Tresors Darchivesfonds Publics > Archives Departementales > Archives > Les Archives départementales de Seine-Maritime

Les Archives départementales de Seine-Maritime

Les Archives départementales de Seine-Maritime ont sélectionné ces documents dans leur fonds 1914-1918.

Départ de la classe 1914 pour le front, 22 novembre 1914.

Départ de la classe 1914 pour le front, 22 novembre 1914. Le 2 août 1914 l’Allemagne déclare la guerre à la France. L’ordre de mobilisation, placardé dans toute la France obligent des millions d’hommes ayant effectué leur service militaire à se préparer pour la guerre. Ici le départ de l’une des troupes rouennaises, la classe 1914, scène immortalisée par le photographe amateur Louis Chesneau. Cote 157 Fi P4100.   

© Archives départementales de Seine-Maritime

Photographie provenant de la correspondance échangée entre Germain Galerant, adjudant au 152e régiment d'Infanterie et son épouse Thérèse. Ils sont les parents d’un « petit Germain », né en septembre 1914, bien après le départ de son père pour le front. Cette photographie, prise au printemps 1915 lors d’une permission de convalescence, immortalise l’unique période où le soldat Galerant a vu son fils. En effet, il meurt quelques mois plus tard à la bataille de Vimy, en septembre 1915. Devenu médecin, Germain fils fera don aux Archives de Seine-Maritime d’une boîte contenant les papiers, photographies et cartes postales personnelles de ses parents. La série J sur les archives privées regorge de ce type de documents traitant de la vie quotidienne pendant la période. Cote J 536.

© Archives départementales de Seine-Maritime

Quatre soldats blessés dans leur lit de camp. Proche des zones de combats, le département voit affluer quotidiennement les blessés de guerre vers les nombreux hôpitaux militaires alliées installés sur son territoire. Des locaux publics et privés (écoles, châteaux, hôtels) seront réquisitionnés par l’armée afin de servir d’annexes à certains hôpitaux débordés de la Seine-Maritime. Des particuliers ont également offert des locaux pouvant servir d’hôpitaux. Il s’agit ici certainement d’un hôpital anglais installé à Etretat. Cote 38 Fi 1368.

© Archives départementales de Seine-Maritime

Ambulance britannique, trois femmes militaires. Les femmes ambulancières du Women Transport Service recevaient une solide instruction médicale, mais également en mécanique automobile, afin de remettre rapidement en état les voitures. Ce service était notamment basé à Etretat, où seize ambulances étaient chargées de véhiculer les vagues de blessés graves des trains sanitaires vers les hôpitaux militaires de la ville. Ce femmes étaient très appréciées voire admirées par la population française : « Chez nos alliées tout le personnel depuis le médecin chef, chirurgien, radiologiste, infirmières chauffeuse d’automobiles, même de robustes brancardières, tout est féminin. Pas de paresseux embusqués dans ces services de femmes militairement organisés. » Extrait du journal de Longueville (J 675). Cote 38 Fi 1464.

© Archives départementales de Seine-Maritime

Place de Rouen : cafés et cabarets, avis, 1914. Cette affiche, placardée à Rouen en décembre 1914, s’adresse à la fois aux soldats français, anglais et belges dans leur langues maternelles. Elle souligne la réglementation fixée par les états-majors alliés afin de limiter la consommation d’alcool pour les soldats à certaines heures de la journée. Cette restriction a pour but d’éviter l’ivresse publique et les altercations qui peuvent éclater entre soldats ou avec des civils. Cote 169 Fi Guerre 14-18/322 .

© Archives départementales de Seine-Maritime

Album photo de Louis Chesneau. Les rôles des ports du Havre, de Rouen ou de Dieppe ont été déterminants durant la Grande Guerre. Ils constituent à l’époque des positions stratégiques dans le ravitaillement britannique en marchandises et dans l’arrivée des troupes alliées. La présence de soldats issus des colonies britanniques et françaises dans les rues de Seine-Maritime n’est donc pas rare, ils constituent une grande partie des soldats alliés engagés dans la guerre. Cet album photo, acquis en 2012 par les Archives, contient de nombreuses photographies de Rouen sur des thèmes variés, comme les hôpitaux, les soldats étrangers ou le travail des femmes. Cote 249 J 1.

