Trésors d'archives > Fonds Publics > Archives Municipales > Archives > Les communes de l’Ain dans la Grande Guerre

Les communes de l’Ain dans la Grande Guerre

Le service archives du Centre de gestion de l’Ain a sélectionné ces documents provenant du fonds communal de Léaz.

La commune de Léaz a conservé un cahier tenu par l’instituteur en application de la circulaire ministérielle du 18 septembre 1914 d’Albert Sarraut, ministre de l'Instruction publique et des Beaux Arts. Elle demande aux instituteurs non mobilisés de « prendre des notes sur les événements auxquels ils assisteraient pendant la durée de la guerre et à les consigner afin de les fixer dans la mémoire collective et de les préserver de l’oubli ». Sorte de répertoire d’histoire locale, ces « notes communales » sont un exposé des divers aspects de la vie de la commune pendant le conflit : mobilisation, administration de la commune, vie à l’arrière, vie économique, enfants et garderies…

D’autres sources issues des fonds communaux portant sur l’histoire de la Première Guerre mondiale dans le département de l’Ain sont disponibles sur le portail Internet pour la publication d’inventaires et d’images numérisées d’archives communales du département. Un lien renvoyant directement aux notices indexées avec le terme « Guerre 1914-1918 » est disponible sur la page d’accueil : plans de monuments aux morts, listes nominatives de permissionnaires agricoles, disparus ou morts pour la France, documents relatifs au ravitaillement, aux réquisitions militaires, à la mobilisation ou encore à l’hébergement des populations évacuées, etc.

L’instituteur de Léaz, témoin de ces événements, décrit la réaction et l’implication de la population dans ce conflit qui durera quatre ans.

L’instituteur de Léaz, témoin de ces événements, décrit la réaction et l’implication de la population dans ce conflit qui durera quatre ans. Bien que pris de court en pleine moisson, les habitants font preuve d’un grand enthousiasme patriotique et tous les hommes mobilisés répondent présents. 1/2

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

L’instituteur de Léaz, témoin de ces événements, décrit la réaction et l’implication de la population dans ce conflit qui durera quatre ans. Bien que pris de court en pleine moisson, les habitants font preuve d’un grand enthousiasme patriotique et tous les hommes mobilisés répondent présents. 2/2

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1
Dès l’annonce de la mobilisation, la municipalité assure l’ordre public et la sécurité de la population léazienne en donnant des éléments très précis.
© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

À la veille de la guerre, la France est un pays essentiellement rural. Alliées aux aléas climatiques, les conséquences du conflit sur l’économie se font ressentir immédiatement même à l’échelle communale : manque de main d’œuvre, fermeture d’établissements mais les habitants font face et participent à l’effort de guerre. Pour aider les familles nécessiteuses, l’État met en place un certain nombre d’allocations secondées par les structures communales d’aide sociale.

Fort l’Écluse est situé sur Longeray, hameau de Léaz. Pendant toute la durée du conflit, cet ouvrage fortifié sert de préparation militaire aux soldats dont l’instituteur fait la liste de manière précise. 1/3

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

À la veille de la guerre, la France est un pays essentiellement rural. Alliées aux aléas climatiques, les conséquences du conflit sur l’économie se font ressentir immédiatement même à l’échelle communale : manque de main d’œuvre, fermeture d’établissements mais les habitants font face et participent à l’effort de guerre. Pour aider les familles nécessiteuses, l’État met en place un certain nombre d’allocations secondées par les structures communales d’aide sociale.

Fort l’Écluse est situé sur Longeray, hameau de Léaz. Pendant toute la durée du conflit, cet ouvrage fortifié sert de préparation militaire aux soldats dont l’instituteur fait la liste de manière précise. 2/3

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

À la veille de la guerre, la France est un pays essentiellement rural. Alliées aux aléas climatiques, les conséquences du conflit sur l’économie se font ressentir immédiatement même à l’échelle communale : manque de main d’œuvre, fermeture d’établissements mais les habitants font face et participent à l’effort de guerre. Pour aider les familles nécessiteuses, l’État met en place un certain nombre d’allocations secondées par les structures communales d’aide sociale.

