La sélection du Centenaire - Juin 2015

La sélection du Centenaire - Juin 2015

Gaston Chérau derrière un cadavre aux confins de l oasis de Tripoli - exposition À fendre le cœur le plus dur au Frac Alsace
© Collection privée
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Chaque mois, la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale vous propose une sélection parmi les manifestations labellisées en France et dans le monde, fragments d’une saison culturelle à part entière. Expositions, conférences, spectacles, actions pédagogiques sont au rendez-vous et témoignent de la grande diversité des voix de cette commémoration. Consultez l’intégralité des manifestations sur l’agenda du Centenaire en ligne.

Ouverture

Centre d’interprétation de Souchez « Lens 14-18, centre d’histoire Guerre et Paix »

Le centre d'inteprétation de Souchez ouvre ses portes. Situé au pied de la colline de Notre-Dame-de-Lorette, le centre d’interprétation « Lens 14-18 centre d’histoire Guerre et Paix » ouvre ses portes le 9 juin 2015. Maillon essentiel du dispositif des Chemins de mémoire du Nord-Pas de Calais et destiné à un large public, le centre d’interprétation a pour vocation de sensibiliser et d’informer sur le déroulement de la Première Guerre mondiale dans la région.

Souchez

En savoir plus

Exposition

1418. Échos, versos et graphies de batailles

L'exposition donne carte blanche à la photographe Catherine Poncin qui, dans le cadre de sa démarche "De l'image par l'image", investit un corpus de cartes postales de la Première Guerre mondiale. Exposition itinérante dans les villes de la Seine-Saint-Denis.

Jusqu'au 10 juin 2015
Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, 18 avenue du Président Salvador-Allende, 93000 Bobigny
archives.seine-saint-denis.fr/

Nos grands-parents dans la Grande Guerre : 1914, les moissons interrompues

L’aspect humain du conflit est mis en évidence dans cette exposition notamment au travers la mise en lumière de parcours individuels de soldats. L’exposition propose un parcours en 3 volets : les armées dans le Gard (1872-1914), la mobilisation générale (1914), la vie à l’arrière (1914 -1916). Autour d'une exposition d'objets de la vie quotidienne et de documents, des conférences, des ateliers de généalogie, une quinzaine cinématographique et des représentations théâtrales sont proposés.

Jusqu'au 12 juin 2015 
Archives Départementales, 365 rue du Forez, Nîmes
Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h
Tél. : 04 66 05 05 10

Les Morbihannais dans la guerre 14-18

L’exposition retrace la vie des Morbihannais, militaires et civils, dans la guerre 14-18. Elle présente plusieurs aspects de la guerre, souvent peu traités ou ignorés du grand public. L'exposition permet notamment de découvrir la vie des Morbihannais présents sur le front : les principales batailles auxquelles ils ont participé, illustrées par des documents, des photographies ou des témoignages. Au-delà d’une simple chronologie des batailles, il s'agit bien de revivre les combats auprès des "Poilus", à travers les traces qu'ils ont laissées.

Jusqu'au 26 juin 2015
Archives départementales du Morbihan, 80, rue des Vénètes, Vannes
www.morbihan.fr/tous-les-evenements/les-morbihannais-dans-la-guerre/

Second volet de l'exposition Les enfants de la Patrie: "la Patrie en danger (1914-1918)"

Lancement du second volet de l'exposition "Les enfants de la Patrie": "la Patrie en danger (1914-1918)" le 31 mars 2015 au musée national de l'éducation de Rouen. De décembre 2014 à novembre 2015, la trilogie « Les enfants de la Patrie » regroupe autour du thème commun de l’éducation patriotique une suite de trois expositions temporaires. Celles-ci replacent dans un cadre chronologique élargi – des lendemains de la défaite face à la Prusse à la veille de la guerre contre l’Allemagne nazie – l’intrusion de la Première Guerre mondiale dans la vie des enfants. Tirés des riches collections du Musée national de l’Éducation, les affiches, photos, cahiers et manuels scolaires, les jeux, jouets et livres pour enfants amènent à nuancer l’idée d’une société, tous âges confondus, d’abord unanimement déterminée à reconquérir par les armes l’Alsace et la Lorraine, puis totalement pacifiste.