© Archives départementales de Seine-Maritime

Carte postale « la Femme facteur » provenant du journal d’un habitant de Longueville. Les hommes aptes à travailler étant au combat, les femmes sont chargées de les remplacer dans les tâches réservées habituellement aux hommes. Les femmes sont de ce fait requises pour faire fonctionner les usines, les banques, les ministères ainsi que le service des postes. Elles participent activement à l’effort de guerre à l’arrière. Cette carte postale est issue d’un fond exceptionnel : le témoignage d’un habitant de la commune de Longueville-sur-Scie, qui donne presque quotidiennement ses impressions sur l’actualité nationale et locale durant l’année 1916. Cote J 675.

© Archives départementales de Seine-Maritime

Coupure de presse, Fonds Lejosne. La presse française, très surveillée par la Censure, relate au quotidien la vie des soldats du front. La mise en avant de l’humour et de la décontraction des poilus permet aux autorités de dédramatiser auprès de la population les terribles événements qui ont lieu dans les tranchées. Cote 237 J 38.

© Archives départementales de Seine-Maritime

Copie d’examen du certificat de fin d’études normales, 1916. La composition exécutée par l’élève Roussel pendant la Première guerre mondiale s’ouvre sur le dessin d’un soldat français. La devise Qui vive ? France ! est empruntée à la Ligue des patriotes, organe fondé par Paul Déroulède après la guerre de 1870. Cette association se donnait notamment pour but « la propagation de l'éducation militaire et patriotique ». De nombreuses autres copies d’examens illustrées sont conservées pour la période 1913-1916 dans le fonds de l’école Jean Mullot de Rouen (1 T). Ce type de document offre un regard sur l’état d’esprit d’une certaine élite culturelle pendant le conflit et sans doute aussi un moyen de mesurer les effets de la propagande. Cote 1 T 26-3-3.

© Archives départementales de Seine-Maritime

"Emprunt national 1918 : pour nous rendre entière la douce terre de France", 1918. Alors que l’économie française tourne au ralenti pendant la guerre, le gouvernement va solliciter plusieurs emprunts nationaux entre 1915 et 1918. L’affiche constitue un vecteur efficace dans la propagande de guerre, et notamment dans les campagnes d’emprunts nationaux. Ici est présenté le mythe de la France rurale. Cote 169 Fi Guerre de 1914-1918/451.

© Archives départementales de Seine-Maritime

Projet de monument aux morts de la commune de Sierville par l’architecte Pierre Chirol.Le souvenir de la première Guerre, les millions de morts et de blessés qu’il a engendré, le deuil des familles, va perdurer dans les années qui suivent la fin de la guerre. Le devoir de mémoire prendra notamment la forme de monuments aux morts, érigés dans plus de 30 000 communes françaises. Des artistes et des architectes vont s’associer à la création de ces lieux de mémoire, comme ici l’architecte rouennais Pierre Chirol pour la commune de Sierville. Cote 121 Fi 231/04.

© Archives départementales de Seine-Maritime
  • Départ de la classe 1914 pour le front, 22 novembre 1914.
  • Photographie provenant de la correspondance échangée entre Germain Galerant, adjudant au 152e régiment d'Infanterie et son épouse Thérèse.
  • Quatre soldats blessés dans leur lit de camp.
  • Ambulance britannique, trois femmes militaires.
  • Place de Rouen : cafés et cabarets, avis, 1914.
  • Album photo de Louis Chesneau.
  • Carte postale « la Femme facteur » provenant du journal d’un habitant de Longueville.
  • Coupure de presse, Fonds Lejosne.
  • Copie d’examen du certificat de fin d’études normales, 1916.
  • "Emprunt national 1918 : pour nous rendre entière la douce terre de France", 1918.
  • Projet de monument aux morts de la commune de Sierville par l’architecte Pierre Chirol.
informations
sources
Archives départementales de Seine-Maritime
Diaporama (série d'images thématique)