Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Le lycée Jean Mermoz de Dakar se souvient du sacrifice des Tirailleurs sénégalais lors de la Grande Guerre

Le lycée Jean Mermoz de Dakar se souvient du sacrifice des Tirailleurs sénégalais lors de la Grande Guerre

Conférence "Les tirailleurs dans l'iconographie" avec Eric Deroo et Antoine Champeaux, historiens
© Emilie Nardon
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Lancé en septembre 2013, le projet « Histoire et mémoire, sur le chemin des tirailleurs » du lycée français Jean Mermoz tente de faire revivre ces héros méconnus, tombés anonymement à des milliers de kilomètres du Sénégal. Le devoir de mémoire s’impose pour évoquer cette histoire commune. Aussi, à travers différentes manifestations, il est question d’ouvrir des pages d’histoire trop souvent oubliées.

Ce projet, validé par l’AEFE en 2013-2014, reconduit en 2014-2015, s’appuie sur la volonté de faire découvrir aux élèves, de différents niveaux, ce passé douloureux. Par un travail de recherche, de lecture et la découverte de témoignages, ils sont amenés à formuler une réflexion, une analyse et à se forger un esprit critique. Ce temps de la collecte de l’information s’appuie également sur la visite du Musée des Forces armées, partenaire du projet, sur les conférences ou rencontres programmées (Eric Deroo et Antoine Champeaux, historiens-réalisateurs, auteurs du film « la Force Noire »), sur la collaboration avec l’Institut français (spectacle autour de la Randonnée de Samba Diouf, exposition BD…).

Plusieurs temps forts ont été organisés pour l’année scolaire 2013-2014 :

  • l’organisation d’une « semaine des Tirailleurs », en décembre 2013, a permis à l’ensemble de la communauté éducative de s’immerger dans le quotidien des Tirailleurs : la présence du muséobus des Forces Armées sénégalaises, la conférence-débat autour de la Force Noire, ont fortement mobilisé nos lycéens ainsi que plusieurs classes de différents lycées : les lycées à programme français de Jeanne d’Arc et du Cours Ste Marie de Hann et les lycées sénégalais de Ouakam et Seydou Nourou Tall.
  • la création, en fin d’année, d’un spectacle par la classe de Première L, dans le cadre de la Quinzaine théâtrale, a été l’aboutissement logique du travail de recherche et d’écriture engagé en cours d’année.

Le projet, reconduit en septembre 2014 et validé à nouveau par l’AEFE dans le cadre d’une APP monde, se définit avec plus d’ambitions : Il s’est ouvert à plusieurs niveaux et à plusieurs classes. Ainsi plus de 150 élèves de 3e, de seconde et de 1ere, fréquentent l’univers quotidien de ces tirailleurs. Les approches sont selon les niveaux différentes mais toutes basées sur la pluridisciplinarité : aux côtés des professeurs d’histoire, travaillent des professeurs de français, de mathématique, d’arts plastiques et de documentation. Trois axes de travail ont été définis par l’équipe pédagogique :

  • Le travail autour de la bande dessinée concerne avant tout les élèves de seconde : après un travail de recherche de l’information, ils appréhendent progressivement la technique du dessin pour aboutir à la production d’une histoire courte sous la forme d’une bande dessinée conçue avec le dessinateur Pépito et qui doit être présentée au festival de BD « Quai des Bulles » de Saint Malo en octobre 2015, devenu partenaire du projet.
  • Les élèves de l’enseignement d’exploration « Littérature et Société », en classe de seconde, travaillent à un spectacle théâtral bâti autour d’une étude littéraire et critique, accompagnés dans cette approche par un griot et un metteur en scène. La réalisation d’un ouvrage-CD doit conclure cette étude. La classe de 1ere L propose une démarche comparable : à l’issue d’un travail d’écriture, ces lycéens mettent en scène et jouent une pièce de théâtre qui sera présentée dans le cadre de la quinzaine théâtrale du lycée de mai 2015. Enfin,  la venue de la troupe de théâtre « La Poursuite » mettant en scène l’ouvrage de Lucie Cousturier Des inconnus chez moi  doit être un moment privilégié de cette quinzaine théâtrale mobilisant plusieurs centaines de jeunes acteurs très investis dans l’atelier théâtre tout au long de l’année.
  • Quant aux élèves de 3e, leur travail se concentre d’une part autour de l’étude artistique (avec pour support la BD et la réalisation d’une fresque) dans le cadre de l’histoire des arts et d’autre part autour de l’étude de l’ouvrage d’Yves Pinguilly « Un tirailleur en enfer » (Yves Pinguilly est un auteur spécialisé dans la littérature jeunesse et plusieurs de ses ouvrages ont pour support l’Afrique. Un tirailleur en enfer  relate cette mobilisation forcée en 1915 au départ de Dakar d’un jeune guinéen, Thierno, qui rapidement se retrouve sur les champs de bataille de la Grande Guerre notamment dans l’enfer de Verdun). La venue de cet écrivain doit permettre l’approfondissement d’un travail d’écriture et l’organisation d’un atelier-débat ouvert à d’autres établissements notamment aux lycéens de Ouakam.

En mobilisant une grande partie de la communauté éducative du lycée Jean Mermoz, en s’ouvrant aux autres établissements, en explorant des pages de notre histoire oubliée, ce projet a l’ambition d’être un pont entre les cultures et de participer à la connaissance de l’autre pour ainsi former des citoyens responsables et tolérants.