En France > Alsace > Haut Rhin > L'Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf

L'Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf

L'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le massif du Hartmannswillerkopf, dans les Vosges, a été le théâtre de violents combats entre Français et Allemands entre 1914 et 1916. Le site, l'un des quatre monuments nationaux de la Grande Guerre, est désormais un haut-lieu de mémoire et de réconciliation franco-allemande. Après des années de travaux, le premier Historial franco-allemand de la Grande Guerre, surnommé le HWK, a ouvert ses portes au grand public le 3 août 2017. Il sera officiellement inauguré le 10 novembre 2017 par le président de la République française Emmanuel Macron, et le président de la République fédérale d'Allemagne Frank-Walter Steinmeier.

Le massif du Hartmannswillerkopf

Contrairement aux autres champs de bataille de la Grande Guerre, la spécificité du Massif des Vosges est d’avoir été le seul front 14-18 de montagne, sur les sols allemand et français, présentant des infrastructures et technologies de logistique et de transport, des impacts paysagers et des enjeux stratégiques liés à des contraintes climatiques et géographiques. 

Le massif du Hartmannswillerkopf, que le commandement allemand désignait par l’abréviation « HK », est un éperon rocheux pyramidal surplombant le sud de la plaine d’Alsace. Les Poilus le surnommeront dès 1915 « Vieil Armand » puis qualifieront la montagne de « mangeuse d’hommes » ou « montagne de la mort ».

Culminant à 956 mètres, cette position stratégique est l’enjeu de furieuses batailles qui s’échelonneront entre le 26 décembre 1914 et le 9 janvier 1916. Durant cette période, alors qu’attaques et contre-attaques se succèdent, le sommet change huit fois de main.

Les régiments les plus illustres - dont le fameux 152e RI - s’y distinguent, perdant parfois la moitié de leurs effectifs en quelques jours de combat. Quant aux intenses bombardements - 250 000 obus sont tirés par l’artillerie française pendant la seule journée du 21 décembre 1915 - ils transforment progressivement la forêt en paysage lunaire.

Champ de bataille stratégique, ce lieu de mémoire a été classé Monument Historique dès 1921, le monument et sa crypte - un des 4 monuments nationaux de la Grande Guerre avec Douaumont dans la Meuse, Dormans dans la Marne et Notre Dame de Lorette en Artois - ont été inaugurés en 1932 par le Président de la République Albert Lebrun.

Véritable musée à ciel ouvert, on dénombre sur le champ de bataille environ 6 000 abris et 90 km de tranchées.

Un circuit balisé et sécurisé de 4,5 km permet de découvrir la zone des combats et notamment 150 points de grand intérêt tels qu’abris, tranchées et ouvrages divers quasiment en leur état depuis la Grande Guerre.

L’Historial : une première institution bilatérale sur la Grande Guerre

Compte tenu de l’intérêt exceptionnel du site, de l’importance du public tant français qu’allemand mais aussi de toutes nationalités qui le découvre chaque année, un devoir de transmission et de médiation en direction des visiteurs et des nouvelles générations en particulier s’est imposé.

C’est pourquoi le Comité du Monument National a souhaité créer un Historial franco-allemand de la Grande Guerre, dont la première pierre a été posée le 3 août 2014 en présence du  Présidents de la République française François Hollande et Joachim Gauck, Président de la République Fédérale d’Allemagne,  geste à haute portée symbolique dans le cadre des relations entre nos deux pays et de la construction européenne 100 ans après l’entrée en guerre des deux nations.

Exposition permanente et expositions temporaires 

Au-delà de la vision locale, l’exposition permanente garde constamment des vues sur la dualité puis surtout l’amitié franco-allemande, débutant dès l’après-guerre.  Le discours historique a été établi en collaboration avec un comité scientifique composé de spécialistes originaires des deux côtés du Rhin, coprésidé par Mr. Gerd Krumeich et Nicolas Offenstadt. Le propos général s’appuie largement sur la parole humaine qui sera valorisée par des supports visuels et audiovisuels. Toutes les informations sont proposées en 3 langues (français, allemand et anglais).  
 
