Devenir contrôleur de gestion : missions, salaire et formation

BEP Métiers de la comptabilité : durée, accès, programme et débouchés
BEP Métiers de la comptabilité : durée, accès, programme et débouchés

Devenir contrôleur de gestion : missions, salaire et formation

435 lecteurs
Sommaire de l'article

Le métier de contrôleur de gestion vous intéresse ? Les métiers de finances, d’audit et de gestion n’ont aucun secret pour vous ? Vous êtes à l’aise avec les chiffres, mais également avec les lettres et avez une bonne culture comptable ? Enfin, vous êtes curieux et ouvert à tout ce qui s’apparente à l’univers de l’entreprise ? Découvrez les compétences, les missions, le salaire et les débouchés de cette profession.


Profil type pour devenir contrôleur de gestion 

Le profil de contrôleur de gestion est celui d’un professionnel qui se charge de la performance d’une entreprise dans la gestion de ses finances. Copilote des opérations financières et de gestion, il aide les cadres d’une boîte à définir leur stratégie économique globale et à optimiser leur rentabilité financière. Par le contrôle périodique qu’il opère, ce professionnel coordonne la gestion de la structure et s’assure de la mise en œuvre de la stratégie opérationnelle et financière définie.

En effet, le contrôleur de gestion sert d’intermédiaire privilégié entre les responsables opérationnels et les dirigeants d’une entreprise. Pour ce faire, il s’appuie d’une part sur les indicateurs de gestion pour les aider à prendre des décisions utiles. D’autre part, il met en place un mécanisme d’évaluation ex post pour garantir la pertinence et le respect des objectifs fixés. Ses missions sectorielles sont donc multiples et varient entre planification, stratégie et gestion opérationnelle.

Mettre en place les outils de gestion

Dans le cadre de l’exercice de sa profession, le contrôleur de gestion est chargé de la mise en place des indicateurs de performance et de gestion. Ceux-ci peuvent être de plusieurs natures :

  • les indicateurs d’efficacité pour mesurer l’écart entre les prévisions et les résultats atteints
  • les indicateurs d’efficience pour évaluer les résultats obtenus et les moyens mis à contribution
  • les indicateurs de capacité pour rendre compte de la performance pouvant être atteinte en un temps donné
  • les indicateurs de profitabilité pour établir le ratio entre le bénéfice et le chiffre d’affaires
  • les indicateurs de rentabilité pour estimer la rentabilité des investissements
  • les indicateurs de compétitivité pour apprécier la capacité face aux concurrents.

Préparer le budget

Le rôle du contrôleur de gestion consiste également à adopter une démarche prévisionnelle. Sur la base des performances antérieures de l’entreprise, il élabore les budgets prévisionnels et participe à la définition des objectifs financiers, opérationnels et stratégiques.

Suivre la performance de l’entreprise

Grâce aux outils de comptabilité analytique qu’il maîtrise parfaitement, le contrôleur de gestion suit à moyen et à long terme les objectifs définis en vue de l’amélioration de la gestion de la structure. Cela consiste entre autres à :

  • construire des tableaux de bord (supports de synthèse des indicateurs de performance)
  • assurer le reporting (hebdomadaire, mensuel, trimestriel ou annuel) à l’intention des dirigeants et des responsables de gestion.
Voir Aussi  Devenir Agent de police : missions, salaire et formation

Aider à la prise des décisions et proposer des approches correctives

Toutes les missions précédentes aident le contrôleur à assumer sa principale mission : conseiller l’équipe dirigeante. Il s’appuie sur la conclusion de ses analyses pour identifier les points à améliorer et suggère de nouvelles actions à œuvrer pour réduire les écarts observés.

En somme, les missions d’un contrôleur de gestion sont orientées vers l’interne et sont utiles pour le développement et la continuité des activités d’une entreprise. Pour cela, il doit : suivre, analyser, contrôler, prévoir, synthétiser et conseiller.

Qualités pour devenir contrôleur de gestion 

Pour mener à bien les nombreuses missions qui incombent à sa responsabilité, le contrôleur de gestion doit posséder des compétences et des qualités humaines essentielles.

