Les témoins de la Grande Guerre

Les témoins de la Grande Guerre

Chaque semaine à partir du mois de septembre 2014, Rémy Cazals revient sur les soldats, combattants, femmes, enfants qui ont été témoins de la guerre et qui l’ont mise en mots.

Cent ans après son déclenchement, la Première Guerre mondiale livre encore une masse imposante de sources directes : celles des témoins, hommes, femmes, enfants, qui ont participé, vécu, raconté, évoqué ou livré leurs réflexions sur la guerre en train de se dérouler. Nombre de leurs témoignages, carnets de guerre, journaux intimes, correspondances ont été publiés, d’autres dorment ou restent pieusement rangés dans les armoires familiales.

Sur le mode de la chronique, « Les témoins de la Grande Guerre » souhaite s’attacher à montrer la grande richesse de ces sources familiales souvent issues de catégories populaires. Ils étaient ouvriers parisiens, employés de banque lot-et-garonnais, instituteurs ou institutrices savoyards. Ils ont écrit leur guerre. On pourra présenter quelquefois un témoignage isolé, mais ce seront le plus souvent plusieurs témoins qui seront évoqués, liés soit par leur origine géographique, soit par leur profession dans le civil, par situation dans la guerre, ou pour avoir abordé un thème particulier.

Ces chroniques sont étroitement liées au livre collectif 500 Témoins de la Grande Guerre, publié pour le centenaire de 1914 par les Éditions midi-pyrénéennes et Edhisto (Vosges). L’ouvrage entend poursuivre le travail de présentation et d’analyse des témoins de la Grande Guerre, publiés ou non, en l’élargissant aux militaires non-combattants, aux civils et aux civiles des catégories populaires françaises.