Trésors d'archives > Fonds Publics > Archives Departementales > Archives > Les Archives départementales de la Somme

Les Archives départementales de la Somme

Les Archives départementales de la Somme ont sélectionné ces documents dans leur fonds 14-18.

Document officiel du Ministre de l'armement adressé au Préfet de la Somme qui traite de la recherche de pétrole dans les terrains domaniaux et communaux. Cote : FRAD080_99R3320125
Document officiel du Ministre de l'armement adressé au Préfet de la Somme qui traite de la recherche de pétrole dans les terrains domaniaux et communaux. Cote : FRAD080_99R3320125
© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel.

Cote : FRAD080_14J6_01 

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_02

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_03

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel.

 Cote : FRAD080_14J6_04

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_05

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel.

 Cote : FRAD080_14J6_06

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_07

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_08

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel.

 Cote : FRAD080_14J6_09

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel.

 Cote : FRAD080_14J6_10

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel.

 Cote : FRAD080_14J6_11

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_12

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_13

© Archives départementales de la Somme

Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Ceci est un extrait du très riche fond Duchaussoy sur la première guerre mondiale. Son auteur Herménégilde Duchaussoy, né le 6 mai 1854 à Hangest en Santerre et mort à Versailles le 17 avril 1934. Lors de la première guerre mondiale, il fut, en tant que premier adjoint au maire, retenu comme otage par l'armée allemande avec onze autres conseillers municipaux et le procureur général du 31 août au 3 septembre 1914. Le décès du maire d'Amiens Alphonse Fiquet, le 14 mai 1916, le fit accéder à la charge de maire. Il s'intéressa aux fichiers de prisonniers de guerre et conserva les archives de l'Œuvre des prisonniers civils et militaires du département de la Somme, dont il était alors vice-président et trésorier. Il réunit un journal très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.

Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neufchatel. 

Cote : FRAD080_14J6_14

© Archives départementales de la Somme

Caricatures en provenance de l'hebdomadaire «  le rire rouge » dans son édition de guerre du 15 novembre 1915. Dans ces dessins humoristiques, les auteurs dépeignent avec humour des dégradations des habitations dans la Somme. Dessin d'Abel Faivre intitulé « Quelle idée aussi, d'avoir acheté un château dans la Somme. »

Cote : FRAD080_99R330935001

© Archives départementales de la Somme

Caricatures en provenance de l'hebdomadaire «  le rire rouge » dans son édition de guerre du 15 novembre 1915. Dans ces dessins humoristiques, les auteurs dépeignent avec humour des dégradations des habitations dans la Somme. Dessin de Ch. Huard où deux habitants d'Amiens débattent de l'état de leur maison et tiennent le compte des impacts d'obus, le gagnant bénéficiant du voisinage de la cathédrale.

Cote : FRAD080_99R330935002

 

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche.

Cote : 20130619_49_0001 

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche.

Cote : 20130619_49_0002

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0003

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0004

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0005

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0006

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0007

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche.

Cote : 20130619_49_0008

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0009

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0010

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0011

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0012

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0014

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0015

© Archives départementales de la Somme

Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice. 

La famille Trotereau a fait don aux Archives départementales de la Somme d'un texte écrit par l'officier interprète Paul Laperche qui a vécu la signature de l'Armistice à Rethondes le 11 novembre 1918. Paul Laperche est né le 19 juin 1880 à Paris (8e arrondissement). Le 27 juin 1910, il épouse Cécile Marie Fleury à Friville-Escarbotin (Somme). Il est décédé le 12 décembre 1946 à Paris (16e arrondissement). Paul Laperche est un industriel important dans le Vimeu. Il dirige l'entreprise familiale de serrurerie Laperche, située à Friville-Escarbotin dans la Somme. Il est aussi châtelain à Belloy-sur-Mer, où il réside. Officier d'ordonnance du Maréchal Foch durant la Grande Guerre, il est choisi pour être l'interprète du "Wagon de l'Armistice" à Rethondes le 11 novembre 1918. Ce tapuscrit de 16 pages est une transcription d'époque de son récit manuscrit qui a été détruit dans un incendie à Belloy-sur-Mer. Ce tapuscrit était conservé par le père de M. Trotereau qui fut secrétaire de Paul Laperche.

