Espace scientifique > Colloquesseminaires > Travaux publics de guerre et d’après-guerre

Travaux publics de guerre et d’après-guerre

Carte postale montrant les chantiers navals Schneider de Chalon-sur-Saône avec la construction de torpilleurs, 1916.
© Archives départementales de Saône-et-Loire
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Depuis sa création en 1831, le ministère des travaux publics avait été une façon de structurer durablement l’État et de matérialiser la présence de la nation dans les territoires. En 1914, il était notamment chargé des questions de transports et de mobilité, de l’approvisionnement énergétique et des communications. Entre 1914 et 1918 et au cours des années 1920-1930, les personnels ont participé à la construction et à la cicatrisation d’un État et d’une nation plongés dans ce qu’on a appelé une « guerre totale ». Au regard des cultures de guerre , l’empreinte de la guerre elle-même ne se limitait pas aux aspects militaires : elle concernait aussi la société de l’arrière et son quotidien, en France et dans les autres pays belligérants.

Il s’agissait, pour les pouvoirs publics, d’organiser la réquisition des infrastructures et des services de transport pour assurer la mobilité des personnes et des biens, de contrôler l’activité minière et l’importation de ressources énergétiques, de contribuer à l’industrialisation de la guerre, de superviser la poste et les réseaux de télécommunications et, après 1918, de reconstruire le territoire, les d’ouvrages d’art guerre mais aussi de moderniser les entreprises en sortant de l’économie de guerre.

L’objectif du colloque Travaux publics de guerre et d’après-guerre : administration, politiques et expertises autour d’un ministère civil mobilisé pour la guerre de 1914-1918 et la reconstruction est de rappeler la trajectoire et l’action du ministère des travaux publics et des autres acteurs publics et privés concernés durant la période, avec des comparaisons avec ce qui se passait dans d’autres pays.

Les « travaux publics » s’inscrivaient dans le contexte d’un « développement exubérant » de l’État et de compétences ministérielles mouvantes. Le pouvoir ministériel était inséré dans un ensemble de relations avec les acteurs et les représentants des intérêts publics et privés dans un contexte bouleversé par les lourdes contraintes de la guerre et de l’après-guerre.

Programme

Journée d'études du jeudi 19 juin 2014

« Le ministère des Travaux Publics dans la guerre. La bataille de l’énergie, infrastructures, transports et mobilité »

9h30 - Allocution d'ouverture par Ségolène ROYAL, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (pressentie)

Le ministère des travaux publics dans la guerre. La bataille de l’énergie

9h45 - Introduction : Les administrations civiles de l’État et le front intérieur à l’épreuve de la guerre totale par Antoine PROST, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris 1, président du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire

10h15 - Session 1 : Le ministère des Travaux publics et l’organisation institutionnelle de l’État en guerre

  • L’évolution du ministère des Travaux publics et de ses relations avec l’état-major et le ministère de l’Armement à l’époque de Marcel Sembat (1914-1916) par Pierre CHANCEREL, docteur en histoire contemporaine (Centre des archives diplomatiques)
  • Le Conseil supérieur des Travaux publics : de la mobilisation industrielle à la réorganisation territoriale par Hélène VACHER, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy
  • Le parcours des «Gadzarts» du ministère des Travaux publics sur tous les fronts par Alexandre GIANDOU, docteur en histoire, Université de Lyon 2, Délégué général du Club de recherches élites et grandes écoles

Session 2 : La mobilisation des ressources énergétiques au service de l’effort de guerre

11h15 - Introduction : Les enjeux énergétiques dans le plan de mobilisation industrielle pendant la Grande Guerre par Alain BELTRAN, directeur de recherches au CNRS, UMR 8138 Irice

  • L’exploitation intensive des mines du sud-ouest de la France et la querelle des tarifs énergétiques pendant la guerre par Alexandre FERNANDEZ, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Montaigne de Bordeaux 3
  • Penser une politique du pétrole pour la France entre urgence et nécessité (1917-1923) par Roberto NAYBERG, docteur en histoire, chef de bureau à la Direction de l’urbanisme de la ville de Paris
  • La mobilisation des ressources hydrauliques durant la Grande Guerre et sa contribution à la politique nationale de la houille blanche par Christophe BOUNEAU, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux, directeur de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine
  • Pour une nouvelle politique de l’énergie marémotrice  par Jean-Christophe FICHOU, docteur en géographie et en histoire contemporaine, chercheur associé au LEA de Tours

12h45 - Déjeuner

Les infrastructures et les services de transport : réquisition et pratiques innovantes de mobilité

Session 3 : La réquisition des moyens et des services de transports ferroviaires et maritimes

14h15 - Introduction : La politique de réquisition des moyens et des services de transport au service de la mobilité par Arnaud PASSALACQUA, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-Diderot

  • Des systèmes nationaux de transports à l’épreuve de la guerre. Une comparaison franco-allemande par Georges RIBEILL, directeur de recherches émérite au laboratoire LATTS à l’École des Ponts Paristech
  • Des États-Unis au front français : transports et infrastructures de l’armée américaine en 1917-1918 par Denis ROLLAND, historien, président de la Fédération des sociétés archéologiques et historiques de l’Aisne
  • La mise en œuvre d’une flotte de transport de l’État pendant la guerre par Michel BERGEYRE, Mission des archives publiques des MEDDE et MLET
  • Le transport maritime des matières premières pour les besoins des industries de guerre par Alexander BOSTROM, doctorant à Lincoln College (Oxford)

