sont plus fournis par le fabricant. Windows XP, par exemple, est un ancien système d’exploitation qui a été lancé en 2001. Ses capacités ont été dépassées par les versions ultérieures de Windows et Microsoft a cessé de soutenir le système d’exploitation par des correctifs ou des mises à jour.

L’infrastructure désigne les serveurs, les équipements de réseau, les applications, les bases de données et tout autre matériel ou logiciel critique. Une infrastructure obsolète, comme de vieux pare-feu ou serveurs, peut entraver les processus opérationnels d’une entreprise. Elle augmente également les risques de sécurité lorsque les fournisseurs d’origine cessent de soutenir leurs produits et de diffuser des correctifs de sécurité.

Voir Aussi  Définition d’un Data Analyst

L’infrastructure existante est généralement située dans des locaux, c’est-à-dire dans des bâtiments ou sur la propriété où se trouve l’entreprise. Par exemple, de nombreuses entreprises disposent d’un centre de données sur site dans le même bâtiment que celui où travaillent les employés.

Les entreprises qui s’appuient sur une infrastructure sur site obsolète ne sont pas en mesure de profiter des avantages du cloud computing. C’est pourquoi la majorité des entreprises actuelles ont effectué au moins une petite transition vers le cloud computing.

Quels sont les principaux avantages du transfert vers le cloud computing ?

  • Évolutivité : Le cloud computing est capable de s’étendre pour gérer des charges de travail plus importantes et un plus grand nombre d’utilisateurs plus rapidement que l’infrastructure sur site qui nécessite que les entreprises achètent et installent de nouveaux serveurs, des équipements de réseau ou des licences logicielles.
  • Coût : les entreprises qui adoptent l’informatique en nuage réduisent souvent leurs coûts informatiques, car les fournisseurs d’informatique en nuage gèrent la maintenance et la mise à niveau. Au lieu d’assurer la maintenance du système, les entreprises peuvent concentrer leurs ressources sur leurs besoins essentiels, comme la création de nouveaux produits ou l’amélioration des produits existants.
  • Performances : Pour certaines entreprises, le passage au cloud pourrait leur permettre d’améliorer les performances et l’expérience globale de leurs clients. Si leur site Web ou leur application se trouve dans des centres de données en nuage au lieu de plusieurs serveurs sur site, les données n’ont pas à parcourir de longues distances pour parvenir aux utilisateurs, ce qui réduit le temps nécessaire pour les atteindre.
  • Flexibilité Les utilisateurs, qu’ils soient clients ou employés, peuvent accéder aux services en nuage et aux données dont ils ont besoin depuis n’importe quel endroit. Cela permet aux entreprises d’établir de nouvelles régions et de fournir leurs services à un public mondial, tout en permettant aux employés d’être flexibles dans leur travail.

Quels sont les principaux problèmes liés au passage au cloud computing ?

Migration physique vers le cloud

Transfert d’énormes bases de données : Généralement, les bases de données doivent être transférées sur une autre plateforme pour pouvoir être exécutées dans le cloud. Le déplacement d’une base de données peut s’avérer difficile, surtout si elle contient d’énormes quantités de données. Certains fournisseurs de services en nuage offrent des options de transfert physique des données, par exemple, comme le chargement des données dans un appareil qui est ensuite transféré vers le fournisseur de services en nuage pour les bases de données volumineuses qui nécessitent un long transfert via Internet.

Les données peuvent également être transférées par Internet. Quelle que soit la méthode choisie, le transfert des données prend généralement beaucoup de temps.

Voir Aussi  Mon compte Sosh : contacter le service client par chat, telephone ou email sur www.sosh.fr

Intégrité des données : Une fois les données transférées, l’étape suivante consiste à confirmer que les informations sont sûres et sécurisées, ainsi qu’à s’assurer qu’il n’y a pas de fuites dans le processus de transfert.

Continuité des activités : Une entreprise doit s’assurer que les systèmes actuels sont fonctionnels et accessibles tout au long de la transition. Il doit y avoir un certain chevauchement entre les systèmes en nuage et les systèmes sur site pour s’assurer qu’ils continuent à fonctionner ; par exemple, il est essentiel de copier toutes les données en nuage avant de fermer la base de données. Les entreprises doivent généralement migrer leurs données par petits incréments, plutôt qu’en une seule fois.

Comment fonctionne la migration d’une entreprise vers le cloud ?

