Espace pédagogique > Services Educatifs > Dialogue de sources – un exemple de parcours croisé entre documents et objets de la Grande Guerre

Dialogue de sources – un exemple de parcours croisé entre documents et objets de la Grande Guerre

Pont construit par le 1er Génie sur l'Oise à Stors. Cote 30Fi110 60.
© Archives départementales du Val-d’Oise
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les commémorations de la Grande Guerre sont une belle occasion pour les Archives départementales du Val-d’Oise de porter un nouveau regard sur leurs collections en les confrontant à d’autres sources. C’est ainsi qu’est né en 2013 le projet « Vivre entre le front et Paris : la Grande Guerre dans l’actuel Val-d’Oise ». Le projet, piloté par les Archives départementales au nom du Conseil général, associe plusieurs acteurs culturels du département et offre aux classes, en particulier de collèges, un parcours pédagogique de choix.

La réflexion est partie d’une réalité : la Grande Guerre, connue surtout du grand public pour ses poilus et les difficultés des régions où se trouvaient les positions de la ligne de front, l’est finalement beaucoup moins pour ses secteurs situés à l’arrière. Et pourtant, l’actuel département du Val-d’Oise n’était pas très éloigné des zones de combat. Né du démembrement du département de Seine-et-Oise en 1964, il est en effet situé dans la partie nord de l’agglomération parisienne, à 50 kilomètres environ de la ligne du front occidental en 1915. De plus, une partie du camp retranché de Paris, construit pour protéger la capitale, a laissé dans le paysage et dans les archives des traces de son histoire méconnue. Cette guerre a donc bien eu des répercussions au quotidien sur le territoire tout au long du conflit.

Les thèmes de la défense et de la vie à l’arrière ont paru les plus pertinents à traiter en partant d’un travail sur la notion de traces : traces documentaires (archives, presse,  films…), traces physiques (vestiges archéologiques en forêt de Montmorency, fort de Cormeilles-en-Parisis…), traces mémorielles (récits, objets…). À cette diversité de sources répond la volonté de bénéficier d'une complémentarité des disciplines archivistiques, archéologiques, forestières, muséographiques, ethnologiques) et de faire varier le regard du local au régional et national, les trois niveaux s'enrichissant les uns les autres. 

L’exposition de l’Office national des forêts et du service départemental d’archéologie « 1914-1918 : Le Camp retranché de Paris, la forêt mobilisée dans le Val-d'Oise », itinérante à partir de septembre 2014, en est une bonne illustration. Elle présente les résultats des prospections archéologiques au sol et aériennes (technique LIDAR) qu’ils ont menées, complétés par l’inventaire du patrimoine bâti le long du sentier des Lisières qui borde la forêt de Montmorency réalisé par les Archives départementales. Ces connaissances nouvelles de terrain sont croisées avec une étude des archives conservées au Service historique de la défense et aux Archives départementales.

Une autre exposition itinérante autour de « Portraits de valdoisiens » préparée par l’Atelier de restitution du Patrimoine et de l’Ethnologie et la Mission Images et cinéma prévue à partir d’août 2015 alliera témoignages oraux de descendants et documents d’archives de contemporains pour faire re-connaître des habitants plus ou moins illustres.

Des documents conservés aux Archives départementales répondent aussi à des objets du Musée de l’Armée dans des fiches communes à l’intention des enseignants en complément des ateliers pédagogiques créés sur les thèmes des relations des habitants et des autorités locales avec les migrants, de la mobilisation de l’arrière à l’effort de guerre et de l’impact de la guerre sur les populations civiles et le territoire.

Ainsi, documents et archives se répondent et permettent une apporche dynamique et pédagogique de la Grande Guerre.

Les actions (voir sur le site des Archives départementales du Val d'Oise et sur centenaire.org) déclinées à l’échelon local en différents lieux du territoire de 2014 à 2018, voire 2019 mettront en lumière des instants de vies durant ces cinq années. Elles s’inscrivent aussi fortement dans le travail de mémoire auprès des élèves.

> Voir la fiche « Parcours inter-institutions » qui présente les parcours complémentaires entre le Musée de l’Armée et les Archives départementales

> Voir une des fiches objets-archives rédigées à cette occasion « Documents croisés : La maquette de tranchée/Recommandation du sous-préfet de Pontoise »

Ce projet a été conçu par plusieurs directions du Conseil général et des structures partenaires dans le département :

Il associe aussi des partenaires extérieurs au département :