Récit par un témoin direct de l'Armistice signée à Rethondes, l'officier interprètre Paul Laperche. 

Cote : 20130619_49_0016

© Archives départementales de la Somme

La guerre vue par les jeunes samariens.

La composition de français de mars 1917 : un brevet élémentaire. Les sujets sont différents mais ils ont un point commun: la perception de la guerre par les jeunes écoliers.

Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut « Parmi les scènes dont vous avez été témoin depuis le début de la guerre actuelle, décrivez en une à votre choix et notez les impressions qu'elle à laissées en vous. ». L'élève y décrit la délivrance d'Amiens.

Cote : FRAD080_99T394127001 

© Archives départementales de la Somme

La guerre vue par les jeunes samariens.

La composition de français de mars 1917 : un brevet élémentaire. Les sujets sont différents mais ils ont un point commun: la perception de la guerre par les jeunes écoliers.

Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut « Parmi les scènes dont vous avez été témoin depuis le début de la guerre actuelle, décrivez en une à votre choix et notez les impressions qu'elle à laissées en vous. ». L'élève y décrit la délivrance d'Amiens.

Cote : FRAD080_99T394127002

© Archives départementales de la Somme

La guerre vue par les jeunes samariens.

La composition de français de mars 1917 : un brevet élémentaire. Les sujets sont différents mais ils ont un point commun: la perception de la guerre par les jeunes écoliers.

Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut « Parmi les scènes dont vous avez été témoin depuis le début de la guerre actuelle, décrivez en une à votre choix et notez les impressions qu'elle à laissées en vous. ». L'élève y décrit la délivrance d'Amiens. 

Cote : FRAD080_99T394127003

© Archives départementales de la Somme

La guerre vue par les jeunes samariens.

La composition de français de mars 1917 : un brevet élémentaire. Les sujets sont différents mais ils ont un point commun: la perception de la guerre par les jeunes écoliers.

Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut « Parmi les scènes dont vous avez été témoin depuis le début de la guerre actuelle, décrivez en une à votre choix et notez les impressions qu'elle à laissées en vous. ». L'élève y décrit la délivrance d'Amiens.

Cote : FRAD080_99T394127004 

© Archives départementales de la Somme

La guerre vue par les jeunes samariens.

La composition de français de mars 1917 : un brevet élémentaire. Les sujets sont différents mais ils ont un point commun: la perception de la guerre par les jeunes écoliers.

Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut « Parmi les scènes dont vous avez été témoin depuis le début de la guerre actuelle, décrivez en une à votre choix et notez les impressions qu'elle à laissées en vous. ». L'élève y décrit la délivrance d'Amiens.

Cote : FRAD080_99T394127005

© Archives départementales de la Somme

La péniche hôpital

Par manque de place et surtout par commodité pour être le plus près du front, des péniches sur la Somme furent reconfigurées en hôpitaux sur la Somme.

Photographie d'une péniche hôpital sur les bords de la Somme près d'ABBEVILLE. La photographie n'est pas datée et son auteur n'est pas connu.

Cote : FRAD080_14J77_48006

© Archives départementales de la Somme
Vue aérienne des tranchées en date du 6 juillet 1917 du front depuis Fayet à 16h. Cote : FRAD080_14J77_005
© Archives départementales de la Somme
Vue aérienne des tranchées en date du 12 juillet 1917 du front depuis Fresnoy le petit à 16h. Cote : FRAD080_14J77_006
© Archives départementales de la Somme
Vue aérienne des tranchées en date du 6 juillet 1917 du front depuis le chef lieu Les trois sauvages à 9h. Cote : FRAD080_14J77_007
© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population.

