Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > L'AEFE engagée dans le Centenaire

L'AEFE engagée dans le Centenaire

Cartes des Actions pédagogiques pilotes liées au Centenaire de la Première Guerre mondiale..
© AEFE
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Présentation de l'AEFE

L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) est un établissement public placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères. Créée en 1990, elle est chargée du suivi et de l’animation du réseau des établissements d’enseignements français à l’étranger. Dans ce cadre, l’AEFE a pour objet d’assurer, en faveur des enfants de nationalité française résidant à l’étranger, les missions de service public relatives à l’éducation ; de contribuer au renforcement des relations de coopération entre les systèmes éducatifs français et étrangers au bénéfice des élèves français et étrangers ; de favoriser, notamment par l’accueil d’élèves étrangers, le rayonnement de la langue et de la culture françaises.

Le réseau des écoles, collèges et lycées français à l’étranger porte partout dans le monde des valeurs universelles : la démocratie, la tolérance, l’esprit critique, la laïcité, l’égalité entre les femmes et les hommes, le respect des minorités, l’humanisme et la justice internationale.
On l’aura aisément compris, l’AEFE est un acteur central de la politique de rayonnement de la France. Atout pour notre pays, le réseau des établissements français à l’étranger participe aussi activement au rapprochement entre les cultures.

Le réseau d’enseignement français à l’étranger compte 488 établissements homologués. Certains sont en gestion directe, d’autres sont conventionnés et d’autres encore sont partenaires. Tous ces établissements forment un réseau unique au monde par son ampleur et par les moyens que l’Etat français y consacre.

Présent dans plus de 130 pays et scolarisant plus de 310 000 élèves de toutes nationalités dont plus de 115 000 Français, ce réseau bénéficie d’un encadrement de qualité. En effet, quasiment 6500 personnels titulaires détachés de l’Education nationale interviennent dans le réseau AEFE. S’y ajoutent 20 000 personnels recrutés locaux.

Le réseau d’enseignement français à l’étranger propose une offre éducative de qualité qui entend garantir l’excellence pour tous. A ce titre, l’AEFE met en œuvre, au profit des établissements du réseau, une politique innovante qui concilie respect des programmes en vigueur en France et ouverture à la langue et à la culture, à l’histoire et à la géographie du pays d’accueil.

Au sein de l’AEFE, le service pédagogique assure le pilotage de la politique pédagogique du réseau des établissements français à l’étranger. Cette politique entend impulser des projets innovants et apporter son appui aux initiatives des établissements. Projets et initiatives sont le plus souvent regroupés dans des actions pédagogiques dites pilotes (APP) suivies attentivement par le service pédagogique de l’AEFE.

Avec la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, de nombreuses actions pédagogiques ont fleuri dans le réseau AEFE conformément aux souhaits de sa directrice, madame Anne-Marie Descôtes, souhaits exprimés dans un courrier à destination des établissements français à l’étranger en date du 22 février 2013.

Ces dizaines d’actions, de projets, rendent déjà compte à l’heure actuelle de l’étendue du conflit (cf. carte) et de la mobilisation de millions d’hommes et de femmes, de militaires et de civils, d’enfants et de personnes âgées de part le monde (cf. liste des projets). À noter, le prix des écoles françaises à l'étranger remporté par les CM1/CM2 de l'école française Jean Giono de Bizerte (Tunisie), pour leur travail réalisé dans le cadre du concours « Les petits artistes de la mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants » organisé par l’ONACVG. L'inspecteur pédagogique d'histoire et de géographie de l'AEFE, Michel Héron, en témoigne : « Nombreux sont les établissements du réseau qui se sont mobilisés autour de "l'objet historique 1914-1918" pour construire des projets particulièrement intéressants. » 

Grâce à ces approches croisées, les communautés éducatives concernées pourront se reconnaître dans cet « esprit du Centenaire », axé sur la compréhension de la Grande Guerre comme événement et comme héritage.

Descriptifs de quelques projets de l’AEFE

États-Unis - Lycée français de San Francisco 

Les Etats-Unis et la Première Guerre mondiale (second degré).
Répartis en différent groupe, les élèves se réuniront afin de travailler sur différents thèmes comme « les femmes dans la guerre » ou encore « la vie dans les tranchées ». Un spectacle sera organisé à la fin de l’année, basé sur divers éléments (débat sur le devoir de mémoire, scénettes, extrait de films et de photos commentées etc.).