Jusqu'au 28 juin 2015
Musée national de l'éducation, centre d'expositions, 185 rue d'Eau-de-Robec, 76000 Rouen
www.musees-haute-normandie.fr/exposition/les-enfants-de-la-patrie-1871-1939-54

14-18 La vie quotidienne des Varois

Le musée des Arts et Traditions Populaires et les Archives départementales du Var s’associent pour présenter une exposition sur la vie quotidienne des Varois pendant la Grande Guerre.

Jusqu'au 1er juillet 2015
Musée des Arts et Traditions Populaires, 15, rue Roumanille, 83300 Draguignan

Les Protestants de Reims dans la Grande Guerre

Ce projet culturel global valorise la contribution des protestants durant le conflit, via notamment une exposition de photographies, un concert lors des journées du patrimoine, ou encore des visites.

Jusqu'au 20 septembre 2015
Temple protestant, 51100 Reims
www.reims-tourisme.com/fre/Decouvrir/Les-grands-evenements/Agenda-des-evenements/%28fiche%29/569920

Poilus de l'Isère

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère consacre une exposition, un livre et des rencontres à l'histoire et à la mémoire des soldats de ce département engagés dans la Grande Guerre. Préparée avec le concours de nombreux acteurs locaux, cette exposition est complémentaire de l'exposition À l'arrière comme au front du Musée dauphinois. C'est de l'engagement militaire des Isérois sur les champs de bataille dont il est question ici. Parmi eux, 17 000 à 19 000 hommes ont perdu la vie au cours de la Première Guerre mondiale. Tout en relatant les grandes phases du conflit, le musée reviendra sur les principaux faits d'armes au cours desquels ces soldats ont été engagés : les Vosges, la Somme, l'Artois, la Champagne, Verdun... en s'appuyant sur le parcours documenté de quelques-uns d'entre eux.

Prolongations jusqu’au 12 octobre 2015
Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, 14, rue Hébert, 38000 Grenoble
www.resistance-en-isere.fr/2941-poilus-de-l-isere.htm

À fendre le cœur plus dur

Proposée par le Frac Alsace, cette proposition multiforme croisant les regards portés sur une archive photographique commune par un historien, un danseur, un plasticien et deux romanciers. Ce projet transversal est à l’initiative de l’historien Pierre Schill, qui poursuit des réflexions sur la représentation du monde entre art et médias, déjà engagées par le Frac Alsace lors de précédentes expositions. Développé autour d’une exposition, il envisage la création actuelle comme un espace critique de recherche où la science historique est mise en relation avec l’art contemporain et les arts visuels, la danse et la littérature. Cet événement multiforme est constitué d’une exposition dont l’objectif est de faire dialoguer des œuvres d’aujourd’hui avec l’archive historique de guerre et les documents proposés par Pierre Schill, d’un solo créé par le danseur et chorégraphe Emmanuel Eggermont et d’une production littéraire des écrivains Jérôme Ferrari et Oliver Rohe.

Jusqu'au 18 octobre 2015
Frac Alsace, espace Gilbert Estève -1, route de Marckolsheim, 67600 Sélestat
www.culture-alsace.org/saison-2014-15-au-frac,80440,fr.html#-fendre-le-c-ur-le-plus-dur-1405589313620

Théâtre

Histoire du soldat de Stravinsky et Ramuz

Un soldat en permission rencontre sur le chemin un étrange personnage et lui donne son violon. Il comprend trop tard que c’est le diable. Cette œuvre, écrite en 1918, allie théâtre, musique et danse.

