Pistes Pedagogiques > Le monument aux morts comme support pédagogique – cycle 3

Le monument aux morts comme support pédagogique – cycle 3

Monument aux morts de Clermont-Dessous, Lot-et-Garonne
Monument aux morts de Clermont-Dessous, Lot-et-Garonne
© A. Lafon
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Présent dans l’espace proche des élèves, le monument aux morts de la Première Guerre mondiale peut être investi comme objet de compréhension du conflit et de ses mises en mémoire, en histoire, histoire des arts, arts plastiques et éducation civique.

Démarche de travail autour du monument aux morts - Cycle 3 - CM2

Que dit le programme du cycle applicable à la rentrée 2012

En Histoire
La violence du XXème siècle
: les deux conflits mondiaux - Pouvoir expliquer pourquoi le premier conflit mondial a été appelé « la Grande Guerre ». - Connaître Clemenceau. - À partir de documents de nature diverse et en particulier d’œuvres d’art, identifier en quoi cette guerre ne ressemble pas aux précédentes. - Savoir que la paix signée à Versailles est négociée difficilement et rapidement menacée en Europe par des dictatures. - À partir de l’étude de cartes et de documents statistiques, comprendre et pouvoir décrire l’ampleur de la Seconde Guerre mondiale. - Connaître les principales caractéristiques de la France occupée. - Connaître le rôle de Charles de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale et dans la période de la Libération de la France. - À partir de l’exemple de Jean Moulin, savoir décrire et définir la Résistance. - Connaître quelques éléments du bilan dramatique de la guerre et la division de l’Europe.
Repères : 1916 - bataille de Verdun ; Clémenceau ; 11 novembre 1918 - armistice de la Grande Guerre ; 18 juin 1940 - appel du général de Gaulle ; Jean Moulin ; 8 mai 1945 - fin de la Seconde Guerre mondiale ; 1945 - droit de vote des femmes.
Vocabulaire : armistice, tranchée, traité de paix, dictature, alliés, collaboration, Résistance.

En Géographie
Lire une carte
 : Utiliser la légende d’une carte. Réaliser une carte simple.

En Instruction civique et morale
Notions de droits et de devoirs
 : Identifier et comprendre l’importance des valeurs, des textes fondateurs, des symboles de la République française et de l’Union européenne

À partir de là, plusieurs activités peuvent être conduites autour du monument aux morts de la commune, notamment à l'approche des deux commémorations du 11 novembre et du 8 mai.

La démarche proposée se décompose en quatre temps :

  • travail préparatoire
  • sortie sur le terrain
  • exploitation en classe
  • prolongements possibles

Travail préparatoire

Enrôlement et émergence des représentations

Mobiliser : à partir d'une photographie du monument de la commune, mobiliser les idées des élèves et établir une sélection ainsi qu’un classement autour de grands thèmes : la guerre, l'emplacement dans la commune, commémorations et mémoire...

Identifier : amener l'idée de « monument », de « monument aux morts », réfléchir au sens de ces mots, aux causes de ces morts, au motif de la construction d’un monument aux morts (le souvenir, la dimension mémorielle et historique).

Apparaît ainsi l'idée de trace du passé, de vestige, de document historique (source) et de patrimoine.

Repérer : dans l'absolu faire construire une carte mentale localisant le monument à partir de repères signifiants (genre « carte au trésor ») ; dans un second temps localiser le monument sur un plan de la commune (ou une image-satellite).

On peut dès lors partir à la recherche du monument et de l'histoire qu'il raconte.

Sortie sur le terrain

On peut s'inspirer des dossiers suivants très imaginatifs et complets :

Localiser / situer dans le territoire de la commune

  • tracer sur un plan de la commune l'itinéraire qui conduit au monument aux morts ; est-il au centre ou à l'écart ?
  • repérer les lieux symboliques (mairie, école, église, cimetière...) mais aussi éventuellement un élément signifiant du site (hauteur, abrupt, cours d'eau, point de vue...)
  • préciser l'emplacement (place, rue, jardin, carrefour...)

Observer / décrire

La structure du monument :

  • de quelle manière l'espace du monument est-il délimité ?
  • la forme
  • les matériaux utilisés, les techniques de travail

Les représentations figurées éventuelles :

  • description du soldat : position, attitude ou expression, équipement...
  • autres personnages : femme, enfant... (position et expression)
  • animaux

Les symboles : végétaux, militaires, républicains, funéraires, religieux...

Les inscriptions :

  • la formule d'hommage
  • les dates
  • les noms : leur nombre, leur classement, leur répétition, leur familiarité, autres informations (grade, date de mort...) ; relever un nom
  • les autres inscriptions éventuelles

Autres détails : (couronnes de fleurs, parterres végétaux...)

Toutes ces informations collectées, complétées éventuellement par un croquis, un dessin de l'ensemble ou d'un détail, des questions posées aux personnes rencontrées aux alentours du monument permettent de comprendre la signification du monument.

Exploitation en classe

Expliquer

Reprendre la grille d'observation en s'interrogeant sur le sens des choix opérés : emplacement, structure, personnages, symboles et symbolique républicaine, inscriptions... Des recherches peuvent être faites sur la signification d’un détail (date, motif végétal, croix de guerre, etc.).

Réfléchir

Sur le souvenir, la mémoire et l'oubli, les commémorations (dates, sens etc.).
Une recherche peut être conduite à partir du site Mémoire des hommes pour trouver la fiche d'un des soldats nommés sur le monument.
Où est-il né ? Quel âge avait-il lorsqu’il est décédé ? Quel était son grade et son unité ? Où est-il mort (localisation à partir de Google Maps) ? De quelle manière est-il mort ?

Prolongements possibles

Rédiger une notice présentant le monument aux morts pour le site Chemins de Mémoire. 
Cette notice peut aussi être proposée à la mairie pour une signalétique.

Sortir de l'oubli un destin anonyme ou singulier à partir du Journal des Marches et Opérations du site Mémoire des hommes en retraçant les derniers jours du disparu ou les circonstances de sa mort tragique à partir du JMO de son unité à une date précédent sa mort. Cela peut notamment s'inscrire dans le concours de l'ONACVG mentionné ci-après.

Participer à une action éducative.

L'ONACVG organise « Les Petits Artistes de la Mémoire », la Grande Guerre vue par les enfants »1. Les enfants des écoles primaires (CM1 et CM2) aidés de leurs enseignants choisissent un soldat de la Grande Guerre originaire de leur commune et partent à la recherche des traces et des témoignages qu’il a laissés dans sa famille et au cœur des archives municipales ou départementales.

Le CIDEM propose un concours autour de la Journée commémorative du 11 novembre sur les Monuments aux morts de la Grande Guerre. Ce concours vise à permettre aux jeunes générations de redécouvrir ces monuments, témoins de l’histoire et gardiens de la mémoire de la Grande Guerre au cœur des villes et des villages de notre pays, qu’ils auront à observer, analyser et à « faire parler ».

L'association CiDAN décerne le Trophée « Civisme et Défense » afin de récompenser une réalisation de citoyenneté et de solidarité entre la société civile et les armées. Le concours est notamment ouvert aux établissements scolaires ayant conduit des actions originales de coopération entre société civile et militaire.

Les trois organismes « Fondation de la Résistance », « Fondation pour la Mémoire de la Déportation » et « Fondation Charles de Gaulle » organisent chaque année un concours de la meilleure photographie d'un lieu de mémoire.

Franck David

Enfin, pour prolonger la réflexion, une piste pédagogique en histoire des arts.