Nouvelle-Zélande > La Nouvelle-Zélande lance un appel d’offres pour la valorisation de ses chemins de mémoire sur le Front occidental

La Nouvelle-Zélande lance un appel d’offres pour la valorisation de ses chemins de mémoire sur le Front occidental

Logo du centenaire en Nouvelle-Zélande
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le ministère néo-zélandais de la Culture et du Patrimoine, agissant pour le compte du Bureau chargé du programme du centenaire de la Première Guerre mondiale, lance un appel d’offres pour mettre en valeur les sites et les chemins de mémoire sur le Front occidental (« le chemin du Patrimoine »).

Le Front occidental a été le plus meurtrier pour la Nouvelle-Zélande. Plus de Néo-Zélandais y sont morts entre 1916 et 1918 que durant toute la Seconde Guerre mondiale et beaucoup plus qu’à Gallipoli en 1915 (Turquie).

Les informations sur l’histoire de la Nouvelle-Zélande sur le Front occidental sont inégales. Certains sites individuels fournissent de nombreux détails, mais il manque une cohérence d’ensemble qui permettrait au visiteur d’appréhender la globalité de l’engagement néo-zélandais.

Trop souvent, la Nouvelle-Zélande est invisible, en particulier sur les lieux qui accueillent le plus de visiteurs. Or, au cours de la période des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale (2014-2018), le nombre des visiteurs augmentera considérablement.

Aussi, dans le cadre de son programme commémoratif du Centenaire, le gouvernement néo-zélandais souhaite-t-il améliorer l’information relative à la contribution du pays au Premier conflit mondial, tout en veillant à ne pas reproduire ce qui existe déjà, à dupliquer les efforts, ou à créer de la confusion.

Le Bureau du programme du centenaire de la Première Guerre mondiale recherche une société, ou un entrepreneur indépendant, qui sera chargé de définir la forme que pourra prendre « le chemin du Patrimoine », qu’il s’agisse de sites internet et d’applications pour mobiles, de revues imprimées, ou encore de partenariats noués avec des organisations ou des musées à l’étranger.

Le contractant devra « réduire le champ des possibilités » en collaboration avec d’autres parties prenantes et proposer des prestations de différents formats visant à fournir à la fois une information grand public pour les visiteurs et les touristes et de niveau scientifique.

Enfin, le contractant devra produire un business case comportant des recommandations de composants qui aideront le Bureau du programme du Centenaire dans la planification de la phase finale de cet important projet patrimonial pour les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.

La date limite de dépôt des projets est fixée au vendredi 21 juin 2013 à 17 heures (heure NZ).

Les projets sont à envoyer à l’adresse suivante : virginia.gow@ww100.govt.nz

Voir l’appel d’offres (en anglais)