Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Exemples de Projets Scolaires > Premier Degre > Projet des écoliers d'Aveyron en mémoire à Maurice Boyau

Projet des écoliers d'Aveyron en mémoire à Maurice Boyau

Cahier d'un élève illustrant l'activité des écoliers de l'Aveyron
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

L'objectif principal de ce projet est de faire écrire aux élèves un récit qui intégrera un maximum d'informations sur Maurice Boyau, 5° As français pendant la Première Guerre mondiale et Capitaine de l'équipe de France de rugby. En partant de leur environnement proche et de l’histoire locale, ils pourront ainsi étudier et s’approprier ce chapitre de l'Histoire.

 

La passe de l'as : description du projet pédagogique 

Ce projet fait suite à deux autres projets, réalisés les années précédentes :

-Un projet radio interclasses dans le département de l'Aveyron, intitulé
"Adrien, un aveyronnais dans l'enfer des tranchées"

- Un blog qui regroupe les travaux des élèves sur le soldat Louis Biau, boulanger du village (projet ayant reçu le label Centenaire). Projet visible sur le site consacré à Louis Biau.

Tout d’abord, les élèves vont faire des recherches documentaires, puis vont les analyser, avant de les utiliser au sein de leur récit. C'est donc une démarche d'historien qui va être mise en place. Ils seront ainsi les acteurs de « La Mémoire », de leur mémoire.

 

Démarche mise en place dans la classe

C'est une classe multi-niveaux : du CE1 au CM2.

Les premières recherches sont d’abord lancées par un petit groupe d’élèves, lors des temps d’Activités Pédagogiques Complémentaires. Elles sont effectuées en utilisant les sites les plus populaires, afin de mieux appréhender le sujet. C’est ainsi que les élèves ont pu, au gré de leurs navigations, trouver un forum internet dédiée aux rugbymen pendant la Grande Guerre.

Après en avoir contacté ses membres, ils ont pu rapidement obtenir les réponses à leurs questions, et ainsi gagner du temps sur les recherches documentaires. Certains de ces documents, que les élèves auraient mis beaucoup de temps à trouver sans l’aide de ces personnes ressources, ont permis de préciser leur récit, ainsi que de corriger certaines erreurs historiques. Ce premier pas a donc montré aux élèves l’intérêt du dialogue intergénérationnel, ce qui a eu pour effet de les impliquer encore plus dans ce travail.

Dans un second temps, lesdits documents ont été rassemblés, puis triés, en vue de débuter l’écriture du récit. C’est ainsi que deux éléments majeurs ont pu surgir : tout d’abord, la disparition de la petite statue qui se trouve devant le stade de Dax. Ensuite, le fameux match des 14.

Dans ces conditions exaltantes, les premiers chapitres ont pu être écrit, par petits groupes. Chacun d’entre eux avait pour objectif d’écrire un chapitre, en faisant les recherches correspondantes, sur un des moments choisis de la vie de Maurice Boyau.

Une fois tous les chapitres écrits, nous avons, grâce aux conseils des amis de l'école, corrigé, modifié et retravaillé chaque texte.

Ce travail a été réalisé sur le blog, de façon à faciliter les échanges, les corrections et les ajouts. Tout ceci en temps réel, ce qui a permis de conserver la dynamique du projet.  

Le travail des élèves est consultable en ligne, sur le blog consacré à Maurice Boyau.

 

Premier bilan  

Nous noterons tout d’abord un premier point très positif. En effet, la qualité des échanges entre les élèves eux-mêmes, mais aussi avec les parents, les villageois, ainsi que les membres de la mairie, est à souligner. Ensuite, il y a eu un réel plaisir dans le travail des élèves, qui ont pu associer plusieurs domaines scolaires.

L’obtention du Label Centenaire par la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale a permis de valoriser notre travail, qui sera par la suite présenté lors du festival « Rugb'images » à Albi.

Aujourd’hui, les élèves et enseignants sont fiers de pouvoir proposer une version numérique, mais aussi papier (édité à 80 exemplaires), du projet.

Le 16 septembre 2018 aura lieu, à Saint-Félix-de-Sorgues, une cérémonie pendant laquelle les élèves souhaiteraient officialiser le nouveau nom de leur école : l’école Maurice Boyau.