Jusqu'au 15 juin 2015
TM+ Maison de la musique, 8, rue des Anciennes mairies, 92000 Nanterre
www.tmplus.org/web/commemoration-du-centenaire-14-18/

Cérémonie

Hommage aux soldats américains

La ville de Beaune rend hommage aux soldats américains présents dans la région pendant la Grande Guerre. La cérémonie, en présence du consul américain, verra la pose de la première pierre du futur musée militaire consacrée à la présence américaine dans la ville, dont ne subsite aujourd'hui que quelques bâtiments.

19h, camps américain
Rue du docteur Tassin, 21200 Beaune

Spectacle

Le RICM dans la Grande Guerre

Le Régiment d’Infanterie Chars de Marine organise, à l’occasion de son centième anniversaire, une soirée nocturne dans sa ville, Poitiers. La Fanfare et Bagad de la 9e BIMa donnera une représentation musicale en première partie de soirée, avant de céder sa place à une projection monumentale sur la façade de l’Hôtel de Ville. Ce spectacle vous permettra de retracer cent ans d’histoire, au travers d’images et de vidéos d’archives.

13 juin 2015
Place de l'Hôtel de Ville, 86000 Poitiers

ricm-centenaire.fr

Jusqu'au dernier souffle

Spectacle théâtral musical. La Grande Guerre à travers les mots d'amour et d'humanité des Poilus. Musique de Catherine Delaunay, avec Yann Karaquillo (comédien), Sandrine Le Grand (piano), Catherine Delaunay (clarinettes, scie musicale), Christophe Morisset (serpent, sousaphone, trombone), Pierrick Hardy (guitares, banjo, clarinette), Guillaume Roy (alto), Guillaume Séguron (contrebasse).

17 et 18 juin 2015
Théâtre de la Passerelle, 87000 Limoges
www.lesneuffillesdezeus.com/

La guerre en musique - Projet Harmonie 14-18

La Fédération musicale de Franche-Comté propose un spectacle original et populaire en plein air, alliant musique, danse, poésie, photo et vidéo, sur des œuvres musicales composées pendant la guerre.

27 juin 2015
Place d'Armes, 90000 Belfort

Sport

Les épreuves de Pelou, le poilu de notre paix

« Les Epreuves de Pelou » sont des jeux athlétiques inspirés de scènes de la vie quotidienne des Poilus qui permettent aux enfants une approche de quelques-unes des épreuves que subissait le Poilu dans son quotidien. Si ces épreuves n’avaient rien d’une pratique sportive d’agrément, les qualités d’endurance, de vitesse, de force, de résistance, d’adresse et d’abnégation nécessaires dont ont fait preuve les soldats, ce sont pourtant bien parfois des séquences de course, saut, lancer ou marche qui ont pu être observées au cœur de situations de guerre vécues par les Poilus. Ces Jeux sont proposés dans le cadre des 100km de Mécleuves.

7 juin 2015
Au stade de foot de Mécleuves - Lanceumont (FSE). Dans le cadre du village animations « en courant par la Lorraine, le 100 km de Mécleuves ».
http://www.100kmdemecleuves.com/2015/04/kid-athle-les-epreuves-de-pelou.html

Semi-marathon Meuse Grande Guerre 2015

L'épreuve, qualificative pour les Championnats de France, s'organise sur un circuit de 21km depuis Verdun, situé au pied des secteurs de Douaumont. Elle a réuni près de 600 participants en 2014. Organisé par le Conseil départemental de la Meuse et la Ligue d'Athlétisme de la Meuse.

21 juin 2015
55100 Verdun
http://www.s2m2g.fr/

Au musée de la Grande Guerre de Meaux

Visite guidée thématique "Der erste weltkrieg" :  La Première Guerre mondiale du point de vue allemand

Alliée à l’Autriche-Hongrie, se sentant prise en étau entre la France et la Russie, l’Allemagne s’engage en 1914 dans un conflit qu’elle a contribué à faire éclater. Face à des adversaires qui disposent de plus de réserves, en hommes et en matériel, elle paie un lourd tribut au conflit avec près de 2 millions de morts.

7 juin, 14h30

Conférence Qu'est-ce qu'un génocide ?

