Avez vous le droit de souscrire à plusieurs assurances vie ?

videoimg

Avez vous le droit de souscrire à plusieurs assurances vie ?

28 lecteurs
Sommaire de l'article

Comme chaque police d’assurance-vie contient des investissements différents, il peut être prudent de conserver plus d’une police.

L’assurance-vie : Comment ça marche

Le principe de base de l’assurance-vie est extrêmement simple, puisque le propriétaire n’a qu’à payer l’assurance pour créer un capital d’investissement.

Ces versements sont réguliers, programmés, ou totalement libres. L’objectif est d’obtenir un rendement en fonction du niveau de risque de l’investissement.

L’ouverture d’une police d’assurance peut être liée à divers objectifs :

  • Générer de l’épargne et constituer le capital nécessaire pour financer des projets ou le transmettre à ses proches en cas de décès.
  • Planifiez votre retraite avec une rente.
  • Transmettre un héritage en profitant d’un système fiscalement avantageux.

L’assurance-vie : Une gestion financière optimale

S’il est basé sur le fonds en euros ou sur un fonds d’investissement, le contrat d’assurance-vie peut donner des résultats différents.

Pour maximiser votre investissement Pour maximiser votre investissement, il est recommandé d’ouvrir plusieurs comptes. Les différences entre deux résultats peuvent aller du simple au triple.

Si vous êtes un particulier et que vous souhaitez profiter d’investissements rentables, l’enregistrement de différents contrats d’assurance est une bonne option.

L’utilisateur pourra se servir des différents supports et aussi des gains.

Pour maximiser les avantages des prestations de l’assurance vie, l’un est en mesure de se concentrer sur le marché immobilier tandis qu’un autre pourrait se concentrer sur les obligations.

Le contribuable pourrait ensuite en ouvrir un autre qui se base sur les placements en actions.

L’objectif est d’obtenir un bénéfice global en utilisant une variété d’options.

En fonction des objectifs et de l’implication du souscripteur, on peut passer de la gestion sous mandat à la gestion libre sous mandat, voire à la gestion automatisée.

Tout dépend du degré d’autonomie ainsi que des objectifs d’investissement du preneur d’assurance.

Le mandat vous permet de déléguer cette tâche à un expert qui saura prendre les bonnes décisions pour obtenir les résultats les plus efficaces.

La gestion automatisée s’appuie sur les préférences afin de s’assurer que la personne qui possède ce produit d’épargne respecte les directives.

Répartir plus équitablement le risque de l’assurance vie

Pour obtenir des gains importants et réduire les risques, il est suggéré de recourir à plusieurs contrats d’assurance-vie.

En effet, les investissements qui sont réalisés sur des supports différents ne donneront pas les mêmes résultats.

Pour réduire les pertes, il est préférable d’utiliser une variété de contrats.

De plus, la compagnie d’assurance pourrait avoir des problèmes qui pourraient avoir un impact sur votre épargne.

Depuis 1999, ces compagnies doivent assurer la protection de leurs clients. En effet, elles doivent faire partie du Fonds de Garantie des Assurances des Personnes ou FGAP.

Ce fonds est disponible en cas d’insolvabilité de l’assurance-vie. Il peut couvrir jusqu’à 70 000 euros pour chaque assuré, et aussi par contrat d’assurance.

Si vous avez plusieurs contrats d’assurance, cette garantie peut être utilisée à chaque fois.

Vous êtes donc certain de pouvoir récupérer une partie des économies réalisées en cas de besoin.

Cette caractéristique rassure les contribuables qui sont plus enclins à utiliser ce type de produit pour faire des économies.

Profiter d’un système fiscal intriguant.

Les taux d’imposition sur les gains sont différents dans les rachats. Ces taxes sont déterminées par le support des investissements.

Le choix le plus judicieux dans ce domaine est d’inclure d’un côté une assurance-vie avec de l’argent en euros, et de l’autre, une police d’assurance qui est en unités de comptes.

Si vous effectuez un retrait en espèces, vous avez la possibilité de choisir la compagnie d’assurance qui offre le traitement fiscal le plus favorable.

Vous pouvez contacter votre compagnie d’assurance pour obtenir des conseils sur la meilleure méthode de retrait.

De cette façon, vous réduirez le montant de l’impôt à payer pour chaque nouvelle transaction.

Cibler plusieurs bénéficiaires

Si l’assuré souhaite léguer son capital à plusieurs membres de sa famille et à ses proches, il est plus avantageux de souscrire des contrats d’assurance-vie distincts.

Pour chaque bénéficiaire, vous pourrez gérer les placements et les versements en fonction de ses besoins particuliers.

L’âge du bénéficiaire ainsi que ses besoins quotidiens spécifiques sont la base pour déterminer les risques qui pourraient être pris ainsi que les décisions financières.

Le calendrier des paiements peut également être déterminé en fonction des objectifs.

Vous pouvez personnaliser chaque police d’assurance-vie en fonction du montant que vous souhaitez laisser au bénéficiaire au moment du décès.

Le fait d’isoler les polices d’assurance-vie peut également prévenir les conflits entre les bénéficiaires de niveau 1 et de niveau 2 lorsque les fonds sont débloqués.

En distribuant le contrat à un seul bénéficiaire, vous pouvez éviter ces problèmes à votre décès.

De nouveaux contrats peuvent être signés après l’âge de 70 ans

La fiscalité des contrats d’assurance-vie change après l’âge de 70 ans. En effet, à cet âge, les gains ne sont pas imposés.

Les versements directs ou programmés peuvent bénéficier d’un abattement à condition de ne pas dépasser 500 euros.

S’ils répondent à ce critère S’ils répondent à ce critère, ils ne sont pas exonérés de droits de succession. En revanche, les intérêts sont totalement exonérés.

Pour s’y retrouver, il est recommandé de verser dans les nouveaux contrats à partir de 70 ans .

De cette façon, vous serez au courant des règles fiscales applicables à ce type d’assurance-vie.

En outre, les retraits doivent être effectués d’abord sur d’autres contrats.

Si vous choisissez de racheter le contrat d’assurance-vie que vous avez ouvert après l’âge de 70 ans, vous risquez de ne pas bénéficier de l’exonération des droits de succession dans le cas où ces gains n’ont pas été mis à disposition pour le rachat.

Le nouveau contrat doit donc être utilisé uniquement pour la capitalisation.

Soyez le premier à voter
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour haut de page