Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Exemples de Projets Scolaires > Deuxieme Degre > La Grande Guerre de Fernand Renaudeau, un projet du lycée éponyme de Cholet

La Grande Guerre de Fernand Renaudeau, un projet du lycée éponyme de Cholet

© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Pendant l'année scolaire 2016-2017, des élèves du lycée Fernand Renaudeau de Cholet, dans le Maine-et-Loire, se sont penchés sur l'histoire méconnue de celui qui a donné son nom à leur établissement.

« Solides études au Lycée de garçons , agrégé d’anglais en 1911, mariage à Londres, maîtrise d’anglais aux Etats-Unis puis démobilisation », voilà les seules informations sur Fernand Renaudeau dont dispose le lycée qui porte son nom.  Ce constat de carence constitue le point de départ de ce projet proposé à une trentaine de lycéens (25 élèves de 1ère ES et 10 élèves de Seconde Euro-Anglais) et a amené les professeurs d’histoire à se poser la question des sources. Le choix s’est porté sur les sources les plus accessibles pour les élèves. En premier lieu, les archives numérisées en ligne : registre  matricule militaire (Archives Départementales de Maine-et-Loire) et historique régimentaire (15ème RAC).

Des archives numérisées  par les professeurs ou par les Services des archives : tableau de recensement cantonal (Archives Municipales de Cholet) et presse locale choletaise (L’Intérêt Public de Cholet et Le Réveil Choletais). Les sources numérisées en ligne ont été privilégiées pour les recherches concernant les Etats-Unis : presse locale en ligne (The Courrier Journal, The Daily Public Ledger, The Decatur Herald et Fort Wayne Sentinel) et deux sites internet sur le camp de Zachary Taylor de Louisville dans le Kentucky (camptaylorhistorical.org et archive.org/details/CampZacharyTaylor)

Étape préalable du projet, la collecte par les professeurs d’histoire des documents d’archives et des coupures de presse a permis d’alimenter les recherches des élèves sur un temps dédié à ce projet, l’Accompagnement Personnel (AP). Ce dispositif pédagogique dévolu à l’approfondissement du cours (La Première Guerre mondiale : l’expérience combattante dans une guerre totale) et à la méthodologie (les méthodes de l’historien), leur a permis de consacrer une heure par quinzaine à la réalisation d’un double objectif : rédaction d’une notice biographique de Fernand Renaudeau consacrée à sa participation à la guerre 1914-1918 et préparation de la troisième édition, le 6 avril 2017, de la commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale au sein du lycée ayant pour thème cette année « la Grande Guerre de Fernand RENAUDEAU, des champs de bataille aux Etats-Unis ».

Un travail d’histoire

De janvier à mars, les élèves ont donc confronté les divers documents d’archives : la consultation en ligne du registre matricule et son croisement avec le recensement cantonal ont fourni des informations précises sur le conscrit et soldat Fernand Renaudeau (signalement physique, son degré d'instruction, ses aptitudes et ses campagnes militaires dans l’artillerie). Le travail sur la presse locale ou américaine leur a permis de retracer son parcours militaire original et de donner un visage à l’officier d’artillerie grâce à la découverte des photographies de Fernand Renaudeau en uniforme militaire. 

Lorsque la guerre éclate en août 1914, les élèves ont découvert que Fernand Renaudeau est un jeune lieutenant de l'armée française de 27 ans.  Mobilisé le 1er août 1914, il quitte Armentières où, depuis 1911, il enseigne l'anglais à l'Ecole Nationale Professionnelle pour rejoindre dès le 2 août 1914 son Régiment d'Artillerie à Douai. Il participe ainsi à toutes les grandes batailles en France de 1914 (bataille des frontières et bataille de la Marne), de 1915 (Champagne), de 1916 (Verdun, Somme) et 1917 (Chemin des Dames).

La guerre va révéler le sang froid et le courage de ce jeune officier d'Artillerie. La citation qu'il reçoit le 26 avril 1916 a appris aux élèves qu'il commandait la 8ème batterie de tir dans le secteur de Verdun (Fleury-devant-Douaumont) : « Calme, courageux, d'une très belle attitude au feu ; maintient parmi les hommes de sa batterie de tir, par son exemple, le moral le plus élevé ; […] particulièrement le 2 et le 10 mars 1916 alors que sa batterie était soumise à un bombardement d'une extrême violence. […] Le 12 mars 1916 […] a refusé de se laisser évacuer, voulant partager les mêmes dangers que ses hommes ». Sa bravoure lors des combats de mars 1916 à Verdun, lui vaut d’être nommé capitaine de réserve le 11 juillet 1917.

1917, Louisville (Kentucky) : "Captain Fernand P. Renaudeau of French High Commission"

Cette enquête a conduit les élèves à découvrir que l’année de l’entrée en guerre des Etats-Unis et de l’arrivée des premiers sammies à Saint-Nazaire en juin 1917, Fernand Renaudeau a traversé l’Atlantique en sens inverse. Décoré de la Croix de Guerre, le capitaine d'artillerie Renaudeau part comme officier instructeur aux Etats-Unis en octobre 1917. Professeur d'anglais dans le civil, Fernand Renaudeau est missionné en 1917 par le gouvernement français pour aller former les artilleurs américains. Après un passage au Centre d'Instruction de l'Artillerie de Tranchée de Bourges en 1916 puis à l'Ecole d'Artillerie de Fontainebleau en septembre 1917, il est mis à disposition de l'Artillerie américaine le 19 septembre 1917. Il embarque le 2 octobre avec 80 officiers français pour aller former la jeune armée américaine. Arrivé à Louisville, dans le Kentucky, le 3 novembre 1917, il intègre le commandement de la 84ème Division américaine d'Infanterie en tant qu'officier instructeur au Camp Zachary Taylor. Le « captain Renaudeau », écrit The Louisville Herald, est accueilli en héros, multipliant les conférences publiques avec des discours aux tonalités très anti-allemandes. Sa mission achevée, il rentre en France le 8 juillet 1919 et est démobilisé le 9 septembre. La Grande Guerre de Fernand Renaudeau est terminée.

Aboutissement et prolongement

La diffusion du travail des élèves a connu trois moments forts. Le 6 avril 2017 tout d’abord, les élèves ont animé leur atelier sur « Fernand Renaudeau dans la Grande Guerre », faisant découvrir à l’ensemble du lycée « la Grande Guerre de Fernand Renaudeau, des champs de bataille aux Etats-Unis ». Une synthèse ensuite de leur travail « sur les traces du capitaine Renaudeau » a fait l’objet d’une publication dans le journal du lycée (FoRuM, n°10 mai 2017).

Enfin, leur projet a été présenté le 19 mai 2017 à Châteaubriant devant 500 lycéens et apprentis venant de 10 établissements de la Région des Pays de la Loire* puis à Angers le 21 juin 2017 dans le cadre du concours « Montrer l’Histoire » organisé par le Conseil Départemental et les Archives Départementales de Maine-et-Loire (2ème Prix Lycée).

Une plaque bilingue français-anglais présentant Fernand Renaudeau, et enrichie de ces recherches foisonnantes, doit désormais être apposée dans le hall d’accueil du lycée qui porte son nom.

* Projet inscrit dans le Programme d’Actions Éducatives 2016-2017 « Mémoire et citoyenneté : les guerres 1914-1918 et 1939-1945 ».