Espace scientifique > Le conseil scientifique de la Mission du Centenaire

Le conseil scientifique de la Mission du Centenaire

Vue de la tranchée de Massiges
© Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale s’appuie sur les travaux d’un conseil scientifique pluridisciplinaire, composé de personnalités qualifiées et de chercheurs français et étrangers spécialistes de la Première Guerre mondiale. Ce conseil est présidé par l’historien Antoine Prost, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris I, spécialiste de l’histoire sociale du XXe siècle.

Le conseil scientifique de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale a pour fonction principale de formuler des avis et des recommandations au conseil d’administration de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale sur les orientations et le contenu du programme commémoratif du Centenaire. Le président du conseil scientifique est membre de droit du conseil d’administration de la Mission du Centenaire.

Le conseil scientifique participe également à l’animation éditoriale et scientifique du portail Internet de la Mission, en particulier de son espace scientifique.

À travers ses six commissions thématiques, le conseil scientifique assiste par ailleurs la Mission du Centenaire dans son travail d’expertise des différents projets et propositions qui lui sont soumis dans la perspective de l’obtention du « label Centenaire ».

Les six commissions thématiques du conseil scientifique sont animées, chacune, par un membre du conseil scientifique :

  • Commission scientifique : M. Stéphane AUDOIN-ROUZEAU ;
  • Commission pédagogique : M. Laurent WIRTH ;
  • Commission internationale : M. Robert FRANK ;
  • Commission « productions culturelles » : Mme Isabelle NEUSCHWANDER ;
  • Commission « valorisation et ressources numériques » : M. Nicolas OFFENSTADT ;
  • Commission « programme commémoratif » : M. Antoine PROST.

Composition du conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale

Jean-Paul AMAT est géographe, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur les relations entre forêt et guerre, sur la dimension environnementale et la patrimonialisation des champs de bataille de la Grande Guerre. Il a publié en 2015 Les forêts de la Grande Guerre. Histoire, mémoire, patrimoine. Cet ouvrage a reçu le prix Sergent Maginot, décerné dans le cadre du Centenaire. Il est président de la société des amis du musée de l’Armée, Paris.

Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, Directeur d'études à l'EHESS, président du Centre international de recherche de l'Historial de la Grande Guerre

André BACH, historien, Vice-président du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918

Olivier BARBARANT, inspecteur général de l'éducation nationale (groupe des Lettres) agrégé de Lettres modernes et docteur ès Lettres, a porté principalement sa recherche sur la poésie du XXe siècle et notamment l'oeuvre d'Aragon, dont il a notamment dirigé la publication des Oeuvres poétiques complètes pour la bibliothèque de la Pléiade. Ecrivain, il s'est intéressé à la Première Guerre mondiale et surtout à ses conséquences dans l'imaginaire à travers Douze lettres d'amour au soldat inconnu (Champ Vallon, 1993).

Nicolas BEAUPRE, maître de conférences en histoire contemporaine ( Université Blaise pascal, Clermont-Ferrand), Fellow à l'institut d'études avancées de l'Université de Strasbourg (USIAS).

Annette BECKER est professeure à l’université de Paris-Ouest Nanterre, membre senior de l’Institut universitaire de France et vice-présidente du centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Elle travaille sur les liens entre les deux guerres mondiales, en particulier à travers les  atteintes contre les civils, et les artistes, musiciens, écrivains. Parmi ses publications récentes : Les cicatrices rouges, 1914-1918, France et Belgique occupées (Fayard, 2010) ; biographie de guerre d’Apollinaire, 1914-2009, Tallandier 2009 ; à paraître, La guerre à hauteur d’œil (Armand-Colin, 2014). Elle coordonne l’édition française (Fayard) de la Cambridge History of the Great War (Dir. Jay Winter).

Laurence CAMPA est professeur de littérature française à l'Université de Paris Ouest - Nanterre et membre du comité scientifique du Centre International de Recherche de l'Historial de la Grande Guerre de Péronne. Ses travaux portent sur la poésie de la première moitié du XXe siècle et sur la littérature en langue française de la Grande Guerre (Poètes de la Grande Guerre, Paris, Garnier, 2010 ; Guillaume Apollinaire, Paris, Gallimard, 2013 ; Album Cendrars, Paris, Gallimard, 2013 ; Maurice Genevoix, La Ferveur du souvenir, La Table Ronde, 2013 ; préface à Georges Duhamel, Vie des martyrs, Payot, 2015).