  • Une solide base de connaissances dans les métiers de finances : la finance, la gestion et la compatibilité analytique sont des disciplines que le contrôleur de gestion maîtrise en détail afin de mieux conduire ses différentes missions.
  • De la logique et de la rigueur : étant au centre du pilotage de la finance et de la gestion de l’entreprise, ces qualités lui permettront d’éviter les erreurs et de vite repérer les éventuelles incohérences.
  • L’esprit d’analyse et de synthèse : très utile au contrôleur de gestion afin d’interpréter au mieux les données et transmettre des comptes rendus intelligibles à ses supérieurs.
  • La maîtrise de l’outil informatique : un bon contrôleur de gestion doit maîtriser quelques outils informatiques, notamment la suite Office, les logiciels comptables analytiques, etc.

En outre, ce professionnel fait preuve de curiosité, d’écoute et d’empathie pour faciliter la communication au sein du service de contrôle, particulièrement entre les gestionnaires opérationnels et les dirigeants. Un excellent niveau d’anglais professionnel est enfin nécessaire.

Un diplôme est-il obligatoire pour devenir contrôleur de gestion  ??

L’accès au métier de contrôleur de gestion est conditionné par la validation d’un diplôme de niveau Bac +5 dans les domaines de la comptabilité, de finance ou de la gestion.

Formations pour devenir contrôleur de gestion 

Après la validation d’un baccalauréat technologique (STMG), professionnel en comptabilité ou général, un cursus universitaire de 5 ans sera nécessaire avant de valider son diplôme d’aptitude au métier de contrôleur de gestion. Pour ceux qui souhaitent faire carrière dans ce domaine, voici quelques pistes de formations à suivre.

Niveau Bac +3

BUT GEA – Gestion des Entreprises et d’Administrations

Directement accessible à la suite du baccalauréat, le BUT GEA – Gestion des Entreprises et Administrations se prépare en 3 ans à temps plein ou en apprentissage. La 1re année est consacrée aux enseignements généraux, permettant à l’étudiant d’acquérir des connaissances de base en gestion d’administration. La 2e et la 3e année sont consacrées aux parcours de spécialisation qui varient d’un institut à un autre.

Voir Aussi  Devenir Couvreur zingueur : missions, salaire et formations

DCG – Diplôme de Comptabilité et de Gestion

Le DCG s’étend également sur 3 années et est abordable à la suite de l’obtention d’un baccalauréat. Elle intègre 4 disciplines essentielles à savoir : le droit, l’économie, la gestion et le management. Un examen final de 13 épreuves (l’équivalent des 13 UE à valider) est obligatoire avant de valider son diplôme. Le cursus est certifié par un diplôme d’État de niveau Bac +3.

Dans les deux cas, en parallèle des notions théoriques acquises, l’étudiant devra réaliser un stage de 2 mois dans un cabinet d’expert-comptable ou dans le service comptable d’une entreprise suivi d’un rapport de stage.

Avec ce diplôme, l’étudiant peut passer à l’étape suivante de sa formation ou s’insérer sur le marché professionnel en tant qu’assistant-contrôleur de gestion.

Niveau Bac +5

DSCGDiplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion

Généralement accessible après l’obtention d’un DSCG, ce diplôme de niveau Bac +5 se prépare en 2 ans et permet à l’étudiant d’approfondir ses connaissances en matière de comptabilité, de gestion et d’audit. Elle acquiert également de nouvelles connaissances dans les domaines juridique, fiscal et social.

L’enseignement dispensé couvre 7 UE à valider au cours de l’examen final (5 épreuves écrites et 2 épreuves orales). Il suit un stage de 16 semaines en cabinet d’Audit ou d’expert-comptable à l’issue duquel l’étudiant rédige un mémoire qu’il présente lors de sa soutenance.

Master CCA – Comptabilité Contrôle Audit

Ce diplôme confère aussi l’aptitude d’occuper le poste de contrôleur de gestion. Le master CCA dure 3 ans et est accessible avec un diplôme de niveau Bac +3. Les disciplines phares du domaine (notamment la comptabilité, le contrôle, l’audit, la gestion et le droit) sont explorées pour permettre à l’étudiant d’acquérir toutes les notions utiles à l’exercice de sa future profession.

