Le dollar plus fort que l’euro : à quoi nous devons nous attendre ?

baisse-de-l-euro.jpg
baisse-de-l-euro.jpg

Le dollar plus fort que l’euro : à quoi nous devons nous attendre ?

266 lecteurs
Sommaire de l'article

Le dollar est plus fort que l’euro : à quoi faut-il s’attendre ?

C’est historique, l’euro a atteint sa plus faible valeur par rapport au dollar depuis 20 ans. Cette chute s’est produite deux fois cet été, et a une tendance globale négative pour l’euro, qui est la monnaie unique.

Cette tendance est susceptible d’augmenter en se prolongeant sur le long terme, c’est du moins ce que pensent certains analystes. Au final, beaucoup de questions sont des appréhensions pour les Européens. Le dollar est-il plus fort que l’euro ? Quelle est la cause de la baisse de l’euro ? Quelles sont les implications économiques pour l’Europe ? Que se passerait-il si la valeur de l’euro s’appréciait par rapport au dollar ?

Pourquoi le dollar s’est-il mieux comporté que l’euro ?

De l’avis des investisseurs, la Réserve fédérale américaine (FED) et la Banque centrale européenne (BCE) ont adopté deux stratégies différentes depuis mars. D’un côté, la FED s’est engagée dans une guerre contre l’inflation en augmentant les taux d’intérêt directeurs. De l’autre côté, la BCE s’est contentée de ne rien faire et n’a adopté aucune stratégie économique réellement efficace.

C’est pourquoi l’augmentation des taux d’intérêt aux États-Unis attire davantage d’investisseurs sur le marché, ce qui fait du dollar une monnaie plus rentable que la monnaie commune.

Ajoutez à cela le fait que l’inflation dans la zone euro entraînera probablement une augmentation de 0,75 %. La BCE doit garder un œil sur les grandes disparités entre les nations européennes pour assurer la stabilité et la parité. Une force de dissuasion face à une éventuelle crise de la dette souveraine dans certaines zones ou pays endettés, comme l’Italie.

Voir Aussi  Le calcul des intérêts du LDD

Pour sortir de cette situation, il sera possible de permettre à la BCE d’arrêter sa politique monétaire pendant la récession qui a lieu actuellement au début de l’année 2023 et de resserrer sa politique monétaire une fois que l’économie se rétablira. C’est ce que l’on appelle la méthode « Stop and Go ».

Au final, le conflit en Ukraine n’aide pas les conditions économiques en Europe, bien au contraire… Avec le conflit en cours en Ukraine, l’Union européenne a développé des sanctions financières et économiques contre la Russie et a décidé de mettre fin à sa dépendance énergétique, notamment en matière d’approvisionnement en gaz. Par conséquent, une crise énergétique se profile à l’horizon et les investisseurs se tournent vers des monnaies plus stables, comme le dollar, au vu de la situation actuelle.

Dans tous ces cas, le dollar est devenu plus puissant que l’euro. Il reste à déterminer quelles pourraient en être les implications…

Les effets de la forte valorisation de la monnaie américaine et de la dégringolade de l’euro

L’Europe qui a un taux d’importation plus élevé que les exportations, est très affectée par ce cours. Nous expliquons pourquoi. Nous vous expliquons pourquoi. Le continent européen n’importe que 40 % de ses produits fabriqués en euros, contre plus de la moitié des produits achetés en dollars.

En plus de cela, le dollar est la monnaie standard pour certaines matières premières, comme le gaz ou le pétrole, ce qui n’aide en rien les entreprises européennes… Car le coût de ces actions augmente à cause de la guerre en Ukraine et de la hausse de l’inflation.

Voir Aussi  Investir en crypto avec son entreprise : quel compte crypto choisir pour placer sa trésorerie ?

Nous verrons alors une baisse de l’euro qui sera suivie d’une hausse du taux de change, car il faudra plus d’euros pour acquérir n’importe quelle monnaie dans le monde. Par exemple, la perte d’un euro équivaudra à un dollar.

Cela signifie que les importations sont plus coûteuses et que les entreprises européennes sont moins efficaces. L’Europe est l’un des pays qui privilégie les importations pour son commerce international s’oriente ainsi vers le négatif et a entraîné une augmentation de la capacité d’achat de ses ménages.

La chute de l’euro Les entreprises améliorent-elles leur compétitivité ?

Comme vous l’avez probablement deviné, la dépréciation de l’euro peut être profitable aux entreprises qui exportent principalement dans le monde entier. Les pays qui ne font pas partie de la zone européenne bénéficient d’un avantage de taille à l’achat, car leur monnaie prend de la valeur par rapport à celle qu’ils achètent.

Par corrélation, les entreprises exportatrices (automobile, luxe, aéronautique, etc.) augmentent leur part de marché au détriment des importateurs qui sont moins compétitifs et voient leur carnet d’adresses se réduire.

Les entreprises les plus touchées par cette baisse de l’euro sont celles dont les exportations sont faibles ou liées à l’énergie ou aux matières premières. Les entreprises qui produisent de l’aluminium, du zinc, de l’urée et de l’ammoniac sont touchées par la hausse du coût du gaz indexé sur le dollar.

Si vous êtes un chef d’entreprise ou même un particulier, nous avons une option qui permet d’effectuer des transferts vers n’importe quel endroit du globe. Il s’agit de Wise, un compte bancaire multidevises pour les professionnels et les particuliers qui offre les taux les plus compétitifs pour les paiements internationaux.

Voir Aussi  Ouvrir son site e-commerce : quel financement ?

Compte Wise Transferwise

.

L’euro peut-il s’apprécier par rapport au dollar ?

La Banque centrale européenne tente d’enrayer la baisse de l’euro, sans adopter de politique de change ciblée, ni même de politique économique orientée vers la croissance. Le seul objectif est d’assurer au mieux la stabilité de la monnaie européenne par rapport à toutes les monnaies du monde, et notamment celles des Américains.

Une décision qui a été entérinée par le Conseil des gouverneurs, qui précise que cela va de pair avec un taux d’inflation de 2,2% à long terme.

En raison des récentes mesures de normalisation de la politique monétaire, qui ont été adoptées dès cet été, la BCE prévoit un taux annuel de 6,8 % en 2022. Ce taux sera suivi d’une réduction à 3,5 % en 2023, puis à 2,1 % en 2024.

4.6/5 - (22 votes)
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour haut de page