La Mission > En mémoire d'André Bach, général (2S) – (1943 – 2017)

En mémoire d'André Bach, général (2S) – (1943 – 2017)

© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Membre du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire, André Bach est décédé le 19 mai 2017.

Admis à Saint-Cyr en 1966 dans la promotion lieutenant-colonel Driant, André Bach opte à sa sortie pour l'arme de l'infanterie. Officier parachutiste, il est admis à l’École supérieure de guerre en 1978 par la voie universitaire et est diplômé de l’Institut d'études politiques de Paris et de la faculté d’histoire de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Après avoir servi en interposition au Liban comme casque bleu en 1985-1986, il est nommé professeur de tactique à l’École de Guerre. En 1988, il devient chef de corps du 67e Régiment d'Infanterie à Soissons. Il revient en 1992 à l’École de Guerre comme chef du cours stratégie et histoire militaire. Il prend la direction du Service historique de l’Armée de Terre (SHAT) de 1997 à 2000. Attentif au travail sur les sources, de très nombreux chercheurs lui doivent d’avoir pu consulter des dossiers longtemps difficilement consultables, pour la Justice militaire en particulier. Promu général de brigade, il est nommé en deuxième section en 2000.

André Bach était un humaniste, attaché à comprendre les liens parfois complexes entre le commandement et les citoyens-soldats, entre l’armée et la société. Il oriente ses recherches sur le capitaine Dreyfus et la question des « fusillés pour l’exemple », auxquels il consacre de nombreux articles et plusieurs ouvrages[1]. A ce titre, il participe en 2004 à la rédaction du livre Le Chemin des Dames, de l’événement à la mémoire qui contribue à réhabiliter l’histoire de ce territoire délaissé de la Grande Guerre[2], puis à la création du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 (CRID1418) qui se crée en 2005 autour du Chemin des Dames. André Bach souhaitait engager le débat avec l’historiographie culturelle alors dominante, estimant qu’elle minimisait la diversité des expériences et des pratiques du monde combattant[3]. Il deviendra vice-président du CRID1418 dès son origine et soutiendra son action jusqu’au bout.

Membre du Conseil scientifique de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale dès sa création, André Bach contribua à la rédaction du rapport sur les fusillés commandé par le Président de la République en novembre 2013[4]. Commissaire de l’exposition sur ce thème qui s’est tenue à l’Hôtel de Ville de Paris en 2014, il participe à rendre intelligible aux yeux du grand public cette part sombre de l’histoire de la Grande Guerre. Malgré la maladie, il poursuivait ses recherches, en s’appuyant toujours sur un abondant corpus d’archives privées et officielles qu’il ne cessait de collecter et de dépouiller.

Les personnels et les membres du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire adressent leurs sincères condoléances à sa famille ainsi qu’à ses proches.

 

[1] BACH André, Fusillés pour l’exemple, 1914-1915, Paris, Tallandier, 2004 et Justice militaire, 1915-1916, Paris, Vendémiaire, 2013.

[2] OFFENSTADT Nicolas (dir.), Le Chemin des Dames, de l'événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004 - http://www.crid1418.org/espace_scientifique/ouvrages/cdd.htm

[3] CAZALS Rémy, PICARD Emmanuelle, ROLLAND Denis, La Grande guerre : pratiques et expériences : [actes du colloque international tenu à Craonne et Soissons les 12 et 13 novembre], 2004, Toulouse, Privat, 2005.

[4] Rapport officiel « Quelle mémoire pour les fusillés de 1914-1918? Un point de vue historien » ; sous la direction de M. le Professeur Antoine PROST, Mission du Centenaire : http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/societe/le-rapport-quelle-m...