Autour de la Grande Guerre > Litterature > L'œuvre de Maurice Genevoix

L'œuvre de Maurice Genevoix

Original du carnet de guerre de Maurice Genevoix, première page.
© Famille Genevoix
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

En avril 1915, Maurice Genevoix est grièvement blessé sur le front, dans la Meuse. Retour sur son parcours et son œuvre.

À noter : la biographie de Maurice Genevoix est élaborée à partir du livre de Michel Bernard Pour Genevoix, publié en 2011 aux Éditions La table ronde.

L’enfance et la formation

Maurice Genevoix est né le 29 novembre 1890 à Decize dans la Nièvre. Sa famille déménage rapidement pour le Loiret, à Châteauneuf-sur-Loire à quelques kilomètres d’Orléans où il passe toute son enfance.

À la mort de sa mère alors qu’il a 12 ans, il se retrouve en pension au lycée à Orléans. Elève brillant, sensible, casse-cou.

En octobre 1908, il entre en classes préparatoires à l’Ecole normale supérieure au lycée Lakanal, à Sceaux. Il est reçu à l’ENS, rue d’Ulm, en 1911. Etudiant cultivé et doué, il noue de solides amitiés à l’École normale.

L’expérience de la Grande Guerre

Le 2 août 1914, il est sous-lieutenant de réserve (il a déjà effectué son service militaire au 144ème régiment d’infanterie à Bordeaux en 1911). Il rejoint le 106ème régiment d’infanterie de Chalons sur Marne. Du 6 au 11 septembre, son régiment participe à la bataille de la Marne. A l’automne 1914, son régiment s’installe sous Verdun.  L’officier Genevoix est au plus près des combats, échappe de peu à la mort. Il fait part de son expérience du combat à Paul Dupuy, secrétaire général de l’Ecole normale, dans un échange de lettres entre août 1915 et avril 1915.

Le 25 avril 1915, blessé grièvement par trois impacts de balle, il quitte définitivement le front.

« Le plus grand peintre de la guerre »1

Paul Dupuy à la lecture des courriers de Genevoix pressent en lui le grand témoin de la Grande Guerre et organise un rendez-vous chez Hachette avec un contrat à la clé. A l’aide de son carnet de route et des lettres échangées avec Dupuy, il se met à la rédaction de son premier ouvrage Sous Verdun, sorti en mai 1916, premier opus des cinq livres qui composeront Ceux de 14. Il écrit les 3 premiers tomes de la pentalogie pendant la guerre. Le 11 novembre 1918, il est démobilisé.

L’écrivain devenu immortel en 1949

C’est en 1920, alors de retour sur les bords de Loire, que Maurice Genevoix publie son premier roman Jeanne Robelin. La Loire devient alors le sujet de ses livres, ce qui lui vaut d’être classé dans les écrivains régionalistes. Plus tard, ses nombreux voyages, au Canada, en Afrique lui inspireront également de nombreux écrits.

En 1946, il est élu à l’Académie française, secrétaire perpétuel à partir de 1958. Il démissionne de cette charge à 83 ans en 1972 pour se consacrer à l’écriture de ses derniers livres.

Oeuvres

Sous Verdun, Paris, Hachette, 1916  

Nuits de guerre, Paris, Flammarion, 1917  

Au seuil des guitounes, Paris, Flammarion, 1918  

Nuits de guerre. Sous Verdun (août-octobre 1914), 1918  

Jeanne Robelin, Paris, Flammarion, 1920  

La Boue, Paris, Flammarion, 1921  

Rémi des Rauches, Paris, Flammarion, 1922  

Les Éparges, Paris, Flammarion, 1923  

Euthymos, vainqueur olympique (réédité sous le titre de Vaincre à Olympie), Paris, Flammarion, 1924  