Argentine - Lycée Mermoz de Buenos Aires

La Grande Guerre en Argentine : La Grande Guerre vue d’Argentine à travers la figure de Carlos Gardel (second degré).
L’action commence en montrant le Monument Aux Morts Français, érigé en 1923, dans la cour de l’Hôpital français de Buenos Aires. Le but est de faire s’interroger les élèves: pourquoi un tel monument en Argentine ? Pourquoi l’Argentine ? A première vue le pays n’a rien à voir avec le conflit. Il s’agit de montrer aux élèves comment l’Argentine participe pourtant bel et bien à la guerre, de façon indirecte, parce que la guerre est constamment présente entre 1914 et le début des années 20 dans tous les esprits et dans les faits, dans les espaces publics, dans l’échiquier politique du pays, dans les communautés de migrants européens. Réalisation d’une étude de cas en prise avec la réalité du lycée. Problématique: En quoi l’Argentine illustre l’idée de guerre totale ?

Danemark - Lycée du Prins Henrik de Copenhague

Regards croisés pour la Grande Guerre (inter degré).
La spécificité de la Grande Guerre sera envisagée à partir du pays du lieu de résidence : le Danemark d’une part, la Pologne d’autre part. Différentes actions seront mises en place, notamment en sciences où les élèves verront comment les sciences « profitent » à la guerre, mais également de la guerre. Ils auront aussi à travailler sur la Mémoire et les traces de la Première Guerre mondiale aujourd’hui.

Suisse - École française de Berne

La Guerre au quotidien : Allemagne, France et Suisse (inter degré).
Le projet, interdisciplinaire et transversal en histoire, français, allemand et arts plastiques, permettra aux élèves de travailler dans différents ateliers axés sur la découverte, la réflexion et la créativité. L’objectif étant la réalisation d’un spectacle mettant en scène le quotidien des soldats et des familles, dont le décor sera également réalisé par les élèves.

Espagne - Lycée français de Valence

Histoire des poilus de la colonie française de Valence (inter degré).
La mise en œuvre de l’action se déroulera de manière progressive sur trois ans, se développant et se diversifiant en fonction de l’évaluation de l’année précédente. Lors de la première année, les élèves seront amenés à se renseigner sur « qui sont les soldats morts pour la France, dont les noms figurent sur la plaque commémorative du lycée français de Valence ? » Pour y parvenir, ils auront à leur disposition diverses ressources : archives, presse, musées, sites internet, mémoires collectives, etc.

Pologne - Lycée français de Varsovie

La Mémoire polonaise de la Grande Guerre (inter degré).
Découverte de l’histoire de la Grande Guerre aux travers de témoignages indirects, de lettres appartenant aux familles des élèves et de visites aux musées. Les élèves seront amenés à avoir une démarche de « débutant-chercheur » en histoire, à participer aux commémorations ainsi qu’à collaborer avec les organismes culturels.

Maroc - Lycée Lyautey de Casablanca

La Grande Guerre (second degré).
L’objectif de ce projet est la production d’une performance artistique (spectacle). Pour y parvenir, quatre phases seront mises en place. La première est l’élaboration d’une « mallette pédagogique » qui servira de base pour les travaux d’écriture et pour assurer la cohérence du tout. Ensuite, dans un deuxième temps, les élèves travailleront sur les éléments du spectacle (texte, choral, décors etc.). La troisième phase sera consacrée aux répétitions du spectacle et la quatrième à  la « performance  artistique ».

Sénégal - Lycée Jean-Mermoz de Dakar

« Avec les Tirailleurs » (second degré).
Ce travail pluridisciplinaire s’inscrit dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale. Il est axé sur le rôle des tirailleurs sénégalais et la contribution des populations coloniales aux guerres. Problématiques : Comment la guerre est-elle entrée dans les mémoires ? Quelles traces en reste-t-il ?

Guinée - Lycée Albert-Camus de Conakry

« Histoires et Mémoires de tirailleurs » (second degré).
Le projet se décompose en trois temps : d’une part le choix d’une lettre dans le recueil « Paroles de Poilus » et un travail de recherche sur le cadre de rédaction de la lettre, ensuite un voyage à Péronne afin de compléter le travail de recherche sur les conditions de la guerre et sur la mémoire de ces hommes, le but étant de réaliser un carnet de voyage dont les planches seront exposées au Centre Culturel Franco-Guinéen, enfin un travail de création « théâtrale » consistant en la mise en voix d’une lettre.

