Les années 14-18 dans les Archives de la planète d’Albert Kahn

Les années 14-18 dans les Archives de la planète d’Albert Kahn

Dès 1909, le banquier Albert Kahn (1860-1940) caresse le projet un peu fou d’envoyer des opérateurs dans le monde entier, avec les inventions que les frères Lumière viennent de mettre au point (cinématographie et autochrome, premier procédé industriel photographique en couleurs véritables), afin de constituer une archive destinée à « fixer une fois pour toutes des aspects, des pratiques et des modes de l’activité humaine dont la disparition fatale n’est plus qu’une question de temps ». Durant plus de vingt ans, sous la direction scientifique du géographe Jean Brunhes (1869-1930), les opérateurs des Archives de la planète parcourent une cinquantaine de pays et rassemblent au fil de leurs campagnes 180 000 mètres de pellicule cinéma (une centaine d’heures de projection), 4000 stéréoscopies noir et blanc et 72 000 autochromes. Ce patrimoine est aujourd’hui conservé par le département des Hauts-de-Seine au musée Albert-Kahn, installé sur le site historique de la propriété du banquier à Boulogne-Billancourt. L’ambition de « mettre le monde en boîte » ne constitue par ailleurs qu’une partie du projet d’Albert Kahn, qui a financé de nombreuses fondations, bourses, lieux de rencontres, et reçu dans ses somptueuses propriétés de Boulogne et de Cap Martin, les grands de ce monde.

Dans ce dossier, retrouvez chaque mois de l'année 2017 un nouveau portfolio consacré aux autochromes réalisés pendant les années 14-18.