Dans le monde > Europe > Allemagne > Le centenaire de la Première Guerre mondiale en Allemagne

Le centenaire de la Première Guerre mondiale en Allemagne

L'agenda culturel des événements allemands liés au centenaire de la Première Guerre mondiale.
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

En Allemagne, 2014 sera une année de commémoration de trois points de vue : elle marquera en effet non seulement le centenaire du début de la Première Guerre mondiale mais aussi les 75 ans du début de la Deuxième Guerre mondiale et le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin.

Le rapport à la Deuxième Guerre mondiale, à l’Holocauste et à la politique de destruction du Troisième Reich joue un rôle particulier dans la société allemande depuis 1945. Cependant, les derniers mois révèlent un net regain d’intérêt pour les évènements de 1914 : des livres sur la Première Guerre mondiale sont devenus des best-sellers et pas un jour ne passe sans que le sujet ne soit abordé dans les médias d’une manière ou d’une autre.

Les projets culturels et scientifiques impressionnent par leur diversité. Pour s’y retrouver, l’association du service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes (VdK) propose sur un site dédié, www.100-Jahre-Erster-Weltkrieg.eu, un calendrier des manifestations de commémoration des années 1914-1918. Des centaines d’évènements y sont répertoriés et le site s’enrichit de jour en jour. Le musée historique allemand de Berlin (www.dhm.de), le musée d’histoire militaire de la Bundeswehr de Dresde (www.mhmbw.de), la «Freie Universität Berlin» (www.1914-1918-online.net), la bibliothèque nationale de Berlin (www.europeana-collections-1914-1918.eu) et le centre fédéral pour l’éducation politique («History Campus » ; www.bpb.de/veranstaltungen) ont entrepris des projets particulièrement ambitieux. Les Länder de Rhénanie du Nord-Westphalie, de Rhénanie-Palatinat et de Bade-Wurtemberg ont élaboré pour leur part des programmes régionaux regroupant les manifestations culturelles (exemple: www.rheinland1914.lvr.de). Une exposition intitulée «1914, les avant-gardes au combat » est présentée au Centre d’art et d’expositions de la République fédérale d’Allemagne de Bonn jusqu’en février 2014 (www.bundeskunsthalle.de). L’ancien ministre fédéral des Affaires étrangères Guido Westerwelle a inauguré cette exposition le 7 novembre 2013. Son discours (en allemand) est en ligne sur www.diplo.de.

Son successeur, le ministre fédéral des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a tenu à souligner, lors de la passation des pouvoirs le 17 décembre 2013, l’importance de la commémoration de la «Grande Guerre» avec les propos suivants :

« L’année de commémoration en 2014 sera dominée par la «catastrophe originelle du XXeme siècle». Et j’espère que cette commémoration sera pour nous un avertissement: pour montrer ce qui peut se passer si hommes politiques et diplomates errent sans orientation, comme des «somnambules», et étant loin de se rendre compte qu’ils s’approchent d’un gouffre. Cent ans après la première guerre mondiale notre planète est toujours un lieu dangereux. Ne soyons pas des somnambules mais agissons en patriotes éclairés, en assumant notre responsabilité de l’histoire, dans la tradition d’un Willy Brandt ou d’un Hans-Dietrich Genscher ! »

Le souvenir de la Première Guerre mondiale est souvent lié, en Allemagne, à la question des leçons qu’il convient de tirer pour l’avenir. Un grand nombre de projets et de manifestations s’adresse aux jeunes et les initiatives transfrontalières rencontrent un grand intérêt. On considère le plus souvent la construction européenne comme la réponse à l’échec de la diplomatie à l’été 1914. L’amitié franco-allemande, en particulier, est toujours citée en exemple quant à la manière de surmonter les erreurs de l’histoire.

La commémoration militaire passe en revanche plutôt à l’arrière-plan. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la société allemande entretient des rapports distanciés avec sa propre histoire militaire. La journée de deuil national est chaque année l’occasion privilégiée de se recueillir et de rendre un hommage respectueux aux victimes de la Première Guerre mondiale. L’identification avec les «poilus français», incarnant les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, n’a toutefois pas d’équivalent en Allemagne.

Au cours de l’année de commémoration 2014, le président fédéral Joachim Gauck participera à une série de cérémonies nationales et internationales rappelant 1914, 1939 et 1989. Les membres du gouvernement fédéral y seront également associés. Les représentants de l’État allemand prendront une part active aux célébrations internationales communes commémorant la Première Guerre mondiale. L’Allemagne se félicite tout particulièrement que tous ses partenaires internationaux adressent des propositions de commémoration axées sur la perspective d’un avenir commun.

L’Ambassadeur Andreas Meitzner est chargé, au sein du ministère fédéral des Affaires étrangères, de coordonner les activités internationales du gouvernement fédéral. La coopération franco-allemande jouera à cet égard un rôle majeur : un ensemble de projets commémorant la Première Guerre mondiale dans les États tiers sera ainsi financé par le fonds culturel franco-allemand. De nombreuses initiatives franco-allemandes, prévues en France à l’échelle régionale et nationale, seront préparées et accompagnées en étroite concertation entre la Mission du Centenaire et l’Ambassade d’Allemagne. Dans les mois à venir, les informations sur les différentes initiatives seront encore davantage mises en commun par des liens croisés sur Internet.