Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Premier Degre > L'assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo

L'assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo

Attentat de Sarajevo. Dessin. Petit Journal Illustré.
© Gallica/BnF
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Repères pour l’enseignant

Comment l’assassinat d’un archiduc autrichien et de son épouse a-t-il pu déclencher un conflit mondial qui a fait au moins dix millions de morts ? Lorsque François-Ferdinand se rend dans la capitale de la Bosnie-Herzégovine, la situation est tendue. La domination autrichienne sur ce pays, annexé en 1908, est contestée, notamment par les nationalistes serbes. L’un d’entre eux, Gavrilo Princip, tue l’héritier de l’empire austro-hongrois. L’Autriche veut punir la Serbie, au besoin par la guerre.

Avant 1914, les puissances européennes avaient signé des traités d’alliance mutuelle, qui divisaient le continent et le mettaient sous la menace, au moins théorique, d’un conflit généralisé. La « Triple-Entente » (France, Russie, Grande-Bretagne) et la « Triple-Alliance » (Allemagne, Autriche-Hongrie, Italie) témoignent de la méfiance profonde entre ces puissances, mais surtout des rivalités économiques et coloniales qui les opposent. Cela se traduit par une course aux armements qui donne aux armées européennes une puissance de destruction inédite. Pour beaucoup, la question n’est plus de savoir si une guerre peut éclater mais à quel moment elle va éclater.

Ce n’est que dans la dernière semaine de juillet 1914 que l’Europe prend conscience que l’attentat de Sarajevo pourrait entraîner ce conflit généralisé, à la fois attendu et redouté. Car le soutien apporté par la Russie à la Serbie, et par l’Allemagne à l’Autriche-Hongrie, va donner à la guerre sa dimension continentale. Plus encore que le jeu des alliances, c’est bien l’incapacité des dirigeants à endiguer la réaction en chaîne née des mécanismes militaires de mobilisation générale qui explique l’échec de la diplomatie. Ainsi, tout bascule lors d’une journée décisive, celle du 31 juillet, après l’annonce de la mobilisation générale en Russie. Le jour même, le socialiste Jean Jaurès, militant de la paix, est assassiné à Paris par un nationaliste français. L’Allemagne et la France s’engagent dans la guerre. En moins d’une semaine, la crise ouverte par l’assassinat de François-Ferdinand met donc sous les armes des millions d’hommes à travers toute l’Europe.

Présentation du document

La Une du Petit Journal

Le Petit Journal est un quotidien parisien républicain et conservateur, qui a paru de 1863 à 1944. À la veille de la guerre de 1914-1918, c’est l’un des quatre plus grands quotidiens français, avec Le Petit Parisien, Le Matin et Le Journal.
 

Texte(s) de référence

Ministère de l’Éducation nationale, Programmes d’enseignement de l’école primaire, cycle des approfondissements – programme du CE2, du CM1 et du CM2, Bulletin officiel [en ligne], bulletin hors-série n° 3 du 19 juin 2008.

Programmes 2008 – Objectifs visés

  • Histoire : Analyser, interpréter et comprendre un document.
  • Français : Lire et comprendre un texte en activant les connaissances acquises et en exerçant son esprit critique.
  • Pratiques artistiques : Observer les détails fournis par une image pour en comprendre le sens profond. S’approprier des codes de représentation.

Notions principales

  • L’héritier du trône d’Autriche-Hongrie est assassiné à Sarajevo le 28 juin 1914.
  • L’Autriche-Hongrie accuse la Serbie d’être responsable de cet assassinat et lui déclare la guerre.
  • La guerre entre l’Autriche-Hongrie et la Serbie implique d’autres pays par l’effet des alliances militaires conclues précédemment.

Vocabulaire

Sarajevo, Bosnie-Herzégovine, Autriche-Hongrie, François-Ferdinand, 28 juin 1914, Assassinat, Héritier du trône, Nationalisme, Alliance.

Mise en œuvre pédagogique

Mettre en scène la découverte de l’objet

Annoncer : « Nous sommes en 1914. Vous venez d’acheter Le Petit journal et vous découvrez la première page qui rapporte l’événement de la veille : le 28 juin 1914. »

Analyser et interpréter l’affiche avec ses connaissances et ses représentations

Découvrir le document

  • Repérer tout ce qui est remarquable : les personnages, les lieux, les actions. Travailler par deux : on peut fournir une photocopie en noir et blanc sur laquelle les élèves entourent et annotent les informations sur lesquelles ils fondent leur représentation.
  • Favoriser les échanges entre pairs en grand groupe : accueillir les réactions et les représentations des élèves et noter au tableau les propositions.
  • Guider par un questionnement sur l’époque, le lieu, les personnages, le titre, les actions, les positions des personnages… Des questions très simples donneront l’occasion de valider les remarques visuelles.
  • Organiser le questionnement dans quelques domaines : époque, lieu, personnages, actions, titre.