Gabon - Lycée Blaise-Pascal de Libreville

Dire Non à la Guerre ! (second degré).
À l’occasion du centième anniversaire du déclenchement de la Grande Guerre, l’objectif est d’aborder un aspect encore méconnu de ce conflit mais au cœur des réflexions actuelles des historiens : le refus de guerre. Il s’articulera autour de conférences animées par des professeurs et des universitaires, par la projection de films ainsi que de documentaires historique. Le tout destiné aux élèves ou à un public plus large.

Cameroun - Lycée Dominique-Savio de Douala

Le Cameroun dans la Guerre (second degré).
Des élèves volontaires réaliseront un travail écrit sur l’histoire de Douala et du Cameroun durant la Première Guerre mondiale. Ce travail prendra la forme d’un mémoire, sur le modèle de celui réalisé lors du Concours National de la Résistance et de la Déportation (CNRD). Une recherche sera faite sur des documents d’archives, des ouvrages et des articles abordant le sujet. Des témoignages indirects seront bien entendu recueillis.

Chine -  Lycée français international Victor Segalen de Hong Kong

L’Asie et l’Océanie en Guerre (2nd degré).
Pendant deux années, vont se succéder des historiens français, asiatiques ou encore anglo-saxons, des auteurs de romans ou de BD durant des conférences et rencontres, autour de thèmes travaillés par les élèves en amont. Ce cycle se terminera par une conférence finale faisant intervenir différents élèves.

Thaïlande - Lycée français international de Bangkok

« Le Siam dans la Grande Guerre » (second degré).
Le projet prend sa source dans la découverte par les élèves de deux monuments commémoratifs de la Première Guerre mondiale. Les élèves devront mener une enquête historique pour rassembler toutes les informations possibles à l’aide de témoignages, d’archives diverses, de documents iconographiques etc. L’enquête sera par la suite scénarisée, interprétée et filmée pour aboutir à la réalisation d’un film documentaire qui retrace l’avancée progressive de la recherche.

Cambodge - Lycée Français René Descartes de Phnom Penh

« Des soldats cambodgiens dans la Grande Guerre » (inter degré).
Plusieurs bataillons de fantassins cambodgiens participèrent à la Première Guerre Mondiale dans le cadre de l’Union française. Il semblerait que l’on sache peu de choses sur eux aujourd’hui. Les élèves auront pour mission de rendre hommage à ses hommes, par l’élaboration et la rédaction de l’histoire de ses bataillons de la Grande Guerre à l’aide de recherche aux Archives Nationales notamment. De plus un concours sera lancé dont le but sera d’écrire un court hommage aux soldats en Khmer et en français (pour le secondaire) et la représentation par un dessin d’un combattant (pour le 1er degré). Les lauréats du concours pourront voir leur production servir de base à l’élaboration d’un monument (ou plaque) commémorative.

Australie – Lycées  de Canberra de Melbourne et de Sydney

Les mémoires de la Grande Guerre en Australie (inter degré).
Il s’agit d’une collaboration entre trois établissements australiens. Visites de musées, interviews de personnalités ou encore d’intervenants pour les élèves du primaire de Sydney. Recherches dans les archives, cycle de conférence et étude d’archives de presse pour leur ainé du secondaire. A Canberra, les élèves du primaire comme du secondaire iront au War mémorial, et tandis que les premiers en feront un reportage radio, les seconds réaliseront une bande dessinée inspirée de « paroles de Poilus ». Enfin les élèves de Melbourne réaliseront entre autre une exposition sur la Grande Guerre, des arbres généalogiques et des portraits de membres de familles des élèves ayant participé à cette guerre. Les trois établissements se réuniront lors de différents événements commémoratifs.

La Grande Guerre en extrême orient et en Océanie (second degré).
L’objectif est de permettre aux élèves d’étudier plus spécifiquement l’implication de l’Australie dans la guerre de 1914-1918, et les conséquences que cet engagement a pu avoir sur l’histoire, la société, la culture, en particulier sur la construction du sentiment national australien. Le tout à travers la rédaction d’articles ainsi que celle d’une bande dessinée, inspiré des archives australiennes.

Tunisie - École Jean-Giono de Bizerte (premier degré)

Les petits artistes de la mémoire, la Grande Guerre vue par les enfants : concours scolaire proposé par l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG).
Les élèves de CM1/CM2 de cette école de Bizerte ont réalisé le carnet historique et artistique d'un véritable "Poilu" (le soldat tunisien Abbes, mort pour la France). Leur travail a été distingué par une mention spéciale du jury : le prix des écoles françaises à l'étranger.