Madagascar > Madagascar dans les collections de l'ECPAD

Madagascar dans les collections de l'ECPAD

Leuilly-sous-Couy, Aisne, soldat malgache, 12 juin 1917. Photographe : Marcel Lorée.
© ECPAD
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Plus de quarante-et-un mille Malgaches ont été mobilisés pendant la Grande Guerre, soit près de huit pour cent du total des « indigènes » ayant servi dans l’armée française. Plus de trente-quatre mille d’entre eux ont été envoyés sur le front européen. Le 12e bataillon de marche de tirailleurs malgaches, rattaché à la 1ère division marocaine du général Daugan, est la principale unité combattante en France. Il prend par la suite les noms de « 12e bataillon de chasseurs malgaches » puis, en janvier 1919, de « 1er régiment de chasseurs malgaches ». Formé à Saint-Raphaël en novembre 1916, il est engagé au combat en mai 1917 au chemin des Dames, année où trente-deux mille Malgaches sont recrutés sur l’île1 mais reste surtout affecté à des travaux routiers et au transport de munitions. En 1918, au cours de la deuxième bataille de la Marne, le bataillon perd près de cinq cents hommes en quelques jours. Il est ensuite engagé dans les batailles du Soissonnais. Après l’armistice, il se retrouve en Lorraine puis, en décembre, sur le Rhin, enfin en zone d’occupation, en Allemagne.

Dans les fonds de l’ECPAD, plusieurs reportages sont consacrés aux Malgaches. On les voit tout d’abord lorsqu’ils arrivent en métropole, quand ils s’acclimatent dans les camps du Sud de la France, puis quand ils sont engagés sur le front français (dans l’Aisne, en Meurthe-et-Moselle, dans la Somme et dans l’Oise) mais aussi sur le bateau en partance pour le front d’Orient, ainsi qu’à leur arrivée en Macédoine. Les hommes sont photographiés dans leurs occupations quotidiennes au cantonnement ou lors de remises de décorations (en France et dans le Palatinat, pendant l’occupation en Allemagne).

Les Malgaches sont également photographiés dans l’accomplissement de travaux de voirie (construction d’une route au ballon d’Alsace), d’extraction de pierres en Lorraine, de déchargement de bateaux, de reconstruction, de travaux agricoles et agro-alimentaires (« station-magasin » du fort de Vincennes).

Ils sont par ailleurs représentés dans les fonds privés que recueille l’ECPAD. En effet, plusieurs collections d’une grande valeur esthétique et historique témoignent, au cours des années qui précèdent la guerre, du quotidien des habitants de l’île de Madagascar et des unités militaires présentes. Les collections René Denis (réf. D68), Coquibus (réf. D180) et Bazelaire (réf. D64) conservent des centaines de documents photographiques réalisés par des militaires en poste dans l’île : paysages, vie quotidienne et manoeuvres militaires sont ainsi présentés dans ces images. Il faut également ajouter les collections Trévelot (réf. D73) et Tournassoud (réf. D193) où sont montrés des combattants malgaches présents sur le front de la Somme.

Les archives de la SPCA sur Madagascar
Nombre de photographies : 176
Nombre de films comportant des séquences montrant des Malgaches : 12

Si vous souhaitez recourir aux images de l'ECPAD pour mener à bien vos projets culturels, vous pouvez consulter les images en médiathèque, commander les images ou commander une prestation.

Notes

1 Jacques Frémeaux, les Colonies dans la Grande Guerre, Paris, 2006, p. 63.