Des expositions temporaires sont également proposées dans un espace dédié. La première exposition à prendre place dans cet espace est l’exposition Vivre en temps de guerre - Menschen im Krieg, élaborée par les Archives départementales du Haut-Rhin et le Generallandesarchiv – Karlsruhe, qui sera proposée tout au long de la saison 2017.

L'architecture

L’Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, ouvert au public depuis le 3 août 2017, est d’abord un geste architectural exprimant la sérénité d’un site aujourd’hui pacifié, témoignant d’une destinée commune franco-allemande, après avoir été un lieu de dévastation et d’affrontement durant la guerre. Il a été pensé comme un trait d’union entre le champ de bataille, le monument national et le paysage. Dans ce but, les architectes du cabinet grenoblois Innovation Création & Architecture (INCA et les scénographes de l’agence parisienne Le Conte Noirot ont choisi de dessiner une construction discrète en forme d’amande, afin de se fondre au mieux dans son environnement forestier.  
 
L’Historial n’est toutefois pas un musée, mais un véritable lieu d’histoire et de mémoire invitant à la découverte du site dans sa globalité. Son architecture inspirée des constructions d’altitude s’inscrit de manière accueillante dans le paysage tout en offrant de larges vues sur la plaine d’Alsace et le Vieil Armand. A l’intérieur, le bois a été privilégié à la fois pour son origine locale, mais également pour l’aspect confortable auquel il renvoie. Il se retrouve, entre autres, dans une charpente magistrale qui rappelle de manière ostentatoire les nervures d’une feuille. 

La scénographie

Les espaces scénographiques ont été mis au point et validés par un conseil scientifique binational dédié co-présidé par les professeurs Nicolas Offenstadt et Gerd Krumeich, tous deux spécialistes de la Grande Guerre, assistés d’experts français et allemands ainsi que du général de division Christian Baptiste, directeur du Musée de l’Armée à l’Hôtel National des Invalides.

La scénographie a pour sa part été pensée pour rendre compréhensible le champ de bataille mais aussi la Grande Guerre dans son ensemble. Le lieu demeure cependant le véritable fil rouge de la visite et assure la cohérence narrative de l’exposition permanente. Cette présentation s’articule autour d’un élément central en forme d’œil dans lequel le multimédia est à l’honneur. Les visiteurs y sont totalement immergés par l’image afin d’appréhender la complexité des évènements qui se sont déroulés autour du Hartmannswillerkopf pendant la guerre. 

Autour de ce cœur, la muséographie se déploie en différentes thématiques. Les nombreux médias graphiques et audiovisuels mettent en perspective les évènements locaux avec le cadre plus large de la Grande Guerre. Les souffrances des hommes confrontés à cette guerre de montagne y côtoient les moyens matériels mis en œuvre pour surmonter ce milieu contraignant. Un ensemble dédié à la mémoire et en particulier aux relations francoallemandes fait office de point d’orgue à la visite.  

En définitive, l’Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf a été conçu comme un lieu résolument contemporain, nourri du passé, mais avant tout tourné vers l’avenir. Le parti pris exprimé par la maitrise d’œuvre a véritablement été de créer un bâtiment « capable de parler à tous et d’émouvoir chacun, quelle que soit sa nationalité, son origine, son âge. » 

Le livret de présentation

Comment comprendre la Grande Guerre ? Comment la raconter ? Que sait-on de nouveau aujourd’hui ? Sous la plume des meilleurs experts, ce livret bilingue (F/D) présente les grandes questions qui animent les réflexions et la recherche sur la Première Guerre mondiale. Il explique aussi l’originalité du projet de l’Historial franco-allemand qui a ouvert au public en août 2017, au Hartmannswillerkopf. Il permet, enfin, d’en suivre, ou d’en revivre, la visite.

Informations pratiques

Ouvert tous les jours du 3 août au 12 novembre 2017.
Contact : 03 89 20 10 68 / adt@tourisme68.com
> En savoir plus : memorial-hwk.eu