Services Et Projets Educatifs > Recensement et numérisation des Schul-Chroniken du Bas-Rhin

Recensement et numérisation des Schul-Chroniken du Bas-Rhin

Schul-Chronik, couverture
© Archives départementales du Bas-Rhin
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les Schul-Chroniken

Les historiens connaissent l’intérêt des Schul-Chroniken, ces « chroniques d’école » rédigées dans tout le Reichsland Elsass-Lothringen entre 1893 et 1918, parfois jusqu’au début des années 1920 et plus exceptionnellement au-delà. Ces documents, dont la tenue fut imposée aux instituteurs par le décret impérial du 27 avril 1893, présentent toujours le même aspect matériel : un petit registre cartonné noir, fabriqué et distribué par Wallenfells-Brill à Strasbourg, à dos et coins renforcés, à tranches marbrées, peu épais, large de 21 centimètres et haut de 33. Chaque volume porte sur la couverture en lettres dorées l’inscription Schul-Chronik ; les gardes et la page de titre pré-imprimée sont marquées de l’aigle impériale. Le même registre sert parfois à la transcription de l’Ortsbeschreibung ou monographie communale (historique, géographique, statistique) également prescrite par les instructions officielles.

La chronique proprement dite traite d’abord de la vie de l’école mais, selon les rédacteurs et selon les époques, en vient à rapporter aussi les événements marquants de l’histoire de la commune. À compter d’août 1914, elle devient un témoignage précieux sur la vie civile pendant la Grande Guerre. On peut en particulier y lire les conséquences de la mobilisation générale, les contraintes liées à l’économie de guerre (réquisitions, rationnement), les échos locaux du conflit (hôpitaux militaires et cantonnements de troupes, manifestations patriotiques), etc.

Le projet de collecte et de numérisation

Dans la mesure où les instituteurs étaient souvent également secrétaires de mairie, le lieu naturel de conservation des Schul-Chroniken reste le fonds des archives communales, mais les aléas de l’histoire ont pu les disperser davantage. Les Archives départementales du Bas-Rhin, pourtant riches d’un important fonds d’archives communales déposées, ne conservent que très peu de ces chroniques, soit entrées lors de la collecte d’archives communales, soit remises par des particuliers. Elles ne connaissent pas le lieu de conservation actuel de toutes les chroniques à propos desquelles les sociétés d’histoire du Bas-Rhin ont publié des articles, ou dont elles ont diffusé des transcriptions.

Dans un souci de sauvegarde, mais également de mise en valeur de ces documents, les Archives départementales du Bas-Rhin s’adressent ainsi à toutes les mairies, écoles, sociétés d’histoire ou particuliers qui possèderaient des chroniques originales ou dont elles connaîtraient les détenteurs. Elles proposent d’assurer sans frais, dès 2013, la numérisation de ces chroniques, pour leur mise en ligne sur leur site Internet au premier semestre 2014. Elles proposent également, de façon libre et facultative, de prendre en charge les chroniques pour une conservation adaptée dans leurs locaux à Strasbourg.

Pistes d’exploitation pédagogique

Les pistes, assurément nombreuses, seront explorées plus avant au fur et à mesure de la collecte. Il ne s’agit ici que d’un premier aperçu centré sur la guerre (les chroniques permettant par ailleurs, par leurs notations très quotidiennes, d’aborder d’autres thématiques : la modernisation des campagnes alsaciennes et ses limites, l’histoire du climat et des risques, les préoccupations hygiénistes, etc.).

Piste d’exploitation pédagogique Problématique abordée Programme, socle ou compétence
La mobilisation et l’état d’esprit des populations au  moment de la mobilisation et de l’entrée en guerre. Quel est l’état d’esprit des Alsaciens en 1914 (à mettre en relation avec les images de propagande) ?       Programme de 3e : question de la dimension culturelle (débat : consentement ou contrainte pour les populations ?).
Socle : mettre en relation des sources différentes et s’initier à la critique historique.
La participation des civils à la guerre ; l’encadrement des civils par la contrainte (règlements, réquisitions), la propagande, la sanction, la récompense (jour de congé pour les écoliers en cas de victoire) ; la multiplicité des acteurs (pouvoir central, régional, local, autorités civiles et militaires, instituteurs, femmes…).          L’entrée dans la guerre totale : dans quelle mesure les civils participent-ils à la guerre?                                

 

Programme de 3e : dimension économique du conflit, notion de guerre totale.
Compétence : je décris la vie d’un village et je donne du sens aux informations recueillies
à partir d’un document historique.
Programme 1ère : la Grande Guerre « témoin de l’entrée dans la guerre totale».                             
À partir des tableaux des pertes parfois joints à la chronique avec indication du lieu où les soldats de la commune sont morts : durée de la guerre et étendue des fronts. La Grande Guerre : une guerre mondiale ?

L’importance spatiale du/des front(s) pour l’Empire allemand.

Lien avec les monuments aux morts (histoire des arts).

Compétence : je localise dans l’espace (carte) ; je mets en relation.