Le Tour de France 1914 dans la presse

Le Tour de France 1914 dans la presse

Philippe Thys, probable vainqueur du douzième Tour de France.
© BnF-Agence Rol
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le Tour de France 1914 s'achève le 1er août à Paris, à cette occasion le journal L'Humanité du 25 juillet 1914 revient sur la lutte entre entre les deux leaders pour la finale, Thys et Pélissier.

Le Tour en chiffres

C’était la douzième édition depuis 1903, 50 coureurs ont parcouru 5 000 kilomètres en 15 étapes. Le Tour de France est à l’époque un réel tour de l’Hexagone et son parcours suit les frontières du pays. Les conditions de la course sont difficiles : le vélo, sans dérailleur, pèse une douzaine de kilos. On ne peut changer de vélo durant la course, car il est « poinçonné ». C’est le pourquoi de la pénalité de Thys : il a changé de roue avec l’aide d’un équipier mais il devait ramener le moyeu poinçonné, ce qu’il n’a pas fait.

Pot belge

Philippe Thys est belge, né en 1890, et appartient à l’équipe Peugeot. Il a gagné son premier Tour de France en 1913. Lors de l’avant-dernière épreuve, de Longwy à Dunkerque, Thys fut pénalisé de trente minutes, le second n’étant plus qu’à une minute cinquante secondes du leader. La dernière étape est très disputée. Il reste 340 kilomètres de course jusqu’à Paris, dans des conditions très difficiles de vent et de pluie. À l’arrivée, le vainqueur est couvert de boue, comme le montre la photographie. Il affirme ne prendre qu’un stimulant, le vin Koto, « le tonique par excellence ».

Le premier maillot jaune

Philippe Thys a toujours affirmé que c’est lui le premier qui, en 1914, a porté un pull de cette couleur pour qu’on puisse le distinguer des autres coureurs. Pourquoi le jaune ? C’est la couleur du journal L’Auto qui sponsorise la course, et puis ça se voit de loin. C'est probable. Mais le maillot jaune désignant le premier du classement du Tour de France ne devient officiel qu’en 1919.