Il peut suivre la formation en alternance et ajouter de l’expérience professionnelle à son profil.

Il existe d’autres diplômes du niveau 8 qui donnent accès à ce métier. À titre d’exemple, on peut citer :


Salaire

1image1

Le salaire d’un contrôleur de gestion varie selon son expérience et la taille de la structure au sein de laquelle il évolue. En début de carrière, ce professionnel touche environ 2 500 euros brut par mois.

Après 2 ans d’expérience, sa rémunération s’améliore et atteint 3 700 euros bruts par mois. En fin de carrière, le contrôleur de gestion gagne entre 5 000 et 7000 euros bruts par mois.

Devenir contrôleur de gestion  : Quelles sont les débouchés ?

Le contrôleur de gestion est amené à travailler au sein d’une ou plusieurs entreprises tout au long de sa carrière. Selon son niveau d’expérience, il peut s’orienter vers des postes de responsabilité en tant que directeur administratif et financier, directeur d’audit ou directeur de contrôle et de gestion. Il peut également se tourner vers la fonction publique ou se lancer dans une carrière à l’international.

Voir Aussi  Devenir Styliste de mode : missions, salaire et formations

Devenir salarié en tant que contrôleur de gestion 

2image2

Pour obtenir son premier poste, le futur contrôleur de gestion peut multiplier ses candidatures auprès des structures recherchant son profil. Il s’agit notamment des entreprises et industries, tous secteurs confondus. Autrement, il peut postuler aux offres disponibles sur les sites de recherche d’emploi.

;new advadsCfpAd( 34838 );

Avantages et inconvénients du métier de contrôleur de gestion

Le contrôleur de gestion est un poste à responsabilité, qui exige des connaissances solides en comptabilité et en finance, ainsi que des compétences analytiques et de gestion. Ce professionnel s’assure que l’entreprise à laquelle il appartient fonctionne à son plein potentiel et est en bonne santé financière.

Avantages du métier de contrôleur de gestion

Le métier de contrôleur de gestion offre une variété d’avantages, notamment :

  • Une grande variété de compétences et connaissances – il faut être familier avec des domaines variés, tels que la comptabilité, la finance, la gestion, le contrôle de la qualité et la gestion des risques. Les contrôleurs de gestion doivent être en mesure d’analyser et de comprendre les données financières, et de prendre des décisions en conséquence.
  • Une possibilité d’évolution – les contrôleurs de gestion peuvent évoluer vers des postes plus élevés tels que le contrôleur financier ou le chef comptable.
  • Une bonne rémunération – les contrôleurs de gestion bénéficient d’un salaire compétitif et sont également susceptibles d’obtenir des incitations financières en fonction de leurs performances.

Inconvénients du métier de contrôleur de gestion

Malgré ses avantages, le métier de contrôleur de gestion comporte également certains inconvénients, notamment :

  • Beaucoup de responsabilités – les contrôleurs de gestion sont responsables de toutes les décisions financières de l’entreprise et sont donc tenus de les prendre avec précaution et sagesse.
  • Les horaires peuvent être flexibles – les contrôleurs de gestion doivent souvent s’adapter aux horaires décalés et travailler pendant les week-ends lorsque cela est nécessaire.
  • Une certaine pression – les contrôleurs de gestion doivent souvent travailler dans des délais serrés et être prêts à prendre des décisions rapides et judicieuses.

Pourquoi devenir contrôleur de gestion ?

Le métier de contrôleur de gestion peut être très gratifiant et offre des avantages substantiels. Pour les personnes qui recherchent un poste à responsabilité qui leur permettra de mettre à profit leurs compétences analytiques et leurs connaissances en comptabilité et en finance, le contrôleur de gestion est un excellent choix. Le travail peut être stimulant et exigeant, mais les bénéfices sont considérables, notamment en termes de salaire et de possibilités d’évolution.

4/5 - (21 votes)
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour en haut
Retour haut de page