Lettre signée par des « patriotes » de Morcourt à l'intention du préfet de la Somme en date du 18 Septembre 1916. Dans cette lettre, on y fait part du « scandale du pain »  entre les populations samariennes et l'armée britannique.

Cote : FRAD080_6M19960001 

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population.

Lettre signée par des « patriotes » de Morcourt à l'intention du préfet de la Somme en date du 18 Septembre 1916. Dans cette lettre, on y fait part du « scandale du pain »  entre les populations samariennes et l'armée britannique. 

Cote : FRAD080_6M19960002

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population.

Procès verbal de Gendarmerie signé par le maréchal des logis, Ernest Morel, le 16 octobre 1916. Ce document est une suite directe du précédent où les gendarmes y développent le scandale du pain et son prétendu gaspillage par l'armée britannique. Le gendarme Morel décrit bien que si gaspillage y eut celui-ci n'a plus lieu d'être, mais il confirme bien que les boulangeries civiles vendent du pain aux militaires malgré tout.

Cote : FRAD080_6M19960003 

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population.

Procès verbal de Gendarmerie signé par le maréchal des logis, Ernest Morel, le 16 octobre 1916. Ce document est une suite directe du précédent où les gendarmes y développent le scandale du pain et son prétendu gaspillage par l'armée britannique. Le gendarme Morel décrit bien que si gaspillage y eut celui-ci n'a plus lieu d'être, mais il confirme bien que les boulangeries civiles vendent du pain aux militaires malgré tout.

Cote : FRAD080_6M19960004

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population. 

Minute manuscrite du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre de l'intérieur en date du 12 aout 1916. Nous mettons ce document  en 3 position pour bien montrer que les pouvoirs publics étaient courant de cette situation et aussi le degré de la dégradation de la question du ravitaillement britannique sur le front et les conséquences sur les futures récoltes.

Cote : FRAD080_6M19960007

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population. 

Minute manuscrite du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre de l'intérieur en date du 12 aout 1916. Nous mettons ce document  en 3 position pour bien montrer que les pouvoirs publics étaient courant de cette situation et aussi le degré de la dégradation de la question du ravitaillement britannique sur le front et les conséquences sur les futures récoltes.

Cote : FRAD080_6M19960008 

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population. 

Minute manuscrite du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre de l'intérieur en date du 12 aout 1916. Nous mettons ce document  en 3 position pour bien montrer que les pouvoirs publics étaient courant de cette situation et aussi le degré de la dégradation de la question du ravitaillement britannique sur le front et les conséquences sur les futures récoltes.

Cote : FRAD080_6M19960009

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population.

Minute du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre des travaux publics, du transport et ravitaillement en date du 17 février 1917. Il y demande d'interdire purement et simplement la vente de « pain civil » aux militaires.

Cote : FRAD080_6M19960010

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population.

Dépêche télégraphique du Préfet de la Somme à l'attention de la mission française de Querrrieu et Toutencourt du 22 février 1917. La situation devient intenable et il demande à chercher un compromis avec l'armée britannique pour régler le problème du ravitaillement de la population civile.

Cote : FRAD080_6M19960011

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population.

Lettre du général de division Laguiche, chef de la mission militaire française attachée à l'armée britannique à l'attention du Préfet de la Somme en date du 14 juin 1918. Il joint la réponse de l'état major britannique à l'arrête du 18 mai 1917 interdisant la vent de pains par les boulangeries civiles aux militaires. Les Britanniques rétorquent que toutes boulangeries dans les zones contrôlées par leur armée seraient consignées malgré l'arrêté préfectoral.

Cote : FRAD080_6M19960013

© Archives départementales de la Somme

Nos chers alliés.

A travers ce corpus de documents, nous verrons que la population civile de la Somme n'entretenait pas toujours des relations évidentes avec l'armée britannique notamment sur la question du pain. Ces documents montrent l'escalade de la question des réquisitions faite par cette armée et les répercussions sur la population. Le dernier de ces documents est assez criant sur la situation de l'armée britannique. En effet, ces derniers avaient visiblement coutume de se rabattre sur les  pigeons voyageurs pour améliorer leur quotidien d'après la Mairie de Bertrancourt malgré leur importance stratégique en matière de communication.

