Espace scientifique > Colloquesseminaires > Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale

Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale

18 mai 1917 à Paris, grève des midinettes (photographie de presse / Agence Rol).
© Gallica/BnF
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le colloque est organisé par le Centre d’histoire sociale du 20e siècle de l’Université Paris1 et l’Institut CGT d’histoire sociale en partenariat avec la Mairie de Paris. Il se tiendra les mercredi 26 et jeudi 27 novembre 2014 à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris.

Si les questions du nationalisme, du pacifisme, de l’Union sacrée, ou celles des violences dramatiques de guerre, comptent grandement, la Première Guerre mondiale, guerre totale, pose aussi les questions d’une économie et d’une société mobilisées. La participation de l’État à l’économie et aux rapports sociaux, l’accumulation accélérée du capital, les mutations brutales de l’organisation et des conditions de travail comme de la main d’œuvre constituent autant d’éléments d’une mutation longue des pratiques sociales et, en particulier, du syndicalisme.

Le syndicalisme sort grandi de la guerre. En ce sens il est un marqueur décisif de l’évolution des sociétés en guerre, mais aussi des perspectives de reconstruction à court et à long terme. Il est porteur d’une modernité (sous des modèles très différents certes qui conduisent à une division aigüe du syndicalisme) dont les traces se retrouvent dans l’organisation mondiale du travail, dans les programmes économiques et sociaux qui se développent dans tous les pays du monde au XXe siècle.

La question d’une actualité de cette démarche est au cœur des rapports sociaux et du nouveau développement économique des sociétés mondialisées.

Programme

Mercredi 26 novembre

9h15-9h30 – Ouverture du colloque par Catherine Vieu-Charier (adjointe à la Mairie de Paris chargée de la Mémoire, du Monde Combattant et Correspondant Défense), Philippe Boutry (président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Thierry Lepaon (secrétaire général de la CGT).

9h30-12h30 – Séance 1 : Le syndicalisme et la guerre / Les syndicalistes dans la guerre

Président : Antoine Prost (Université Paris1)

Introduction : Christian Chevandier (Université du Havre)

9h45 – Guerre ou paix :

  • « La Bataille syndicaliste, devenue La Bataille » par Jérôme Beauvisage (IHS-CGT)
  • « Fernand Loriot et le syndicalisme des instituteurs » par Julien Chuzeville
  • « Les mutins et le syndicalisme » par Pierre Outteryck
  • « La Fédération nationale des syndicats d’instituteurs et le pacifisme » par Loïc Le Bars

11h - L’expérience de guerre :

  • « Les syndicalistes sous l’uniforme » par Anthony Byledbal (Université d’Artois)
  • « Marie Guillot, des CSR de Saône et Loire au secrétariat de la CGTU » par Morgan Poggioli (Université de Bourgogne)
  • « Un syndicaliste révolutionnaire dans la Loire, Clovis Andrieu » par Michelle Zancarini-Fournel (Université Lyon 1)
  • « L’Allier : mobilités géographiques et influences pacifistes » par Jean-Noël Dutheil (IHS CGT Bourbonnais

14h-17h – Séance 2 : Syndicalisme, rapports sociaux, économie de guerre

Présidente : Maryse Dumas (conseillère confédérale CGT)

Introduction : Catherine Omnès (Université Versailles-St-Quentin-en-

Yvelines)

14h15 - Devant l’économie de guerre :

  • « Militaires, pouvoirs publics et syndicats au Havre » par John Barzman (Université du Havre)
  • « Les syndicats du Nord et la question du chômage » par Marc Leleux (Université Lille 3)
  • « La coopération, grand profiteur de guerre ? Avec ou sans le syndicalisme ? » par Michel Dreyfus (CNRS, Paris 1)
  • « Le syndicalisme patronal, une spécificité ? » par Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) et Danièle Fraboulet (Université Paris 13)

15h30 - Réforme ou révolution ? :

  • « Les syndicats dans les offices paritaires à Paris » par Benjamin Jung (Université Paris 7)
  • « Les grèves de femmes à Toulouse pendant la guerre » par Martine Bernard-Roigt (IRHS-CGT Midi-Pyrénées)
  • « Le syndicat du Bijou parisien, présence et collaboration » par Samy Mecellah (Université Paris 8)
  • « Les grèves en Seine-inférieure pendant la guerre » par Gilles Pichavant (ancien président de l’IHS-CGT Seine-Maritime)
  • « Union, désunion du syndicalisme cheminot, 1910-1921 » par Christiane Roulet (IHS-CGT Cheminots)

Jeudi 27 novembre

9h30-12h30 - Séance 3 : Identités, société, restructurations

Président : Michel Pigenet (Université Paris 1)

Introduction : André Narritsens (IHS-CGT)

9h45 - Devant une société en guerre et après-guerre :

  • « Le syndicalisme et la nouvelle main d’oeuvre dans les Arsenaux » par Marie-Claude Albert (IHS-CGT FNTE et Université de Poitiers)
  • « La construction d’une avant-garde, le métallo parisien » par Jean-Louis Robert (Université Paris 1)
  • « Le syndicalisme alsacien-lorrain de l’Allemagne à la France, 1914-1920 » par Vincent Biguet, Françoise Olivier-Utard (ALMEMOS) et Jean-François Lassagne (IHS Moselle)

10h45 - Agir et s’organiser : une nouvelle identité ? :

  • « Le syndicalisme dans les arsenaux » par Patrick Mortal (IHS-CGT FNTE et Université de Lille 3)
  • « Le syndicalisme haut-pyrénéen » par Jean-Luc Ambrosini (IHS-CGT Hautes-Pyrénées)
  • « Le syndicalisme des cheminots » par Georges Ribeill (LATTS, ENPC/Université de Marne la Vallée)
  • « Le syndicalisme cheminot à Mantes » par Roger Colombier (IHS-CGT Mantois)
  • « La fédération CGT des industries chimiques, 1906-1921 » par Emeric Tellier (CHS Paris 1 et Collectif FNIC CGT)
  • « Des amicales d’instituteurs aux syndicats de masse » par Gérard Montant (IHS-CGT FERC)

14h00-17h00 – Séance 4 : Une vue transnationale

Présidente : Elyane Bressol (présidente de l’IHS-CGT)

Introduction : Patrick Fridenson (École des Hautes études en sciences sociales)

14h15 - Rapports sociaux :

  • « Au front ou à l'usine ? France, Allemagne, Royaume-Uni » par Antoine Prost (Université Paris 1)
  • « Le contrôle ouvrier, France et Italie, 1914-1919 » par Maria Grazia Merigi (Université de Bergame)

15h00 - Re-constructions :

  • « Les visions de l’avenir du syndicalisme » par John Horne, (Trinity College, Dublin)
  • « La reconstruction des Internationales syndicales » par Geert van Goethem, (Université de Gand)
  • « Les nouveaux modèles du syndicalisme après la guerre (continuités et ruptures) » par Chris Wrigley, (Université de Nottingham)

16h45 - Conclusions du colloque par Jean-Louis Robert (Université Paris 1)

 

Informations

Inscription obligatoire (par mail ou par téléphone) dans la limite des places disponibles (l'invitation personnelle sera demandée à l’entrée).

Contacts :

Lieu :  5, rue Lobau, Paris 4e - Métro : Hôtel-de-Ville, Paris