Le massacre des arméniens, cent ans après. L’assassinat planifié et systématique d’une population définie selon des critères d’appartenance raciaux, ethniques, nationaux ou religieux, suppose l’existence d’un pouvoir centralisé disposant de moyens logistiques importants instaurés à des fins criminelles. Au-delà des polémiques, le conférencier évoquera les grands génocides du XXe siècle et particulièrement le génocide arménien de 1915. Par Alban Perrin, coordinateur de la formation au Mémorial de la Shoah et chargé de cours à Sciences Po Bordeaux.

13 juin 2015, 14h30

Exposition temporaire « Mon violon m'a sauvé la vie »

Destins de musiciens dans la Grande Guerre. Ouverture de l'exposition temporaire consacrée à Lucien Durosoir (1878-1955), est l’un des plus grands violonistes français au début du XXe siècle. Mobilisé en 1914, il sera tout au long de la guerre brancardier puis colombophile, mais surtout, son talent musical va l’amener à faire partie, à la demande du Général Mangin, d’un quatuor de musique de chambre rassemblant notamment André Caplet (alto) et Maurice Maréchal (violoncelle). Une situation exceptionnelle sur le front qui l’amènera à écrire dans une de ses lettres : « mon violon m’a sauvé la vie ». Après la guerre, Lucien Durosoir ne se produit plus, mais compose. Sa musique a été retrouvée il y a dix ans par son fils. Le Durosoir compositeur, totalement méconnu, est donc une découverte majeure dans l’histoire de la musique française du XXe siècle. Cet incroyable destin, est le fil rouge de l’exposition 2015 du Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux. Celle-ci abordera à travers une sélection de portraits de musiciens issus des différents pays belligérants, comment le conflit a pu influencer leur rapport à la musique. Vie fauchée ou transformée par la mutilation, composition nourrie du fracas et du chaos de la guerre, silence assourdissant témoin du traumatisme de l’expérience…  sont les conséquences immédiates d’un art confronté à la destruction.

Du 20 juin au 31 décembre 2015

Concert Mon violon m'a sauvé la vie

Dans le cadre de la Fête de la Musique, par l'Ensemble Calliopée / Karine Lethiec, direction artistique Maud Lovett et Christophe Giovaninetti, violons; Karine Lethiec alto ; Florent Audibert, violoncelle;Lauréne Durantel, contrebasse; Sandrine Chatron, harpe; Anne-Cécile Cuniot, flûte; Vladimir Dubois, cor; Shigeko Hata, soprano. À l’occasion de l’inauguration de l’exposition «  Mon violon m’a sauvé la vie », l’Ensemble Calliopée propose un concert inédit au cœur de la grande nef du musée ! Ecoutez des chefs-d’œuvre composés par des musiciens emblématiques de la Grande Guerre : l’australien Kelly de la Royal Naval Division ; l’allemand Hindemith de l’orchestre de Francfort incorporé dans la fanfare de son régiment ;  le français André Caplet quittant ses fonctions de directeur de l’orchestre de l’opéra de Boston pour se porter volontaire et le violoniste français Lucien Durosoir combattant des tranchées puis brancardier et colombophile.

20 juin, 19h

Lecture musicale Mon cher enfant...

Par la Compagnie Rêve général ! avec Emmanuelle Brunschwig, comédienne, Yann Regnault, violoniste, dans une mise en scène de Marie Normand. Pendant toute la guerre, Louise Marie Durosoir écrit une à deux fois par jour à son fils Lucien, violoniste. Envoyé au front, il reçoit des missives dans lesquelles sa mère l’exhorte à pratiquer le violon jusque dans les tranchées. Commentaires politiques, réprimandes maternelles, conseils d’hygiène et de cuisine se mêlent dans cette correspondance.

