« Un Stuckangeois dans la Première guerre mondiale » par le Collège Jean Mermoz de Yutz - Académie de Nancy-Metz

« Un Stuckangeois dans la Première guerre mondiale » par le Collège Jean Mermoz de Yutz - Académie de Nancy-Metz

Un Stuckangeois dans la Première guerre mondiale
© Collége Jean Mermoz de Yutz
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le collége Jean Mermoz de Yutz propose le parcours militaire de Nicolas Jungling, arrière arrière grand-père maternel d'un élève et l’histoire singulière des Alsaciens-Mosellans dans la Première Guerre mondiale.

Parcours militaire de Nicolas Jungling, pendant la Première guerre mondiale.

Combats en France

  • 24-25 août 1914: bataille de Longwy/Longuyon,
  • 28 août -1er septembre 1914: bataille pour le franchissement de la Meuse,
  • 16 septembre 1914-20 février 1916: Combat de position à Verdun principalement et près des Ormes et Flabois (14 décembre 1914),
  • 21 février 1916-19 août 1916: Verdun.

Nicolas Jungling, de Stuckange, donc mosellan, participe au début de la bataille de Verdun du côté des Allemands. Il est ensuite en envoyé sur le front russe.

Combats sur le front de l’Est

  • 25 août- 5 octobre 1916: Combats au nord de Zborow (ville aujourd’hui en Ukraine, de violents combats eurent lieu contre les armées autrichiennes),
  • 6 octobre 1916-29 juin 1917: bataille de position près de la 2e armée (royale et impériale) austro-hongroise,
  • 30 juin-6 juillet 1917: défense de l’est de Zloczow (ville aujourd’hui en Ukraine),
  • 7 juillet-18 juillet 1917: combats de position à l’est de Zloczow,
  • 19 juillet-28 juillet 1917: percée de la ligne de l’Est,
  • 29 juillet-7 décembre 1917: combats de position à Sereth (rivière en Ukraine),
  • 8 décembre 1917-25 janvier 1918: trêve pendant l’armistice dans la zone de Sereth,
  • 2 février- 17 février 1918: idem dans la zone de combat de Dünaburg (ville en actuelle Lettonie, autrefois en Russie),
  • 18 février- 3 mars 1918: offensive,
  • 3 mars 1918-7 mars 1918: reconnaissance contrée russe.

De la mobilisation à la déclaration de guerre, en Alsace-Moselle:

Extrait du mois août 1914

20 000 Alsaciens Lorrains sont appelés sous les drapeaux allemands (les hommes nés entre 1869 et 1897). 8 000 hommes sont volontaires tandis que 3 000 mobilisables franchissent la frontière pour éviter de porter l’uniforme allemand. Au total, à la fin du conflit, les Alsaciens Lorrains mobilisés dans l’armée allemande seront 380 000.

5 août 1914 : une loi est votée à l’Assemblée nationale spécifiant que tous les Alsaciens Lorrains s’engageant dans l’armée française obtiendront automatiquement la nationalité française. 17 650 Alsaciens Lorrains s’engageront ainsi volontairement dans l’armée française, parmi eux, 1 650 sont des prisonniers de guerre et des déserteurs ayant d’abord servi sous l’uniforme allemand.