Rémi CAZALS est Professeur émérite à l’Université de Toulouse II, UMR 5136 Framespa et membre fondateur du CRID 14-18. Il est l’auteur d’ouvrages d’histoire économique et sociale sur le monde de l’industrie et sur la Grande Guerre, et éditeur de témoignages d’origine populaire, notamment ceux du tonnelier Barthas et de la famille Papillon (1914-18), du cultivateur Folcher, des écoliers de Tournissan et d’intellectuelles réfugiées en France (1939-45). Il est le directeur du volume 500 Témoins de la Grande Guerre, publié en 2013.

Jean-François CHANET, Professeur d'Histoire contemporaine à l'Université Lille III, Professeur des Universités à l'Institut d'études politiques de Paris

François COCHET est Professeur d'histoire contemporaine à l'université de Lorraine-Metz. Historien des conflits et de l'expérience combattante, il est notamment l'auteur de Survivre au front, les poilus entre contrainte et consentement (Saint-Cloud, Soteca, 2005), du Dictionnaire de la Grande Guerre, avec Rémy Porte, (Paris, Laffont, collection "Bouquins", 2008) et de 1914-1918: Fin d'un monde, début d'une époque, pour les éditions Perrin, janvier 2014. Il prépare une Histoire de l'armée française à paraître en 2015 aux éditions Tallandier. Il dirige l'équipe "Politique et conflits" du Centre de recherche universitaire lorrain d'histoire (CRULH) et de la MSH-Lorraine.

Emmanuelle CRONIER, Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Picardie – Jules Verne

Olivier FORCADE, Professeur d'Histoire contemporaine à l'Université Paris-Sorbonne

Robert FRANK, ancien directeur de l’Institut d’histoire du Temps présent (1990-1994), de l’UMR « Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe » (2002-2012), est professeur émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Récemment, il a dirigé le livre collectif : Pour l’histoire des relations internationales (PUF, 2012), réédité La hantise du déclin. La France, 1914-2014 (Belin, 2014), codirigé avec Alya Aglan l’ouvrage collectif : 1937-1947. La guerre-monde (Gallimard, Folio-Histoire, 2015, 2 volumes).

Benjamin GILLES, conservateur à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Ses travaux portent à la fois sur le témoignage combattant français et les pratiques de lecture durant la Grande Guerre. Il a publié Lectures de poilus, Livres et journaux dans les tranchées, 1914-1918 (Autrement, 2013) et avec A. Weinrich, 14-18, une guerre des images. France Allemagne (La Martinière, 2014).

Frédéric GUELTON, historien, ancien chef du département de l'Armée de terre du Service Historique de la Défense

David GUILLET est Conservateur général du patrimoine, historien de l’art, spécialiste du dessin et de l’estampe des 16ème et 17ème siècles, auteur de nombreuses publications et commissaire d’expositions sur ce sujet en France et aux Etats-Unis. Il a occupé plusieurs postes dans les services et établissements culturels français à l’étranger avant d’intégrer le ministère de la Culture. Depuis 2009, il est directeur-adjoint et responsable scientifique du musée de l’Armée. Il a notamment en charge la programmation et la conduite de la politique d’expositions temporaires du musée, marquée par la diversité des thèmes et périodes abordés, ainsi que par l’approche résolument internationale. 

Michel HAGNERELLE, Inspecteur général de l’Education nationale, doyen du groupe histoire et géographie.

Valérie HANNIN Ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégée d’histoire,Valérie Hannin enseigne aujourd'hui au lycée Racine à Paris (VIIIe). Elle est directrice de la rédaction de la revue L'Histoire, administratrice du Festival international du film d'histoire de Pessac, et siège au conseil scientifique des Rendez-vous de l'Histoire de Blois et à l’école doctorale de Paris I.

John HORNE est Professeur émérite d’Histoire contemporaine à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre de l’Historial de la Grande Guerre. Il a fait ses études aux universités d’Oxford (BA) et de Sussex (Ph.D.) Parmi ses ouvrages : Labour at War : France and Britain, 1914-1918 (1991); (dir.), State, Society and Mobilization in Europe during the First World War (1997); 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2005); (dir.) A Companion to World War One (2010) ; (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010).

