Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Exemples de Projets Scolaires > Deuxieme Degre > Un projet mémoriel Grande Guerre fait se rencontrer lycéens dijonnais et élèves néo-zélandais

Un projet mémoriel Grande Guerre fait se rencontrer lycéens dijonnais et élèves néo-zélandais

Sans illustration

L’engagement des forces australiennes et néo-zélandaises pendant la Première Guerre mondiale étant relativement peu développé dans les médias, l'histoire dans l'enseignement secondaire et la mémoire collective, les élèves y sont finalement peu sensibilisés. Il y a 100 ans, pendant la Première Guerre mondiale, plus d'un Néo-Zélandais sur 9 est venu se battre sur les fronts oriental et occidental pour défendre le Royaume Uni et ses alliés, des pays dont ils ne savaient rien sinon qu'ils partageaient des valeurs. 66% d'entre eux sont morts ou sont rentrés blessés physiquement, sans compter les traumatismes psychologiques.

Après avoir travaillé sur l’entrée en guerre des Etats-Unis en 2016-2017, il était important d'élargir le devoir de mémoire dans le cadre des commémorations du centenaire auprès des élèves, l’année 2018 étant spécialement chargée de symboles à cet égard. Ayant cherché des collègues aux antipodes pour échanger avec les élèves sur ce sujet, le projet est né lorsque Mme Lallemant, enseignante au lycée de Christchurch, a répondu favorablement à cette demande.

L'objectif est donc d'informer et de sensibiliser les élèves au sacrifice des troupes de l’ANZAC (Australia New Zealand Army Corps), de donner à cette mémoire une dimension vivante et dynamique, leur faire rencontrer des personnes très impliquées dans ce devoir de mémoire et qui ont à cœur de transmettre leur intérêt sur le sujet, créer des liens entre eux et leurs homologues néo-zélandais pour que de cette mémoire puissent naître des relations durables.

Un premier volet a eu lieu en octobre : un groupe d’élèves néo-zélandais a été accueilli par des élèves de Terminale. A cette occasion, les élèves de Première et de Terminale ont pu échanger sur la mémoire de guerre à travers des témoignages par les élèves eux-mêmes, des présentations de témoignages d’aïeuls ou d'objets restés dans les familles. Les élèves français et néo-zélandais ont fait des recherches sur leurs ancêtres et plusieurs d’entre eux ont retrouvé des témoignages, des objets, en rapport avec l’engagement de leurs ancêtres dans la Première Guerre mondiale. Ils les ont présentés à leurs camarades.

Un discours prononcé par les élèves lors de l'accueil officiel a permis aux jeunes Français de souligner devant leurs homologues néo-zélandais la gratitude dûe au sacrifice de leurs ancêtres. La chorale du collège s'est jointe à la cérémonie et a chanté l'hymne néo-zélandais - l'un des moments forts de cet accueil.

En amont, les élèves de Première ont également fait des recherches sur l’ANZAC, et le thème a largement été abordé en classe dans le cadre du programme d'histoire (l'expérience combattante), notamment en section européenne Histoire-Anglais. La délégation néo-zélandaise a offert à l'établissement une sculpture symbolisant la Première Guerre mondiale et la coopération entre nos deux pays lors de ce conflit.

En avril 2018, mois des commémorations en Nouvelle-Zélande, 19 élèves français visiteront les musées consacrés à la guerre à Wellington (Imperial War Museum et Te Papa pour le bataillon Maori) et ils seront accueillis au lycée de Christchurch qui organisera des cours et conférences sur ce thème. Le lycée de Christchurch va essayer de leur faire rencontrer d’anciens combattants de divers conflits. Le programme de l’accueil sera clairement orienté sur ce devoir de mémoire.

Pour aller plus loin

> Le projet est visible sur un blog, enrichi tout au long de l'année 17-18
> Des photos, une vidéo et un article ont été publiés sur le site du Bien Public