Tout savoir sur le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale

le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale
le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale

Tout savoir sur le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale

672 lecteurs
Sommaire de l'article

La Première Guerre mondiale a été fortement marquée par la découverte et l’utilisation d’armes chimiques. Au nombre des ces armes, le plus tristement célèbre est le gaz moutarde. En effet, pendant la Grande Guerre, le gaz moutarde est une arme chimique puissante qui a été utilisé pour la première fois par les Allemands. Pourquoi l’appellation de gaz moutarde ? Comment se manifeste ce gaz ? Découvrez dans le présent article toutes les informations pertinentes concernant le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale.

Gaz moutarde de la Première Guerre mondiale: pourquoi cette appellation ?

Reconnaissable par sa couleur jaunâtre, le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale tient son appellation de son odeur semblable à celle de la moutarde. Ce gaz a été utilisé pour la toute première fois le 12 juillet 1917 en Belgique. C’était plus précisément à l’occasion du 3ème affrontement qui a eu lieu dans  la ville d’Ypres. Ainsi, cet agent vésicant est appelé soit gaz moutarde, soit Ypérite en référence à la ville d’Ypres.

Qui a inventé le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale ?

Beaucoup de livres sur la première guerre mondiale parlent de l’Ypérite et son concepteur. Le mérite revient au chimiste prussien Fritz Haber pour avoir inventé le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale. Né d’un marchand de colorant et de peinture en Pologne en décembre 1868, Fritz Haber, poussé par son amour pour la chimie, obtient après ses études normales un doctorat en chimie.

Fritz Haber reçu le prix noble de chimie en 1918 pour ses travaux de synthèse de l’ammoniac. Il est depuis considéré par beaucoup de savants comme le père de la guerre chimique. L’inventeur du gaz moutarde trouva la mort à Bale en Suisse le 29 janvier 1934 suite à une crise cardiaque. Son décès est jusqu’à aujourd’hui encore qualifié de douteux par certains historiens.

Notons que Fritz Haber n’a pas découvert que le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale. Il a découvert le chlore modifié, le phosgène, mais aussi le di phosgène. Il a même été à la base de la première grande attaque au gaz de l’humanité. Fritz avait stocké sous pression une grande quantité de chlore qu’il a bien modifié et qu’il a laissé s’échapper le 22 avril 1915 sur un espace très restreint, un peu après 17 heures dans la ville d’Ypres. Ce soir-là, une quantité de 168 tonnes a été déversée sur les troupes françaises faisant ainsi 5 000 morts et plus de 10 000 personnes blessées. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont entraîné la révolte du général de Gaulle contre la Pologne.

Quel était l’objectif principal du gaz moutarde de la Première Guerre mondiale ?

le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale

Le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale n’était pas inventé dans le but de tuer directement les ennemis. L’intention d’une explosion au gaz moutarde était de polluer le champ d’action de l’ennemi. Ce qui permettra de l’affaiblir au maximum en vue de le tuer facilement. Ce gaz étant plus lourd que l’air, se stagne et empêche ainsi les soldats ennemis de respirer. Par conséquent, ces derniers perdent la vie par essoufflement.

Le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale entraîne des douleurs très atroces chez toute personne avec qui il entre en contact. De plus, il provoque aussi un affaiblissement total voire même la mort chez toute personne qui l’inhale. 

Comment se manifeste le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale lors d’une explosion ?

Le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale est à la base un agent vésicant. Lors d’une explosion, il se reconnaît aisément par sa couleur jaunâtre ou marron. Lorsque ce gaz toxique entre en contact direct avec la peau, il se manifeste chez la personne touchée, en l’occurrence les soldats, en entraînant des troubles telles que:

  • L’apparition de cloques ;
  • La perte de la vue ;
  • Des vomissements ;
  • L’irritation des yeux ;
  • Des irritations dans la gorge ;
  • La difficulté de respirer ;
  • Des brûlures atroces au niveau de la peau;
  • Les brûlures au niveau du poumon ;
  • Des hémorragies internes et externes.

En effet, une explosion du gaz moutarde de la Première Guerre mondiale constitue un réel danger de mort pour tous les militaires exposées. Le gaz étant très nocif, parvient à s’introduire dans les vertement, les bottes et les masques des soldats pour causer de graves brûlures chez ces derniers. Ces brûlures couvrent l’entièreté du corps de certains sujets. Pendant, la Grande Guerre ce gaz a été une grande arme chimique utilisée par les soldats Allemands pour faire des dégâts dans le camps ennemi.

Quelles conséquences du gaz moutarde Première Guerre mondiale sur la santé humaine ?

Les effets du gaz moutarde de la Première Guerre mondiale sur la santé humaine sont très nombreux. Sur le long terme, ce gaz provoque :

  • Des désagréments génétiques ;
  • Une augmentation inquiétante du taux de cancer de l’œsophage chez les personnes qui ont été exposées ;
  • Un accroissement des cas d’asthme ;
  • Le développement des trous dans la cornée de l’œil.

Quelle a été la suite des armes chimiques après la Première Guerre mondiale ?

L’usage du chlore modifié en 1915 et du gaz de moutarde en 1917 sont les points culminants concernant la recherche et l’utilisation d’armes chimiques. Le pacte de Genève proscrit strictement tout usage d’armes chimiques. Malgré sa signature par les Etats belligérants, certains pays continuent d’investir dans les recherches.

Ainsi, bien après la signature de cet accord, plusieurs autres cas d’usage d’armes chimiques ont été enregistrés à travers le monde. A titre d’exemple, nous pouvons citer l’attaque de métro perpétrée à Tokyo en 1995. En 2013, le régime de l’état syrien a été accusé d’avoir utilisé contre les civils dans la plaine de Ghouta, des armes chimiques et plus précisément le sarin.

Le gaz moutarde de la Première Guerre mondiale ou encore le gaz d’Ypérite est une arme dangereuse pour la santé. La Roumanie, la France ainsi que tous les autres belligérants ont tous été en proie aux différentes repercussions négatives issues de l’usage des armes chimiques. A vrai dire, il faut noter que la Première Guerre mondiale, loin des jeux de guerre, a causé de lourdes pertes à l’humanité entière.

 

Soyez le premier à voter
Marine
Marine

Passionnée par l'entreprenariat depuis plus de 10 ans, je suis à la tête d'une société française visant à favoriser la communication des entreprises. Également attiré par la finance, je partage mes conseils et expériences au travers mes articles de blog.

Retour haut de page