Une création théâtrale autour du Centenaire par le collège Henri Wallon - Académie de Créteil

Une création théâtrale autour du Centenaire par le collège Henri Wallon - Académie de Créteil

Dessin extrait de la pièce "La petite fille du bord de la mer"
© Collège Henri Wallon
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Ecrire l’histoire de la Première Guerre mondiale à travers la création d’une pièce de théâtre et d’un film d’animation. 

Objectifs généraux 

Il s’agit d’écrire une pièce de théâtre avec des élèves d’une classe de troisième sur la Première Guerre mondiale à partir de leurs travaux de recherches en histoire, de leurs lectures et travaux d’écriture en français. Les élèves s’approprient cette période en créant. Ils répètent la pièce avec une metteuse en scène Isabelle Quirin et la joue en mai dans un théâtre à Paris. A la pièce de théâtre s’ajoute la production d’un film d’animation sur les tranchées. Une réalisatrice de film d’animation Sonia Gemayel conduit cet atelier du dessin jusqu’au montage. Ce film est projeté lors de la pièce de théâtre. Ce travail est repris par le professeur de sciences-physiques qui traite, au cours de l’année, de la chronophotographie. 

Objectifs détaillés

Projet pluridisciplinaire en histoire-géographie, sciences physiques et français. 

Depuis deux ans, les professeurs d’histoire-géographie, de français et de sciences-physiques mènent sur une classe de 3e un projet pluridisciplinaire. Ils créent une pièce de théâtre que les élèves inventent. Pendant deux mois, ces derniers répètent avec une metteuse en scène, puis jouent la pièce dans un théâtre à Paris. Le texte qu’ils rédigent a trait à la guerre ou encore à la notion d’engagement. 

Cette année, le sujet porte sur la Première Guerre mondiale. Les élèves s’interrogent sur le conflit, la guerre en elle-même, les conditions de vie à l’arrière et sur la fin d’une époque. 

L’Histoire et la mémoire de la Première Guerre mondiale 

La professeure d’histoire fait réaliser aux élèves un travail d’enquête historique sur un soldat de notre ville ayant combattu durant la première guerre mondiale. Pour se faire, les élèves participent à plusieurs séances de travail aux Archives municipales. Ils prennent d’abord connaissance des lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale à Ivry-sur-Seine (cimetière parisien, monuments aux morts, tableau des morts au champ d’honneur, Fort-d’Ivry-ECPAD). 

Puis, avec l’aide des archivistes, ils consultent les documents et reconstituent le parcours de plusieurs soldats. Les élèves ont ainsi la possibilité d’apporter leur contribution au site Internet réalisé par la municipalité d’Ivry-sur-Seine, à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale. 

L’Histoire et ses répercussions sur le quotidien

La professeure de français part toujours d’oeuvres picturales pour déclencher le travail d’écriture (Otto Dix, Egger-Lienz, Fernand Léger, Gromaire). Les élèves décrivent et interprètent les tableaux. Ils lisent le roman de Thierry Bourcy La Cote 512 pour s’imprégner de l’époque de la guerre 14-18. Ils se confrontent aux poèmes d’Apollinaire ou encore d’Arbousset, jeune normalien qui écrivait dans les tranchées. Ils étudient naturellement des lettres de poilus. 

Les élèves lisent aussi Le dernier Ami de Jaurès, de Tania Sollogoub afin de réfléchir sur Jaurès et sur les pacifistes de l’époque. 

Pour comprendre une période, le début du 20e siècle, et pour faire percevoir aux élèves comment un artiste transmet son bonheur par la création, ces derniers étudient Sundborn ou les jours de lumière, de Philippe Delerm et les toiles de Carl Larsson et de Soren Kroyer. 

Après tous ces questionnements sur l’engagement, le pacifisme, la nostalgie d’une époque passée ou encore la question du bonheur, ils reviennent sur leurs recherches entreprises sur les soldats d’Ivry de la guerre 14-18, en choisissent un et imaginent sa vie, celle de ses proches, ses intérêts et ses bonheurs. Ils construisent la pièce de théâtre en évoquant tous ceux qui l’ont croisé et réfléchissent sur les changements qui se produisent dans le quotidien de la population pendant la guerre. 

Le professeur de sciences-physiques nous aide à réaliser un film d’animation. Il aide l’intervenante à animer l’atelier de cinéma d’animation. 

Ce travail lui permet de réinvestir les notions abordés lors de la réalisation du film. Ce professeur travaille déjà sur des sujets d’Histoire des arts en étudiant le futurisme et la chronophotographie. 

Objectifs de l’action

Ce travail concerne une classe de troisième ainsi que les élèves du dispositif UPE2A qui interprètent les parties chantées de la pièce. 

Voir le texte de la pièce