Fort l’Écluse est situé sur Longeray, hameau de Léaz. Pendant toute la durée du conflit, cet ouvrage fortifié sert de préparation militaire aux soldats dont l’instituteur fait la liste de manière précise. 3/3

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation. En fait, ce sont toutes les classes d'hommes qui viennent à un moment ou à un autre, grossir les rangs de l'armée française. Léaz ne fait naturellement pas exception. La liste des appelés dressée par l’instituteur apporte de nombreuses informations sur les liens de filiation et le parcours militaire des appelés de la commune. Parmi eux, seuls quelques uns ont pu regagner leurs foyers. 1/7

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation. En fait, ce sont toutes les classes d'hommes qui viennent à un moment ou à un autre, grossir les rangs de l'armée française. Léaz ne fait naturellement pas exception. La liste des appelés dressée par l’instituteur apporte de nombreuses informations sur les liens de filiation et le parcours militaire des appelés de la commune. Parmi eux, seuls quelques uns ont pu regagner leurs foyers. 2/7

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation. En fait, ce sont toutes les classes d'hommes qui viennent à un moment ou à un autre, grossir les rangs de l'armée française. Léaz ne fait naturellement pas exception. La liste des appelés dressée par l’instituteur apporte de nombreuses informations sur les liens de filiation et le parcours militaire des appelés de la commune. Parmi eux, seuls quelques uns ont pu regagner leurs foyers. 3/7

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation. En fait, ce sont toutes les classes d'hommes qui viennent à un moment ou à un autre, grossir les rangs de l'armée française. Léaz ne fait naturellement pas exception. La liste des appelés dressée par l’instituteur apporte de nombreuses informations sur les liens de filiation et le parcours militaire des appelés de la commune. Parmi eux, seuls quelques uns ont pu regagner leurs foyers. 4/7

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation. En fait, ce sont toutes les classes d'hommes qui viennent à un moment ou à un autre, grossir les rangs de l'armée française. Léaz ne fait naturellement pas exception. La liste des appelés dressée par l’instituteur apporte de nombreuses informations sur les liens de filiation et le parcours militaire des appelés de la commune. Parmi eux, seuls quelques uns ont pu regagner leurs foyers. 5/7

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation. En fait, ce sont toutes les classes d'hommes qui viennent à un moment ou à un autre, grossir les rangs de l'armée française. Léaz ne fait naturellement pas exception. La liste des appelés dressée par l’instituteur apporte de nombreuses informations sur les liens de filiation et le parcours militaire des appelés de la commune. Parmi eux, seuls quelques uns ont pu regagner leurs foyers. 6/7

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1

Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation. En fait, ce sont toutes les classes d'hommes qui viennent à un moment ou à un autre, grossir les rangs de l'armée française. Léaz ne fait naturellement pas exception. La liste des appelés dressée par l’instituteur apporte de nombreuses informations sur les liens de filiation et le parcours militaire des appelés de la commune. Parmi eux, seuls quelques uns ont pu regagner leurs foyers. 7/7

© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1
Après la guerre, la commune de Léaz fait ériger un monument en souvenir de ses enfants « Morts pour la France » dont la liste est reportée dans le cahier de l’instituteur au côté des disparus avec leur état de service. 1/2
© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1
Après la guerre, la commune de Léaz fait ériger un monument en souvenir de ses enfants « Morts pour la France » dont la liste est reportée dans le cahier de l’instituteur au côté des disparus avec leur état de service. 2/2
© Archives communales de Léaz (Ain), 4H1
  • L’instituteur de Léaz, témoin de ces événements, décrit la réaction et l’implication de la population dans ce conflit qui durera quatre ans.
  • L’instituteur de Léaz, témoin de ces événements, décrit la réaction et l’implication de la population dans ce conflit qui durera quatre ans.
  • Dès l’annonce de la mobilisation, la municipalité assure l’ordre public et la sécurité de la population léazienne en donnant des éléments très précis.
  • À la veille de la guerre, la France est un pays essentiellement rural.
  • À la veille de la guerre, la France est un pays essentiellement rural
  • À la veille de la guerre, la France est un pays essentiellement rural.
  • Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation.
  • Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation.
  • Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation.
  • Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation.
  • Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation.
  • Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation.
  • Au cours de la guerre, peu de Français ont pu échapper à la mobilisation.
  • Après la guerre, la commune de Léaz fait ériger un monument en souvenir de ses enfants « Morts pour la  France » dont la liste est reportée dans le cahier de l’instituteur au côté des disparus avec leur état de service. 1/2
  • Après la guerre, la commune de Léaz fait ériger un monument en souvenir de ses enfants « Morts pour la  France » dont la liste est reportée dans le cahier de l’instituteur au côté des disparus avec leur état de service. 2/2
informations
sources
Portail Internet pour la publication d’inventaires et d’images numérisées d’archives communales du département de l'Ain
Diaporama (série d'images thématique)