Une fois le thème principal abordé (l’assassinat de deux personnes, l’archiduc François-Ferdinand et son épouse à Sarajevo, par un homme brandissant un pistolet), on s’appliquera à approfondir la recherche.

Les personnages

Comment les victimes sont-elles vêtues ? (richement) ; où se trouvent-elles ? (dans une grande voiture décapotable) ; qui les accompagne ? (des militaires)… Les victimes semblent des personnages importants dont la notoriété a pu attirer de nombreux spectateurs sur leur passage, certains allant même jusqu’à s’entasser sur des balcons pour les voir.

  • Le lieu : Dans quel type d’endroit se déroule la scène ? (dans une ville).
  • L’époque : La voiture dans laquelle se trouvent les victimes semble-t-elle récente ? (elle date des débuts de l’automobile). Que portent la plupart des hommes présents ? (un chapeau ainsi qu’une moustache).

Des observations plus précises encore aideront à déterminer l’époque et le lieu du crime : vêtements, couleur de peau des protagonistes, végétation, architecture annoncent un pays de type européen ou nord-américain. Certains de ces indices associés à la mode de la moustache, aux roues et au modèle de la voiture indiquent une époque que l’on pourra situer dans le premier quart du XXe siècle.

Certains enfants remarqueront peut-être à l’arrière-plan la présence d’une mosquée qui pourrait les amener à situer le lieu du crime au Moyen-Orient ou dans un pays du Maghreb. On leur expliquera ensuite que la Bosnie, pays européen, a longtemps fait partie de l’Empire ottoman, qui a pérennisé l’islam.

  • Apporter des données historiques : le professeur intègre peu à peu les données de compréhension essentielles à l’événement en s’appuyant sur la partie « Repère pour l’enseignant » : Assassinat, Archiduc François-Ferdinand d’Autriche, Serbie, Triple-Alliance, Triple-Entente… Il est souhaitable que l’enseignant organise les informations au tableau pour qu’elles soient ensuite utilisables dans les activités pour l’élève.

La recherche peut être menée par écrit. On propose aux enfants une activité déclinée en trois parties :

  1. Un questionnaire à choix multiples, qui permet une approche du document sur des éléments essentiels (le tueur et ses victimes).
  2. Une recherche sur les éléments de décor ou les personnages secondaires à laquelle les enfants répondront par des phrases.
  3. Une rédaction courte (résumé) dans laquelle les enfants pourront synthétiser les produits de leur recherche.

Comprendre le document, l’objet et sa fonction

Dans l’optique de préciser les connaissances des élèves, on peut leur distribuer ce texte.

  • On peut vérifier la bonne compréhension du texte par un questionnement oral ou préférer le biais de l’écriture (voir plus loin la Fiche activité 1).
  • En quelle année le meurtre de l’archiduc a-t-il eu lieu ? (en 1914)
  • Où se trouve la ville de Sarajevo ? (en Bosnie-Herzégovine, un pays du Sud de l’Europe)
  • Pour quelle raison Gavrilo Princip tue-t-il François-Ferdinand et sa femme ? (parce qu’il est contre l’annexion de la Bosnie par l’Autriche-Hongrie)
  • À quel événement mondial cet assassinat a-t-il finalement abouti ? (la Première Guerre mondiale)

À partir de l’affiche de mobilisation : quel est le premier jour de la mobilisation ? (le 2 août 1914) ; quel symbole de la France est repris sur l’affiche (le drapeau tricolore) ; à qui s’adresse-t-elle ? (aux hommes en âge de combattre mais également à toute la population française).

Prolongement

Comprendre ce qu’est une illustration

En 1914, l’illustration prime sur la photographie. Il sera intéressant d’amener les élèves à comprendre qu’il ne peut s’agir là que d’une interprétation de la scène du crime (il existe sur Internet un court film d’époque montrant la visite de l’archiduc à Sarajevo, tourné peu de temps avant l’attentat. Outre son intérêt historique, le document exprime bien les piètres moyens techniques de l’époque et permet de comprendre la préférence des journaux pour l’illustration). On amènera les enfants à réfléchir sur les avantages (clarté, didactisme…) et les inconvénients (imprécision, partialité…) de l’illustration.

> Télécharcher les deux fiches d'activités