Elise JULIEN est maître de conférences en Histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Lille et chercheuse à l’Institut de Recherche en Histoire du Septentrion (IRHiS, UMR Lille 3 – CNRS). Elle est spécialiste de l’histoire de la Première Guerre mondiale, de sa mémoire, en France et en Allemagne.

Gerd KRUMEICH est professeur émérite d'histoire moderne et contemporaine à Université de Düsseldorf et vice-président du Comité Directeur du Centre de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne. En 1975, il soutient sa thèse sur L’armement et la politique intérieure en France avant la Première Guerre Mondiale, sa Thèse d’habilitation (1998) portant sur Jeanne d'Arc à travers l'Histoire (Albin Michel, 1990). Il a été professeur d’histoire de l’Europe de l’Ouest à l’Université de Freiburg de 1990 à 1997. Gerd Krumeich est Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques de la République Française.

Yves LE MANER, agrégé d’Histoire en 1976, est directeur de la mission « Histoire, Mémoire, Commémorations » au Conseil régional Nord–Pas-de-Calais. Après avoir enseigné dans le secondaire et comme chargé de cours à l’Université de Lille III, il a dirigé, de 2011 à 2011, la Coupole, le Centre d’Histoire et de Mémoire du Nord–Pas-de-Calais. Ses recherches ont porté sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en Europe et, depuis une dizaine d’années, sur le premier conflit mondial en Flandres et en Artois.

André LOEZ, Professeur d'Histoire en classe préparatoire au Lycée Georges Braque de Paris, Maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Agnès MAGNIEN est Directrice déléguée aux collections à l’INA. Elle obtient le diplôme d'archiviste paléographe en 1990, et sa thèse de l'Ecole des chartes sur Les frères Keller, deux fondeurs au service de Louis XIV est primée. Elle est affectée une première fois aux Archives nationales, section des Missions, puis devient directrice des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis de 1994 à 2000. Elle est détachée en 2000 comme Directrice générale adjointe au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. En 2009 elle devient responsable du service des Missions à la Direction des archives de France, puis est nommée Directrice des Archives nationales en février 2011. Agnès Magnien est nommée Directrice déléguée aux collections à l’INA en septembre 2014.

Raphael MULLER, Docteur en histoire contemporaine, direction de la communication et de la valorisation à l'ESSEC Business School

Isabelle NEUSCHWANDER est diplômée de l’Ecole nationale des chartes, inspectrice générale des affaires culturelles, ministère de la culture et de la communication. Elle a été directrice des Archives départementales de la Somme et de la région Picardie (1994-1999)  puis responsable de la section du XXe siècle des Archives nationales (1999-2004). Elle a été directrice de projet du nouveau bâtiment des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine (2005-2007) et directrice des Archives nationales (Fontainebleau, Paris, Pierrefitte) de 2007 à 2011.

Philippe NIVET est professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Picardie, vice-président de cette Université et directeur du Centre d'histoire des sociétés, des sciences et des conflits. Ses travaux portent sur l'histoire des civils français pendant la Première Guerre mondiale, en particulier les réfugiés et les populations subissant l'occupation. Il a notamment publié La France occupée (Armand Colin, 2011) et Les réfugiés français de la Grande Guerre, les Boches du Nord (Economica, 2004) et coordonné plusieurs colloques sur la guerre en Picardie.

Nicolas OFFENSTADT est maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne. Il travaille à la fois sur la Grande Guerre et ses mémoires et sur les pratiques politiques à l’époque de la Guerre de Cent ans. Il est en charge du cours d’historiographie à l’Université de Paris I et vient de publier L’Historiographie (PUF, Que-Sais-Je, 2011). Parmi ses publications récentes, avec André Loez, La Grande Guerre. Carnet du Centenaire (Albin Michel) et En Place publique, Jean de Gascogne, crieur au XVe siècle (Stock).

Manon PIGNOT, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Picardie Jules-Verne. Membre junior de l’Institut Universitaire de France.

Marie-Noëlle POLINO assure le secretariat général et scientifique de l'Association pour l'histoire des chemins de fer (AHICF) qui réunit depuis 1987 chercheurs, professionnels du rail et érudits autour de l'histoire et du patrimoine des transports et des mobilités.