Note du Maire de Bertrancourt du 8 décembre 1917. Le Maire fait part des plaintes de Mr Georges Blond et Fernand Turge concernant les pigeons voyageurs qui ont été en grande partie mangés par l'armée britannique.

Cote : FRAD080_99R3232001

© Archives départementales de la Somme

Remise de la Croix de guerre aux 349 communes de la Somme citées à l'ordre de l'armée.

Photographie de Lucien Hacquart des officiels lors de la cérémonie présidée par le Ministre de la guerre Louis Barthou et par le Président du conseil général Mr Klotz, le 10 juillet 1921 à hippodrome d'Amiens.

Cote : FRAD080_99M480001 

© Archives départementales de la Somme

Remise de la Croix de guerre aux 349 communes de la Somme citées à l'ordre de l'armée.

Photographie de Lucien Hacquart des officiels lors de la cérémonie présidée par le Ministre de la guerre Louis Barthou et par le Président du conseil général Mr Klotz, le 10 juillet 1921 à hippodrome d'Amiens.

Cote : FRAD080_99M480002

© Archives départementales de la Somme

Remise de la Croix de guerre aux 349 communes de la Somme citées à l'ordre de l'armée.

Photographie de Lucien Hacquart des maires décorés de la Croix de guerre lors cette cérémonie.

Cote : FRAD080_99M480003

© Archives départementales de la Somme

Remise de la Croix de guerre aux 349 communes de la Somme citées à l’ordre de l'armée.

Carton d'invitation pour cette cérémonie réalisé par Gustave Riguet.

Cote : FRAD080_99M480004

© Archives départementales de la Somme

Remise de la Croix de guerre aux 349 communes de la Somme citées à l’ordre de l'armée.

Plan de l'hippodrome d'Amiens pour cette cérémonie avec légende et programme de la journée.

Cote : FRAD080_99M480005

© Archives départementales de la Somme

Un cas particulier.

Ce document provient d'un registre matricule de 1914 pour la zone de Péronne. Cette fiche, somme toute assez banale, a comme particularité que la personne inscrite et donc appelée sous les drapeaux s'est avérée être une femme. L'erreur d'inscription vient du fait que la personne n'a pas répondu à sa convocation. Elle fut même déclarée insoumis(e). Sa situation militaire ne fut réglée pour l'armée que le 6 mai 1920 lors d'un conseil de révision.

Fiche matricule du soldat Marie Dubois inscrit(e) au 120eme régiment d'infanterie.