Chaque entreprise a des exigences qui lui sont propres et suivra donc une méthode différente lorsqu’il s’agit de migrations vers le cloud. Les fournisseurs de cloud computing peuvent aider les entreprises à mettre en place leur processus de migration. La plupart des migrations vers le cloud suivront les étapes suivantes :

Fixer des objectifs :

  • Quels sont les gains de performance qu’une entreprise peut espérer obtenir ? À quelle date l’infrastructure actuelle sera-t-elle mise hors service ? La définition d’objectifs à mesurer aidera l’entreprise à décider si la migration est réussie ou non.
  • Créez un plan de sécurité : La cybersécurité du cloud nécessite une approche différente de la sécurité sur site. La sécurité du cloud signifie que les actifs de l’entreprise ne sont pas encerclés par des pare-feu et que le périmètre du réseau n’existe pratiquement pas. La mise en œuvre d’un pare-feu pour le cloud, ou d’un pare-feu pour les applications web, pourrait être nécessaire.
  • Copier les données : Choisissez le fournisseur de cloud et répliquez ensuite les bases de données déjà utilisées. Cette opération doit être répétée tout au long du processus de migration pour que la base de données du cloud reste à jour.
  • Modifier la veille stratégique peut nécessiter un remaniement ou une réécriture du code (voir ci-dessous). Cela peut être accompli par morceaux ou en une seule fois.
  • Migration des systèmes sur site vers le cloud Le cloud est maintenant en ligne. La transition est terminée.

Certaines entreprises arrêtent leurs infrastructures sur site après ces étapes, tandis que d’autres peuvent continuer à utiliser leurs systèmes actuels en place en tant que sauvegardes ou dans le cadre d’un déploiement de cloud hybride. hybrid cloud .

Quelle stratégie de migration vers le cloud les entreprises doivent-elles utiliser ?

Gartner propose cinq alternatives aux entreprises qui cherchent à migrer vers le cloud computing. Les stratégies de migration vers le cloud sont souvent connues sous le nom des « 5 R » :

  • Réhébergement – Le réhébergement pourrait être décrit comme « la même chose, mais sur des serveurs en nuage ». Les entreprises qui optent pour cette stratégie choisissent un fournisseur d’infrastructure en tant que service (IaaS ) et recréent l’architecture de leurs applications sur cette infrastructure.
  • Refactor – Les entreprises qui choisissent de refactoriser réutilisent le code et les cadres existants, mais exécutent leurs applications sur la plateforme d’un fournisseur de plate-forme en tant que service (PaaS) – au lieu de IaaS, comme dans le cas du rehosting.
  • Rework – Cette méthode consiste à réécrire partiellement ou à étendre le code de base, puis à l’utiliser pour le déployer, soit en le réhébergeant, soit en modifiant la structure (voir plus haut).
  • Reconstruction – La reconstruction consiste à réviser et à reconcevoir l’application depuis le début sur la plate-forme du fournisseur PaaS. Ce processus peut être coûteux en temps, mais il permet aux développeurs de profiter des dernières fonctionnalités des fournisseurs PaaS.
  • Remplacer – Les entreprises peuvent également choisir de se débarrasser complètement de leurs anciennes applications et de passer à des applications SaaS (Software-as-a-Service) déjà construites par des fournisseurs tiers.
Voir Aussi  Espace client OVH : connexion à mon compte sur www.ovhcloud.com

Quel type de déploiement en nuage les entreprises doivent-elles choisir ?

Outre la stratégie de migration vers le cloud, les entreprises doivent également décider à quoi ressemblera leur déploiement dans le cloud une fois la migration terminée.

Un cloud hybride combine deux types d’environnements ou plus, notamment des clouds privés de services de cloud, des centres de données sur site ou des centres de données privés. Pour qu’une mise en œuvre de cloud hybride soit efficace, il est essentiel d’avoir une intégration étroite entre tous les déploiements de cloud et les centres de données, de la même manière que les membres d’une équipe ont besoin d’une communication étroite s’ils sont dispersés dans plusieurs bureaux.

Un déploiement multicloud est un déploiement qui combine deux ou plusieurs clouds publics. (L’utilisation du cloud public est partagée entre plusieurs clients.), le multicloud est une excellente option pour de nombreuses raisons telles que la redondance/la sauvegarde, les économies de coûts ou l’exploitation des capacités de différents fournisseurs de cloud, par exemple.

Le déploiement d’un nuage unique par l’intermédiaire d’un seul fournisseur n’est pas toujours possible pour les entreprises, mais c’est une alternative. Les fournisseurs de cloud computing proposent des services de cloud computing, tant publics que privés, la différence étant que les clouds privés ne sont pas partagés avec d’autres entreprises.

4/5 - (23 votes)
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour en haut