Stéfanie PREZIOSO, docteure ès Lettres, est Professeure d’histoire contemporaine à la Faculté des Sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne, membre du CRID 14-18. Ses travaux portent sur la génération de 1914, l’interventionnisme italien, les expériences de guerre des engagés volontaires dans la première moitié du vingtième siècle (14-18, guerre civile espagnole, résistances européennes), l’antifascisme et les problèmes historiographiques relatifs à l’appropriation de la mémoire historique (notamment dans les nouvelles technologies de l'information et de la communication).

Anne RASMUSSEN est historienne, professeur à l’université de Strasbourg et membre du laboratoire Société, Acteurs, Gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363). Ses travaux relèvent de l’histoire sociale et culturelle des sciences, en lien avec la guerre, aux XIXe et XXe siècles. Ses recherches récentes portent sur les relations entre Grande Guerre, médecine et santé publique. Elle est membre du comité directeur du Centre de recherche international de l’Historial de la Grande Guerre.

Sir Hew STRACHAN est Chichele Professor of the History of War et Fellow de l’Alls Souls College à l’université d’Oxford depuis 2002. Ses ouvrages comprennent : The First World War: Volume 1: To Arms (2001), The First World War: an illustrated history (2003) et, en tant qu’éditeur, The Oxford Illustrated History of the First World War. Administrateur de l'Imperial War Museum, il est commissaire à la Commonwealth War Graves Commission et fait partie des comités consultatifs nationaux du Royaume-Uni et d’Ecosse pour le centenaire de la Première Guerre mondiale.

Valérie TESNIERE est Conservatrice générale du patrimoine, Directrice de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine. Elle a été précédemment directrice du département Histoire et chef de projet Politique documentaire à l’EPBF (Établissement public Bibliothèque de France), puis a dirigé le Département de la coopération (en charge des pôles associés, de Gallica et du CCFr) à la Direction des services et des réseaux de la Bibliothèque nationale de France. Elle est spécialiste de l’édition contemporaine et directrice d’études à l’EHESS.

Laurent VEYSSIERE est conservateur général du patrimoine, directeur général adjoint de la Mission du Centenaire. Il a été  commissaire général de l'exposition Été 14. Les derniers jours de l'ancien monde coproduite par la BnF et le ministère de la Défense. Historien du Canada et du Québec, il a dirigé l'ouvrage Le Québec dans la Grande Guerre. Engagements, refus, héritages (Septentrion, 2015).

Arndt WEINRICH est chercheur à l’Institut historique allemand, où il est responsable de l’axe de recherche sur la Première Guerre mondiale. Expert de l’histoire de la mémoire et de l’histoire culturelle et militaire du conflit, il est l’auteur de Der Weltkrieg als Erzieher. Jugend zwischen Weimarer Republik und Nationalsozialismus (Klartext, 2013). Arndt Weinrich est également membre du Comité directeur du Centre de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre.

Jay WINTER est Professeur d'Histoire contemporaine à l'Université de Yale.  Il a été Fellow de Pembroke College, Cambridge, et Reader en Histoire Contemporaine à Cambridge de 1979 à 2001. Il a écrit Entre Deuil et Mémoire: La Grande Guerre dans l’histoire culturelle européene (Armand Colin, 2007), et avec Antoine Prost, Penser la Grande Guerre (Le Seuil, 2004), et René Cassin et les droits de l’homme: le projet d’une génération (Fayard, 2011), qui a gagné le prix Jean-Michel Gaillard à Blois en 2011. Il est rédacteur-en-chef du Cambridge History of the First World War, publié en trois tomes par Cambridge University Press et Fayard en 2013.

Laurent WIRTH est Inspecteur général de l’éducation nationale honoraire. Diplômé de l’IEP de Paris, agrégé d’histoire, docteur en histoire, il a été professeur dans le secondaire puis en CPGE à Limoges, Toulouse et Paris. Il a été inspecteur général de l’éducation nationale de 1998 à 2012, doyen du groupe histoire et géographie de 2008 à 2012. Professeur associé à l’IEP de Paris de 2001 à 2010. Ses principales publications : Histoire d’un équilibre perdu : évolution démographique, économique et sociale du monde paysan dans le Cantal au XIXe siècle, Institut d’études du Massif central, 1996. The Misuses of History, Conseil de l’Europe, 2000. L’exception française, Armand Colin, 2000.