Cote : FRAD080_1R1082_0930

© Archives départementales de la Somme
  • Document officiel du Ministre de l'armement adressé au Préfet de la Somme qui traite de la recherche de pétrole dans les terrains domaniaux et communaux. Cote : FRAD080_99R3320125
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Dans cet extrait, l'auteur nous parle de la poussée allemande sur Amiens entre le 21 mars et 11 avril 1918. Il y décrit les combats, l'évacuation de la ville ainsi le départ de la municipalité vers Neuchatel.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Journal de Herménégilde Duchaussoy. Récit très détaillé des événements pendant la guerre sur Amiens.
  • Caricatures du quotidien des Samariens - Dessin d'Abel Faivre intitulé « Quelle idée aussi, d'avoir acheté un château dans la Somme. »
  • Caricatures du quotidien des Samariens - Dessin de Ch. Huard où deux habitants d'Amiens débattent de l'état de leur maison et tiennent le compte des impacts d'obus, le gagnant bénéficiant du voisinage de la cathédrale.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Extrait de « L'Armistice d'après mes souvenirs personnels » par le Capitaine Paul Laperche, sous-lieutenant interprète au moment de l'Armistice.
  • Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut « Parmi les scènes dont vous avez été témoin depuis le début de la guerre actuelle, décrivez en une à votre choix et notez les impressions qu'elle à laissées en vous. ». L'élève y décrit la délivrance d'Amiens
  • Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut « Parmi les scènes dont vous avez été témoin depuis le début de la guerre actuelle, décrivez en une à votre choix et notez les impressions qu'elle à laissées en vous. ». L'élève y décrit la délivrance d'Amiens
  • Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut basé sur une citation d'un auteur contemporain de l'époque: « à l’héroïsme des soldats, répondons par l’héroïsme des civils…
  • Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut basé sur une citation d'un auteur contemporain de l'époque: « à l’héroïsme des soldats, répondons par l’héroïsme des civils…
  • Copie de la composition de français de mars 1917. Le sujet fut basé sur une citation d'un auteur contemporain de l'époque: « à l’héroïsme des soldats, répondons par l’héroïsme des civils…
  • Photographie d'une péniche hôpital sur les bords de la Somme près d'Abbeville. La photographie n'est pas datée et son auteur n'est pas connu.
  • Vue aérienne des tranchées en date du 6 juillet 1917 du front depuis Fayet à 16h. Cote : FRAD080_14J77_005
  • Vue aérienne des tranchées en date du 12 juillet 1917 du front depuis Fresnoy le petit à 16h. Cote : FRAD080_14J77_006
  • Vue aérienne des tranchées en date du 6 juillet 1917 du front depuis le chef lieu Les trois sauvages à 9h. Cote : FRAD080_14J77_007
  • Lettre signée par des « patriotes » de Morcourt à l'intention du préfet de la Somme en date du 18 Septembre 1916. Dans cette lettre, on y fait part du « scandale du pain »  entre les populations samariennes et l'armée britanique.
  • Lettre signée par des « patriotes » de Morcourt à l'intention du préfet de la Somme en date du 18 Septembre 1916. Dans cette lettre, on y fait part du « scandale du pain »  entre les populations samariennes et l'armée britanique.
  • Procès verbal de Gendarmerie signé par le maréchal des logis, Ernest Morel, le 16 octobre 1916.
  • Procès verbal de Gendarmerie signé par le maréchal des logis, Ernest Morel, le 16 octobre 1916.
  • Minute manuscrite du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre de l'interieur en date du 12 aout 1916.
  • Minute manuscrite du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre de l'interieur en date du 12 aout 1916.
  • Minute manuscrite du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre de l'interieur en date du 12 aout 1916.
  • Minute du Préfet de la Somme à l'attention du Ministre des travaux publics, du transport et ravitaillement en date du 17 février 1917.
  • Dépèche télégraphique du Préfet de la Somme à l'attention de la mission française de Querrieu et Toutencourt du 22 février 1917.
  • Lettre du général de division Laguiche chef de la mission militaire francaise attachée à l'armée britannique à l'attention du Préfet de la Somme en date du 14 juin 1918.
  • Note du Maire de Bertrancourt du 8 décembre 1917.
  • Photographie de Lucien Hacquard des officiels présidant à la cérémonie présidée par le Ministre de la guerre Louis Barthou et du Président du conseil général Mr Klotz, le 10 juillet 1921 à hippodrome d’Amiens.
  • Photographie de Lucien Hacquard des officiels présidant à la cérémonie présidée par le Ministre de la guerre Louis Barthou et du Président du conseil général Mr Klotz, le 10 juillet 1921 à hippodrome d’Amiens.
  • Photographie de Lucien Hacquard maires décorés de la croix de guerre lors cette cérémonies.
  • Carton d'invitation pour cette cérémonie réalisé par Gustave Riguet.
  • Plan de l'hippodrome d'Amiens pour cette cérémonie avec légende et programme de la journée.
  • Fiche matricule du soldat Marie Dubois inscrit(e) au 120eme régiment d'infanterie.
informations
sources
Archives départementales de la Somme
Diaporama (série d'images thématique)