Qu’est-ce qu’un intérêt débiteur et quelle est la différence avec les agios ?

videoimg

Qu’est-ce qu’un intérêt débiteur et quelle est la différence avec les agios ?

49 lecteurs
Sommaire de l'article

En lisant votre relevé, vous remarquez un élément dont vous n’étiez pas conscient : des intérêts débiteurs ont été prélevés de votre compte sur le propre compte de la banque.

Quelle est la définition des intérêts débiteurs ?

Mettons fin au suspense : les intérêts débiteurs ne sont rien d’autre qu’une sorte d’angio.

En ce sens qu’il s’agit d’une charge bancaire qui est encourue lorsque vous signez une autorisation de découvert.

Selon la définition, un agio est une somme d’argent à payer à votre banque pour des opérations spécifiques (par exemple, au-delà de la limite de l’autorisation de votre banque).

Lorsque le solde de votre compte est épuisé, gardez à l’esprit que c’est exactement la même chose qu’un prêt sans garantie.

La banque vous prêtera de l’argent pour une courte période (et de façon extrême) et sans son autorisation, car le solde de votre compte est épuisé.

Comme pour tout crédit digne de ce nom, vous êtes tenu de payer les intérêts facturés par le prêteur. C’est là qu’interviennent les intérêts débiteurs.

Si, lors de l’ouverture de votre compte, vous avez discuté du solde avec votre banquier, vous ne devriez pas être choqué.

En revanche, si vous en ignorez l’existence, il est temps de relire les petits caractères de votre contrat !

Il est bon de savoir :

Comme vous l’avez peut-être deviné, l’autorisation de découvert n’est pas un service non rémunéré, mais un type de crédit à la consommation.

Les frais sont généralement calculés chaque trimestre. Attention à ne pas trop l’utiliser, car les taux d’intérêt peuvent être très élevés…

Une nouvelle règle en votre faveur concernant l’exclusion des intérêts débiteurs

Vous en avez peut-être entendu parler La loi exige actuellement des banques une transparence totale vis-à-vis de leurs clients.

Un premier décret approuvé en mars 2014 leur impose d’utiliser le terme « intérêts débiteurs » dans les brochures d’information remises aux prospects.

Celui-ci pourra ainsi anticiper les coûts supportés par les banques dans le cadre d’une autorisation de découvert.

Ensuite, une loi de régularisation qui a été votée en 2016 oblige les banques à vous informer au moins 14 jours avant la date à laquelle elles vont facturer des intérêts débiteurs sans oublier de préciser le montant total après un découvert dans les trois derniers mois.

En outre, le plafond des frais bancaires en cas de découvert est également contrôlé, puisque les banques ne sont pas autorisées à facturer plus de 8 euros par opération, et le montant maximal est de 80 euros par mois.

Si vous êtes le bénéficiaire du titre d’un client en situation d’instabilité financière, sachez que ces plafonds sont réduits à 4 euros par opération et 20 euros par mois.

Par ailleurs, depuis le 1er juillet 2019, les banques ont l’obligation de ne pas percevoir plus de 200 EUR de frais accessoires par an.

L’objectif de cette réglementation est de réduire les situations à risque où les consommateurs n’ont pas les moyens de payer ces frais et aussi de prévenir l’apparition de ces frais.

Bien sûr, il existe des banques qui n’autorisent pas les découverts.

Assurez-vous d’être pleinement informé sur cette question, sinon, vous pourriez vous voir facturer des frais extrêmement élevés si vous avez un solde négatif alors que vous n’étiez pas légalement autorisé à prendre cette décision…

Comment détermine-t-on le taux d’intérêt ?

Si, en revanche, vous êtes à découvert, il est possible de déterminer le coût des frais bancaires.

Sachez que la banque ne s’intéresse qu’à la date de valeur de l’opération qui entraîne le solde débiteur, et non à la date de l’opération elle-même !

Il est possible qu’un délai existe.

Si vous êtes en mesure de vous connecter à l’interface internet de votre compte, vous pouvez suivre votre solde jour après jour et éviter ce type de situation.

Bien que les agios puissent différer selon le mode de paiement (carte de crédit, chèque, espèces ou virement), une fois que vous savez depuis combien de temps vous êtes endetté, vous pouvez les calculer.

Pour vous faciliter la tâche, les banques utilisent deux types d’agios

  • l’agios fixe
  • l’agios proportionnel.

Pour simplifier les choses, les banques facturent généralement des frais fixes, quelle que soit l’importance de votre découvert ou la durée de celui-ci.

Cependant dans le cas où le prix des agios proportionnels est supérieur aux frais fixes alors ces derniers sont appliqués en premier.

Un exemple de calcul d’Agios

Pour déterminer ce qui vous sera facturé, il suffit de suivre la formule ci-dessous :

Intérêts débiteurs = montant du découvert * nombre de jours x TAEG*/365 .

*Le TAEG est le taux annuel effectif global, c’est-à-dire le taux d’intérêt appliqué par la banque que vous utilisez.

Par exemple, si vous avez un solde négatif de 500 EUR sur 8 jours avec un TAEG de 14% (taux moyen en France), le calcul sera le suivant :

(500 8 x (14 100)) (500 x 8 x 365) = 1 534 EUR.

En outre, vous devez savoir que la banque doit communiquer le TAEG affiché sur votre relevé de compte en même temps que le montant de l’autorisation de découvert.

Si vous dépassez la limite que vous pouvez atteindre, vous devez payer des agios à un taux plus élevé en plus des intérêts débiteurs.

Notre suggestion pour ne pas se voir facturer des intérêts sur les cartes de débit

Il est toujours bon d’être attentif, le seul conseil que nous pouvons donner en ce moment est de faire attention à ne pas être à découvert même si vous avez une autorisation de découvert.

Prenez connaissance de l’état de vos comptes aussi souvent que possible. Si vous vous trouvez dans une situation difficile et que vous n’avez pas le choix, parlez-en à votre conseiller.

Il sera certainement prêt à faire un effort pour vous aider.

Pensez alors à discuter du montant des intérêts débiteurs lors de la signature d’un accord ou demandez l’utilisation d’un taux fixe, sans frais en cas de découvert extraordinaire (par un accord entre vous).

Si vous cherchez à réduire les coûts, envisagez de changer de banque en examinant les différents coûts imposés par les concurrents.

De cette façon, vous pourrez faire des économies !

Soyez le premier à voter
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour haut de page