La Joie, Paris, Flammarion, 1924  

Raboliot, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 1925  

La boîte à pêche, Paris, Grasset, 1926  

Les mains vides, Paris, Grasset, 1928  

Cyrille, Paris, Flammarion, 1929  

L’Assassin, Paris, Flammarion, 1930  

H.O.E., Paris, Les Étincelles, 1931  

Rroû, Paris, Flammarion, 1931

Forêt voisine, Paris, Eaux-fortes, Société de Saint-Eloy, 1931

Gai-l’Amour - réédité sous le titre Deux fauves, Paris, Flammarion, 1932  

Marchelou - réédité sous le titre Un homme et sa vie, Tome 1, Paris, Le Livre contemporain, 1934  

Tête baissée - réédité sous le titre Un homme et sa vie, Tome 2, Paris, Flammarion, 1935  

Le jardin dans l’île, Paris, Flammarion, 1936  

Bernard - réédité sous le titre Un homme et sa vie, Tome 3, Paris, Flammarion, 1937  

Les compagnons de l’Aubépin - récit pour les écoliers, Paris, Hachette, 1937  

La dernière harde, Paris, Flammarion, 1938  

L’hirondelle qui fit le printemps, Paris, Flammarion, 1941  

Laframboise et Bellehumeur, Paris, Flammarion, 1942  

Èva Charlebois- réédité sous le titre Je verrai, si tu veux, les pays de la neige, Paris,  Flammarion, 1944  

Canada - journal de voyage, Paris, Flammarion, 1945  

Sanglar - réédité sous le titre La Motte rouge, Paris, Flammarion, 1946  

L’écureuil du Bois Bourru, Paris, Flammarion, 1947  

Afrique blanche, Afrique noire - journal de voyage, Paris, Flammarion,  1949  

Ceux de 14 (Sous Verdun, Nuits de guerres, Au seuil des guitounes, La Boue, Les Éparges), Paris, Flammarion, 1950  

L’Aventure est en nous, Paris, Flammarion, 1952  

Fatou Cissé, Paris, Flammarion, 1954  

Vlaminck, Paris, Flammarion, 1954  

Images pour un jardin sans mur (tirage limité), Pierre de Tartas, 1956  

Au fil de la Loire, Paris, Les Heures claires, 1958

Le Roman de Renard, Paris, Presses de la Cité, 1958

Mon ami l’écureuil, Bias, 1959  

Routes de l’aventure, Paris, Les Heures claires, 1959

Au cadran de mon clocher, Paris, Presses de la Cité, 1960

Jeux de glaces, Wesmael-Charlier, 1960  

Vaincre à Olympie, Le Livre contemporain, 1960  

Les deux lutins, Paris, Casterman,1961  

La Loire, Agnès et les Garçons, Paris, Presses de la Cité, 1962

Chansons pour les enfants (33 tours), Les 3 Horaces,1963  

Derrière les collines, Paris, Presses de la Cité, 1964

Beau-François, Paris, Presses de la Cité, 1965

Christian Caillard, Éditions Ides et Calendes Neuchatel,1965  

La forêt perdue, Paris, Plon, 1966

Images pour un jardin sans murs, Paris, Plon, 1967  

Tendre bestiaire, Paris, Plon, 1968

Bestiaire enchanté, Paris, Plon, 1969

Bestiaire sans oubli, Paris, Plon, 1971

La mort de près, Paris, Plon, 1972

Deux fauves - réédition de Raboliot, L’Assassin, Gai-l’Amour, Paris, Plon, 1973

La Perpétuité, Paris, Julliard, 1974  

Un homme et sa vie - réédition de Marcheloup, Tête baissée, Bernard, Paris, Plon, 1974

Un jour, Paris, Le Seuil,1976  

Lorelei, Paris, Le Seuil,1978  

La Motte rouge - réédition de Sanglar, Paris, Le Seuil,1979  

Je verrai, si tu veux, les pays de la neige, Èva Charlebois, Laframboise et Bellehumeur, Paris, Flammarion, 1980

Trente mille jours, 1981  

Correspondance (28 août 1914-30 avril 1915), Paris, La table ronde, 2013

La ferveur du souvenir, Paris, La table ronde, 2014

Source : Académie  française et Association « Je me souviens de ceux de 14 »

 

Notes

1 Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928, Paris, «Les étincelles», 1929