Session 4 : L’accélération du développement de nouveaux modes de mobilité pendant la guerre

15h45 - Introduction par Mathieu FLONNEAU, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, association P2M

  • Verdun et la logistique du transport routier par Philippe BROSSETTE, président de la Fondation Berliet
  • L’impact de l’effort de guerre sur l’industrie automobile : l’exemple de Renault par Patrick FRIDENSON, directeur d’études au Centre de recherches historiques de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • L’aéronautique allemande face à la Grande Guerre. Culture, technologie, industrie par Dr Kurt MOESER, professeur au Karlsruher Institut für Technologie
  • La guerre de 1914-1918 : détonateur de la poste aérienne militaire, initiatrice de la poste aérienne civile des années 1920 par Camille ALLAZ, directeur général adjoint honoraire à Air France

Horaires : de 9h30 à 17h30 (accueil du public à partir de : 8h45)
Lieu : Salle de conférence du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, 244 boulevard Saint-Germain, Paris 7e

Journée d’études du vendredi 20 juin 2014

« L’impact de la Première Guerre mondiale sur le progrès technique, les politiques publiques, la reconstruction et l’industrialisation au cours des années 1920 »

Session 5 : L’accélération des progrès techniques consécutifs à la guerre

9h15 - Introduction par André GUILLERME, professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, Président du Conseil Scientifique du Comité d’histoire des ministères de l’écologie (MEDDE) et du logement (MLET)

  • Une culture de guerre dans les sciences de la Terre à la sortie de la Première Guerre mondiale. Les effets de la démobilisation scientifique sur les relations entre science et pouvoirs publics par Sylvain di MANNO, doctorant en histoire des sciences à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • De l’aviation militaire à l’aviation civile, le plan Saconney d’organisation du transport aérien par David BERTHOUT, doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris-Est, responsable des fonds de l’aviation civile aux Archives nationales
  • L’industrialisation des constructions légères et démontables pendant et après la Première Guerre mondiale par Kinda FARES, docteur en histoire des techniques, INSA de Strasbourg

Session 6 : Les politiques publiques de développement des infrastructures et des services d’énergie, de communication et de mobilité

10h30 - Introduction par Léonard LABORIE, chargé de recherches au CNRS, UMR Irice

  • Dans le contexte européen, la politique de relance de l’hydroélectricité en France et la loi de 1919 par Denis VARASCHIN, professeur d’histoire contemporaine, président de l’Université de Savoie
  • Marine américaine, radiotélégraphie française et innovation dans la construction des ouvrages d’art par Françoise SIOC’HAN, docteur à l’Université de Rennes 2, chercheuse associée au CFV Nantes/Brest
  • L’État et l’adolescence du transport aérien pendant l’entre-deux-guerres par Daniel JOUSSE, rédacteur en chef de publications de la Mission Mémoire de la Direction générale de l’aviation civile
  • Le développement de la radiodiffusion pendant et après la Première Guerre mondiale par Cécile MEADEL, professeure à l’École des Mines de Paris, Paristech (Centre de sociologie de l’innovation)
  • Le rôle des Conseils généraux dans la politique d’électrification pendant l’entre-deux-guerres par François-Mathieu POUPEAU, chercheur CNRS au LATTS (Université de Paris-Est)

12h45 - Déjeuner

La reconstruction du territoire et de l’économie

Session 7 : La reconstruction des zones dévastées et du territoire

14h15 - Introduction : Le contexte historique de la reconstruction du territoire par Philippe NIVET, doyen de la Faculté d’histoire-géographie et vice-président de l’Université de Picardie

  • Les grands travaux de Louis Loucheur : une activité ministérielle au service de l’effort de guerre, de la reconstruction et la construction de logements (1916-1930) par Romain GUSTIAUX, doctorant en histoire contemporaine, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée
  • La reconstruction des zones libérées et les prisonniers allemands (1918-1920) par Hazuki TATE, doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • The transatlantic reconstruction of rural France: le rôle des ONG américaines dans la restauration des zones rurales dévastées en France par Michael McGUIRE, Visiting instructor, Salem State University
  • L’influence des expériences de la reconstruction des années 1920 sur la reconstruction des années 1940 par Marie-Clotilde MEILLERAND, post-doctorante au laboratoire Triangle, Lyon
  • Les débats doctrinaux autour de la reconstruction pendant les années 1920 par Christian-Noël  QUEFFÉLEC, professeur d’architecture à l’École des Ponts Paristech, ; ingénieur général honoraire des ponts, des eaux et des forêts

16h15 - Conclusions par Patrice PARISÉ, vice-président du Conseil général de l’environnement et du développement durable

Horaires : de 9h15 à 17h30 (accueil du public à partir de : 8h30)
Lieu : Grande Arche de la Défense, Paroi Sud, Salle 1, Niveau 3, La Défense (92)

Inscription en ligne (pour des raisons logistiques, le nombre de places est limité, inscrivez-vous rapidement)

Renseignement complémentaire par mail.