Espace scientifique > Colloquesseminaires > Et après ? Les retours de la Grande Guerre

Et après ? Les retours de la Grande Guerre

© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les 13 et 14 juin 2019, l'Institut de recherches historiques du Septention (IRHiS) organisent dans les locaux de Sciences Po Lille un colloque international de deux jours sur le thème de la démobilisation des soldats après la fin de la Première Guerre mondiale.

Le colloque abordera le cas des militaires comme celui des civils, en s’attachant à mettre en lumière différents points de vue, notamment ceux de populations moins souvent étudiées telles que les prisonniers, les hommes mobilisés à l’arrière, les travailleurs étrangers et les soldats des par exemple. Le cadre chronologique et géographique dans lequel ces questions seront examinées est largement ouvert et doit permettre d’envisager les retours de guerre selon des temporalités et des échelles Ce parti pris vise notamment à mettre en perspective les spécificités locales en construisant des  nationales et internationales. Les communications pourront s’inscrire dans l’un des quatre axes thématiques suivants.

1. Démobiliser, rapatrier, accueillir

Après quatre ans de guerre, comment s’organise le retour à l’ordre civil et quelles résistances ce processus rencontre-t-il chez les vainqueurs comme les vaincus ? Les communications inscrites dans cette thématique examineront les modalités de la démobilisation, entendue au sens large et en prenant en compte le cas de différents types de populations. À l’appui d’exemples précis, on pourra notamment se demander s’il est pertinent d’associer la sortie de guerre à un phénomène de déprise de la violence dans les sphères publiques et privées.

2. Reconstruire, se reconstruire

Ce thème réunira au sein d’une même séance des interventions consacrées aux aspects matériels et/ou psychologiques de la reconstruction qui s’intéresseront aux capacités de résilience des territoires et des individus. Il s’agira d’étudier les politiques, les moyens, les acteurs qui contribuent à relever les ruines et à façonner de nouveaux paysages dans les zones sinistrées mais aussi les processus intimes qui permettent (ou non) de faire face aux séquelles de la guerre inscrites dans les chairs et les esprits. Sur des terrains précis et délimités, les communications pourront montrer si la reconstruction se traduit par un retour à l’ordre d’avant-guerre ou entraîne au contraire des mut

3. Désarmer, punir et pacifier

Dans ce thème, on envisagera, dans le cas des régions occupées, l’organisation et les effets de l’épuration. Plus largement, les interactions et les rivalités entre le pouvoir militaire et le pouvoir politique durant la transition de la guerre à la paix seront étudiées (à titre d’exemple, il serait intéressant de s’intéresser aux concurrences entre justice civile et justice militaire au lendemain du conflit).

4. Indemniser, reclasser, réinsérer

Ce thème vise à analyser la conception et la mise en œuvre de l’appareil législatif et administratif destiné à gérer les populations dont la vie a été bouleversée par le conflit. Les communications s’intéresseront à la définition du statut de victime de guerre et au développement des procédures d’expertise qui en désigne les bénéficiaires. Les initiatives publiques et privées destinées à favoriser le reclassement professionnel et la réinsertion sociale (emplois réservés, écoles de mutilés) pourront être étudiées. On s’intéressera notamment à la création, au rôle et au fonctionnement encore mal connus du ministère des Pensions et de l’Office des anciens combattants. Enfin, une attention particulière sera portée aux individus se saisissent de ces politiques pour construire leur avenir mais aussi au sort des populations qui sont exclues de ces dispositifs ou qui ne parviennent à en tirer profit.

5. Se souvenir ou oublier

Le dernier thème doit constituer une mise en perspective à court, moyen et long terme de la postérité du  conflit, à la croisée des expériences et des représentations. La question de la mémoire permet en effet de  revenir sur les expériences du temps de guerre, pour voir ce qui en est retenu et ce qui en est. Elle est en même temps une ouverture sur la réorganisation des sociétés, la gestion du passé et les acteurs à l’oeuvre dans cette gestion, que cette mémoire soit – selon les communautés et les contextes envisagés – relativement unifiée ou au contraire fragmentée. À partir d’études de cas précis, les contributions pourront se concentrer sur des lieux de mise en scène du passé dans l’espace public ou sur des espaces au sein desquels la mémoire connaît des configurations particulières, mettre en avant des groupes aux intérêts mémoriels spécifiques, s’attacher à des événements cristallisant des enjeux de mémoire remarquables. Une attention particulière sera portée aux propositions qui tenteront d’exploiter la base de données « Monuments aux morts ». On pourra enfin envisager des communications tirant le bilan des derniers développements mémoriels en rapport avec le Centenaire de la guerre.

> Consultez le programme complet (PDF)

Informations pratiques

Jeudi 13 et vendredi 14 juin 2019
Amphi Hannah Arendt - Sciences Po Lille
9 rue Auguste Angellier 59000 Lille
> Plus d'informations / inscription