Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Premier Degre > « Carnet de poilu » de Renefer

« Carnet de poilu » de Renefer

Carnet de poilu. Leur vie racontée aux enfants par Renefer, présenté par Gabrielle Thierry, Éditions Albin Michel, octobre 2013.
© Albin Michel
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le carnet de Renefer permet dans ce cadre d’aborder le premier conflit mondial de manière transverse : en histoire (la vie au front, la vie des civils en temps de guerre, la technologie et l’économie liées à la guerre, la propagande), en français (lecture, vocabulaire, grammaire, production d’écrits), en arts plastiques (approche sensible et réfléchie des œuvres, pratique plastique, correspondances plastiques, repères et références dans l’histoire de l’art) et en histoire des arts (arts du langage, arts visuels, arts populaires). Le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) a été associé à cette démarche et propose en lien avec la Mission du Centenaire une séquence pluridisciplinaire à destination des élèves de CM2.

Contextualisation de la séquence / repères pour l’enseignant

Un objet artistique et un témoignage historique comme matériau d’exploration

Pendant la Première Guerre mondiale, alors qu’il est soldat et fait la guerre au front entre 1916 et 1918, Jean Constant Raymond Fontanet, dit Renefer, réalise un carnet destiné à sa fille unique âgée alors de 8 ans.

Ce support d’environ 10 x 15 cm, dimensions adaptées à un rangement dans la poche, le suit dans ses déplacements, du matin au soir, y compris dans les tranchées sous le feu ennemi. Les soixante pages qui le composent offrent une alternance de textes sur les pages de gauche et de dessins aquarellés sur les pages de droite.

Même si le propos, tant au niveau de l’image que de l’écrit, est manifestement saisi sur le vif et dans une réalité des plus concrète, il s’agit d’un récit très construit. La diversité des situations présentées par l’interaction texte/image permet à Renefer de raconter à sa fille ce qu’il vit de façon ludique et engagée.

À la manière d’un journal intime, l’auteur nous permet d’être en prise directe avec ce que pouvaient être les journées d’un poilu. Cependant, le parti pris réaliste se double d’un discours rassurant et de choix artistiques affirmés.Albin Michel a édité en 2013 un fac-similé du carnet de Renefer, Carnet de poilu, leur vie racontée aux enfants par Renefer, présenté par Gabrielle Thierry.

L’artiste, le père, le soldat

En tant qu’architecte de formation, Renefer a une pratique du dessin et il répond d’ailleurs à plusieurs commandes d’éditeurs pour réaliser des séries d’estampes sur la guerre. En effet, « vrai » soldat mobilisé dès 1914, Renefer participe aux batailles de Verdun et de la Somme. En 1918, il occupe les fonctions de lieutenant du 9e régiment des zouaves. Les portfolios de son travail sont édités sous des titres évocateurs : « Pendant le combat, eaux fortes originales d’après nature, Somme, 1916-1917», « Sur le front » de Verdun ou encore « Les Hauts de Meuse en Alsace ».

En dehors de ce carnet spécifiquement destiné à sa fille, Renefer a donc réalisé de très nombreux croquis et carnets de guerre. Cette pratique était d’ailleurs courante chez les soldats, qu’ils aient ou non des prédispositions artistiques, pour occuper leur temps libre, correspondre avec leurs proches, comme exutoire également.

La spécificité du Carnet de poilu vient du statut de son auteur qui concentre dans son approche des intentions de soldat patriote, de père aimant et d’artiste en quête de la retranscription d’une réalité palpable.

Après-guerre, Renefer poursuit son activité d’illustrateur pour des ouvrages littéraires et pour la presse également. Il développe parallèlement une démarche picturale et participe activement à la vie artistique de son époque jusqu’à sa mort en 1957, expose et bénéficie d’une reconnaissance publique.

> Télécharger la séquence pédagogique dans son intégralité