28 Juin 2015, 14h30

À l’Historial de la Grande Guerre de Péronne

John Horne – Une expédition coloniale ? L’expérience des soldats français aux Dardanelles

Les Dardanelles, une expédition coloniale ? Sans doute par sa conception, le but étant de forcer les détroits pour arriver à Constantinople, d’abord par une campagne navale et ensuite par une expédition militaire. Sans doute aussi par sa composition, les corps expéditionnaires français comme britanniques ayant un pourcentage de troupes coloniales au-dessus du moyenne. En revanche, ni de point de vue de l’ennemi turque, qui défend avec acharnement sa patrie envahie, ni de celui du champ de bataille qui reproduit les conditions de guerre industrialisée qui caractérisent tous le front Européens. D’où une expérience à la fois différente et similaire à celle des soldats français sur le front en France. John Horne est Professeur d’Histoire européenne moderne et contemporaine à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de la Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il fait partie de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre en France. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire de Première Guerre mondiale et sur celle de la France au XXe siècle, dont 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2001 ; trad. française, 2005); (dir.) A Companion to World War One (2010) ; (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; et (avec Robert Gerwarth), War in Peace. Paramilitary Violence in Europe after the First World War (2012).

Samedi 6 juin à 17h00. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Découverte de la Grande Guerre – Musée et Circuit

Découvrez les collections de l’Historial de la Grande Guerre en compagnie d’un guide qui vous invitera à vous pencher sur des collections exceptionnelles révélatrices d’une histoire universelle. Ensuite, prenez le temps de parcourir par vous-même les salles du musée et de revenir vers nos guides avec vos interrogations. Pour déjeuner, profitez d’un pic-nic champêtre fourni par le Musée et pris sur l’herbe dans le Théâtre de verdure ou au bord de l’étang du Cam. Ensuite, partez en car avec un guide pour parcourir les champs de bataille de la Première Guerre mondiale et découvrir les traces laissées sur les paysages de la Somme. Inscription par mail ou téléphone obligatoire jusqu’au 22 mai. La réservation est effective après réception du paiement avant le 29 mai, à la billetterie ou par chèque envoyé à l’adresse du musée.

Dimanche 7 juin de 10h à 18h. Réservation obligatoire.

Face à Face. Regards sur la dé(re)figuration

Oser porter le regard sur la défiguration, celle née de la Grande Guerre, cicatrice indélébile affichée d’une violence et d’une souffrance impossibles à cacher. Mettre en miroir l’impensable défiguration que la malformation, le traumatisme ou la tumeur créent encore aujourd’hui, génératrice d’exclusion. Donner à voir et à toucher une chirurgie reconstructrice qui en est issue, ses intuitions, ses atermoiements, son ingéniosité et ses limites, son audace et son impuissance. Telle est l’invitation à franchir « the thin red line », « cette terre de nul homme qu’elle délimite », cette ligne qui sépare la vie de la mort. Fil rouge reliant dix étapes, soulignées de dix Haïkus, écrits par ceux-là mêmes qui combattirent.

Du 18 juin au 11 novembre 2015

Café d’archéologie

À l’occasion de la Journée nationale de l’archéologie, rencontre exceptionnelle avec Gilles Prilaux, archéologue chargé des fouilles sur l’un des nombreux sites de la Grande Guerre.

Samedi 20 juin à 15h30

Archéologue de la Grande Guerre

Comme un véritable archéologue et avec l’aide d’un expert du terrain, saisis-toi d’une truelle et d’une planche à dessin pour découvrir sous une couche de sable et de terre les objets disparus de la Première Guerre mondiale.

Dimanche 21 juin de 14h à 17h. Entrée libre. À partir de 8 ans. Durée moyenne de participation : 30 minutes.

Petit cabaret des gueules cassées (à partir de 12 ans)

Un Cabaret avec des chansons, des claquettes, des tours de magie, comme une grande foire, un genre de grande loterie où tout le monde aurait perdu. Des gueules cassées telles qu’elles sont devenues avec leurs souvenirs, et puis les mémoires de ceux croisés sur leur route pendant cette Grande Guerre, leurs compagnons d’infortune.

Vendredi 26 juin 20h30 (date susceptible d’être modifiée). Réservation conseillée. Événements gratuits