L'inventeur de l'anthropométrie est mort

L'inventeur de l'anthropométrie est mort

Alphonse Bertillon (1853-1914) s'était prêté durant sa carrière à la photo signalétique.
© Bibliothèque nationale de France
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Sans commune mesure

Au départ, les autorités font la moue. Peu à peu, l’identité anthropométrique (singularité des squelettes et des mesures chez les humains) s’impose comme le moyen fiable pour identifier des criminels. Bertillon est son inventeur. Embauché à la préfecture de police de Paris, il utilise surtout la photographie signalétique. Objective, prise dans les mêmes conditions de lumière et d’angle, elle capture deux poses, de face et de profil droit. On ajoute le nom du sujet, un numéro et la date. C’est idiot, mais c’est bon à savoir : le profil et l’oreille permettent de distinguer deux personnes à coup sûr.

Dérapage antidreyfusard

À la fin du XIXe siècle, Alphonse Bertillon est le seul expert policier à savoir tirer des conclusions des indices découverts par les enquêteurs. Ce monopole de l’expertise le perd au moment de l’affaire Dreyfus. Influencé par son antisémitisme, il tente de prouver la culpabilité de ce dernier dans des rapports fourmillant de détails. Ces analyses jettent le discrédit sur Bertillon. Heureusement, malgré son tempérament obstiné et susceptible, il a formé des experts policiers, qui deviennent peu à peu plus carrés que lui.

La bande à Bonnot arrêtée grâce à Bertillon

Photographies anthropométriques de Soudy et Gauzy

De décembre 1911 à mai 1912, Jules Bonnot et ses acolytes braquent des banques, volent des voitures, cambriolent et assassinent. Après une tuerie dans une maison occupée par la bande, Bertillon est appelé à la rescousse pour trouver des indices. Très vite, on retrouve Bonnot, qui est capturé et qui meurt de ses blessures. Ses complices sont rapidement arrêtés ensuite.

La Bibliothèque nationale de France conserve dans ses archives les photographies anthropométriques de Soudy et Gauzy, de la bande à Bonnot. Sur ces clichés, Gauzy a l’œil torve, et quelques traces de sa capture. Soudy a le nez cassé.