Trésors d'archives > Fonds Publics > Musees > Objets > Le Musée Royal 22e Régiment de Québec

Le Musée Royal 22e Régiment de Québec

Le Musée Royal 22e Régiment, fondé en 1950, organise et assure les visites et les activités au sein de la Citadelle de Québec. Il conserve et met en valeur plus de 300 ans d’histoire militaire dans ses réserves, archives et collections, notamment celle du Royal 22e Régiment, unique régiment francophone de la Force régulière des Forces canadiennes constitué en 1914, sous le nom de 22e Bataillon (canadien-français). Dans le cadre du 100e anniversaire du Régiment en 2014, un nouveau musée a ouvert ses portes au printemps 2014.  Le Musée est une institution qui s’autofinance.

À noter : le Musée Royal 22e Régiment présente l'exposition La Grande Guerre vue par les peintres français du 14 août au 11 novembre 2014. Pour souligner ce centenaire, le Musée de l'Armée a fait un prêt exceptionnel de vingt œuvres pour cette exposition. Ces œuvres peintes d'après des scènes vues au front ou à partir de photos racontent la Grande Guerre à travers des évènements qui se sont déroulés en France. De la peinture à la gouache, en passant par l'aquarelle, la guerre s'expose à travers des scènes de la vie des soldats, des paysages, des départs et des rencontres.

Tenue de campagne de soldat.

Tenue de campagne de soldat. Tenue portée par les soldats canadiens lors de la Première Guerre mondiale. Le C22 sur le col permet d’identifier qu’il s’agit d’un habit porté par un soldat du 22e Bataillon (canadien-français). Fabriqué par Ascot Clothes, Canada.

© Musée Royal 22e Régiment

Drapeau régimentaire, 1915.

© Musée Royal 22e Régiment

Rosalie, fusil Lee-Enfield No1 MK III, Angleterre, 1916. Cette arme est celle du soldat Henri Lecorre, un soldat du 22e Bataillon (canadien-français), avec laquelle il a combattu lors de la Première Guerre mondiale en Europe. Il y a gravé les noms des batailles auxquelles il a participé. En juin 1918, il perd son arme en France, au cours d’une attaque au gaz. Trente-huit ans plus tard, il la retrouve par hasard dans une exposition, à Lachute, au Québec.

© Musée Royal 22e Régiment / Vincent Royer

Plaque mémorielle en bronze, 1916. Remise à la famille du soldat Siméon Dorion, membre du 15e Bataillon canadien, décédé en France, en 1916.

© Musée Royal 22e Régiment

Porte-bonheur ayant appartenu au caporal Joseph Kaeble, du 22e Bataillon (canadien-français), 1916-1918,  Le caporal Joseph Kaeble du 22e Bataillon (canadien-français) est le premier Canadien français à avoir reçu la croix de Victoria, la plus haute des décorations pour bravoure du Commonwealth. Elle lui a été décernée à titre posthume pour ses actions lors de la bataille de Mercatel et Neuville-Vitasse en France le 8 juin 1918. Il meurt le lendemain, à l’âge de 26 ans.

© Musée Royal 22e Régiment

The Glory that is Passchendale [sic], dessin de Bert Thomas, 1917-1918. Fusain représentant un soldat canadien suite à la victoire de la bataille de Passchendaele, en Belgique.

© Musée Royal 22e Régiment

Fanion Valcartier, 1914. Valcartier est un camp militaire qui a ouvert en août 1914. 33 000 hommes venant de partout au Canada s’y entraînent. Ils forment la 1er Division du Corps Expéditionnaire Canadien (CEC) créé pour le service volontaire. Le premier contingent quitte pour l’Angleterre le 24 septembre 1914.

© Musée Royal 22e Régiment

Masque anti-gaz, (Gummimaske), Allemagne.

© Musée Royal 22e Régiment

Mitrailleuse semi-lourde Vickers Mark I 37 mm « Pom Pom ». Son surnom « Pom-Pom » provient du son caractéristique qu’émettait la mitrailleuse lorsqu’elle tirait.

© Musée Royal 22e Régiment / Caporal Nicloas Tremblay

Croix du souvenir (face), 1917. En mémoire du soldat J.A. Chagnon, membre du 22e Bataillon canadien, mort au combat en 1917, en France. Depuis la Première Guerre mondiale, cette croix est décernée aux veuves ou aux mères des marins et des soldats canadiens qui meurent au combat.

© Musée Royal 22e Régiment

Croix du souvenir (revers), 1917. En mémoire du soldat J.A. Chagnon, membre du 22e Bataillon canadien, mort au combat en 1917, en France. Depuis la Première Guerre mondiale, cette croix est décernée aux veuves ou aux mères des marins et des soldats canadiens qui meurent au combat.

© Musée Royal 22e Régiment

Ensemble de médailles du Lieutenant Jean Brillant, 1918. L’ensemble de médailles du Lieutenant Jean Brillant. Les 8 et 9 août 1918, le lieutenant Brillant dirige l’attaque de sa compagnie lors de l’attaque d’Amiens, en France. Gravement blessé, il mène des assauts avec ses hommes et effectue des actes individuels importants contre l’ennemi. Il obtient la Croix de Victoria à titre posthume.

© Musée Royal 22e Régiment / Luc-Antoine Couturier

Coquelicot en soie, 1919. Coquelicot en soie rouge conservé comme étant le premier coquelicot en circulation au Canada après la Première Guerre mondiale.

© Musée Royal 22e Régiment

Képi Maréchal Foch. Képi de grande tenue décoré de feuilles de chêne du Maréchal de France, de Grande-Bretagne et de Pologne, Ferdinand Foch (1851-1929). Il fut le commandant en chef des forces alliées qu’il conduisit à la victoire et fut le premier colonel honoraire du Royal 22e Régiment de 1921 à 1929.

© Musée Royal 22e Régiment

Petit pichet. L’art de tranchée offre une seconde vie au matériel de guerre pour en faire des objets décoratifs ou utilitaires. Ici, un petit piché fait à partir d’une douille d’obus.

© Musée Royal 22e Régiment

Crucifix-bénitier. L’art de tranchée offre une seconde vie au matériel de guerre pour en faire des objets décoratifs ou utilitaires. Réalisé à l’aide de dix cartouches, ce crucifix-bénitier aurait été fabriqué par un soldat et offert à une religieuse.

© Musée Royal 22e Régiment
  • Tenue de campagne de soldat.
  • Drapeau régimentaire.
  • Rosalie, fusil Lee-Enfield No1 MK III, Angleterre.
  • Plaque mémorielle en bronze.
  • Porte-bonheur ayant appartenu au caporal Joseph Kaeble, du 22e Bataillon (canadien-français).
  • The Glory that is Passchendale [sic], dessin de Bert Thomas.
  • Fanion Valcartier.
  • Masque anti-gaz, Allemagne.
  • Mitrailleuse semi-lourde Vickers Mark I 37 mm « Pom Pom ».
  • Croix du souvenir (face).
  • Croix du souvenir (revers).
  • Ensemble de médailles du Lieutenant Jean Brillant.
  • Coquelicot en soie.
  • Képi Maréchal Foch.
  • Petit pichet.
  • Crucifix-bénitier.
informations
sources
Musée Royal 22e Régiment de Québec
Diaporama (série d'images thématique)