Haut-Rhin > Le Hartmannswillerkopf

Le Hartmannswillerkopf

Monument du 152e régiment d'infanterie au Hartmannswillerkopf
© ADT 68 - Bernard Naegelen
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

C'est sur le sommet du Hartmannswillerkopf que s'est déroulée la bataille la plus emblématique des Vosges. Dominant la plaine d'Alsace et la trouée de Belfort, le mont, aussi appelé le Viel Armand, a été le lieu de redoutables combats jusqu'au début de l'année 1916. Classé monument historique depuis 1921, le Hartmannswillerkopf est l'un des quatre monuments nationaux de la Grande Guerre, statut de « haut lieu français ». Il est désormais un lieu de mémoire et de réconciliation franco-allemande.

Un enjeu militaire et symbolique

Dès le début du conflit, les français sont installés sur le sommet du Hartmannswillerkopf. Très rapidement ce lieu, dominant la plaine d'Alsace, devient un terrain très convoité. En janvier 1915, le sommet du Hartmannswillerkopf est pris d'assaut par les troupes allemandes.

À la fin du mois de janvier, le sommet passe aux mains allemandes. S'ensuivent des combats pour reprendre possession du mont, faisant 30 000 blessés et 30 000 morts.

Voir la vidéo : Le Général Bernard Cochin, président du Comité du Hartmannswillerkopf, présente la spécificité et les enjeux  qu'a représentés le site lors de la Première Guerre mondiale.

Le champ de bataille

La spécificité du site relève en grande partie de sa topographie. D’une altitude de 956 mètres, le site du Hartmannswillerkopf est un champ de bataille en terrain montagneux : enneigé durant les longs mois d'hiver, avec des températures atteignant parfois – 20°C, difficile d'accès, le terrain concentre une très forte densité d'hommes – 7 000 soldats français sur 3 km2 et autant de soldats allemands. La principale conséquence est le rapprochement des zones de front qui sont parfois séparées de seulement quelques mètres. Toutes ces conditions réunies en font un milieu hostile où les combats sont incessants.

De nombreux combats se sont donc déroulés sur le site principalement entre 1915 et 1916. Pour preuves, les quelques 6 000 abris qui y ont été construits et les 90 kilomètres de tranchées creusées.

Il est encore possible de voir des vestiges de la bataille : tranchées, bunkers et barbelés sont aujourd'hui largement visibles et permettent de situer les combats.

Voir la vidéo : Tout en parcourant le champ de bataille, Gilbert Wagner, président de la section AEI du Comité national du Hartmannswillerkopf, revient sur les traces des combats de la Première Guerre mondiale.

Les sentiers de mémoire

Monument historique à ciel ouvert, le site du Hartmannswillerkopf nécessite un travail de terrain qui est mis en œuvre par le Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf avec la collaboration de l'Office national des forêts (ONF).

Ce travail de réaménagement global du site a pour but la conservation du patrimoine militaire en milieu forestier. Pour ce faire, la création de sentiers de mémoires parcourant tout le site guideront le visiteur sur les traces des soldats tout en préservant l’environnement naturel. 

Voir la vidéo : Rodolphe Pierrat, directeur de l’agence ONF de Mulhouse, insiste sur l'importance de la création de sentiers de mémoire pour la préservation du site.

Le Monument national

Pour commémorer la mémoire des soldats morts, le projet de monument national a été présenté et approuvé dès 1925. L'importance des travaux engagés et les préoccupations financières d'après-guerre font que le monument ne sera inauguré qu'en 1932.

Récemment rénovée, l'œuvre de l'architecte Robert Danis domine le cimetière d'un vaste parvis carré de 60 mètres de côtés. En son centre s'élève l'Autel de la patrie.

Sous le parvis se trouve la crypte. Elle renferme un ossuaire couvert d'un bouclier en bronze où sont conservés les restes de 12 000 soldats inconnus. Enfin, à l'entrée de la crypte se trouvent deux sculptures d'Antoine Bourdelle représentant deux cariatides qui semblent veiller sur les soldats et leur mémoire.

Voir la vidéo : Michel Spitz, architecte en charge de la rénovation du monument national, présente les spécificités du Monument national du Hartmannswillerkopf.

Le projet d'Historial franco-allemand

En vue du centenaire de la Première Guerre mondiale, le Hartmannswillerkopf fait l'objet d'une réhabilitation et des projets sont en cours de réalisation, dont un nouveau centre d'interprétation, intitulé Historial franco-allemand. Ce dernier a pour vocation de donner une unité aux différents éléments du site : le champ de bataille auquel mèneront les sentiers de mémoire, le Monument national et la Nécropole.

Voir la vidéo : Le Général Bernard Cochin, président du Comité du Hartmannswillerkopf, présente le projet de l'Historial franco-allemand.

localisation