Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Exemples de Projets Scolaires > Deuxieme Degre > A Gorges, des lycéens devenus passeurs de mémoire

A Gorges, des lycéens devenus passeurs de mémoire

Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)
© D.R.

A l’origine de ce projet développé au Lycée Charles Péguy de Gorges, en Loire-Atlantique, l’envie que les élèves s’approprient l’histoire à travers l’étude de l’histoire locale, des archives familiales de la mémoire collective et notamment de l’objet symbolique du monument aux morts. Plusieurs collègues ont donc décidé de créer un projet pédagogique intercycles et interdisciplinaire dans lequel se mêlent le parcours citoyen, l’histoire, l’anglais, la documentation, le français.

L’idée était également de motiver des jeunes lycéens, en baccalauréat professionnel, en rendant l’étude de la Première Guerre mondiale concrète. Les élèves ont eu pour missions de préparer une exposition sur ce thème, et d’élaborer une visite guidée pour des enfants de CM1-CM2.

Les objectifs :

  • Engager l’élève dans un projet collectif qui le motive et qui le met en capacité de transmettre ce qu’il a appris aux classes de CM1/CM2 de l’école primaire de la commune.
  • Transmettre les éléments fondateurs de l’histoire commune
  • Rendre hommage à celles et ceux qui vécurent cette guerre avec les douloureux sacrifices que cela a impliqué
  • Conduire les élèves à une compréhension de la construction de la paix au sein d'une histoire européenne partagée
  • Faire entrer les élèves dans une démarche d’enquête, d’historien grâce à l’histoire locale, leur donner envie par ce biais de mieux connaître le conflit aux échelles nationale et mondiale
  • Permettre à chaque discipline de pouvoir réaliser les objectifs de ses programmes en étudiant la Grande Guerre
  • Créer des temps forts dans l’apprentissage grâce à la visite de lieux de mémoires, des musées, des Archives départementales

Le contenu :

En premier lieu, en classe un brainstorming sur la Première Guerre mondiale a été réalisé afin d’évaluer les connaissances de la classe. Il a également été demandé aux élèves de parler, dans leurs familles, du projet et de récolter les documents qui avaient été conservés sur cette guerre.

Les élèves se sont ensuite rendus au monument aux morts de la commune d’implantation du lycée. Ils ont étudié son architecture et relevé les 77 noms de soldats morts au combat. Les élèves ont poursuivi leur réflexion en se rendant, sur leur temps libre, au monument aux morts de leur propre commune (une fiche et une photo étant à rendre aux professeurs).

Cette étude des monuments aux morts érigés en très grand nombre à la fin de la Première Guerre mondiale rend non seulement compte de l’hémorragie humaine mais aussi du traumatisme collectif qui a suivi. Le but était donc d’inviter les élèves à travailler sur des documents moins classiques, et de leur montrer que ces monuments qui font partie de leur quotidien et qu’ils ne remarquent sans doute pas, sont porteurs de sens et ont une valeur historique importante.

Lors des séances suivantes, les élèves se sont rendus aux Archives départementales et ont recherché, dans les registres de matricules, le nom des poilus qu’ils avaient relevé. Chacun a complété un fichier informatique pour créer un livret commun contenant toutes ces informations. Les recherches ont pu être poursuivies grâce aux archives disponibles en ligne sur le site internet des archives de Loire-Atlantique.

Au cours des visites effectuées au musée d’Histoire de Nantes et au musée Clémenceau-De Lattre à Mouilleron en Pareds, les élèves ont pu acquérir des connaissances essentielles pour créer le parcours guidé de leur exposition. Les connaissances ont ensuite été approfondies en classe que ce soit en français ou en anglais avec la rédaction et la lecture de lettres de poilus, et en histoire.

Les élèves ont également réalisé une maquette des tranchées, un puzzle des poilus et des ateliers informatiques afin de varier les supports pour les visites guidées prévues pour les CM1-CM2.

Pendant le mois d’avril, leur exposition a été visible au CDI, et les lycéens ont reçu plus de 80 enfants de CM1 et CM2 afin de leur expliquer cette guerre. En amont, les activités avaient été validées par leurs enseignantes. Les lycéens ont pu ainsi travailler leur aisance orale et communiquer ce qu’ils avaient acquis en classe. Ils se sont montrés très investis car ils avaient à cœur de bien transmettre aux enfants leurs connaissances. Les écoliers se sont montrés également très attentifs et ont posé de nombreuses questions à leurs guides. Les élèves de primaire étaient répartis par groupe de 8 et étaient pris en charge par 2 lycéens, lors de la visite (1h30).

Le projet s’est poursuivi à la rentrée scolaire 2018-2019 car les lycéens ont répondu à un appel à projet du quotidien français Ouest France et du quotidien allemand Funke sur le Centenaire. Les élèves ont su montrer leur motivation via un dossier pour participer aux commémorations à Compiègne et 4 ambassadeurs de la classe ont pu rencontrer 16 lycéens français et 20 lycéens allemands durant 4 jours sur des lieux symboliques de cette guerre : Verdun et Compiègne.

Durant ce séjour, des visites, des temps de réflexion autour de l'enseignement de cette guerre dans chacun des pays, des temps conviviaux… Le point d'orgue étant la rencontre franco-allemande entre le président Macron et la chancelière Angela Merkel, lors des commémorations, à Compiègne, le 10 novembre.

Ce projet a permis aux lycéens de s’impliquer véritablement ; ils devaient en effet bien maîtriser les connaissances pour les restituer aux enfants. Des améliorations auraient pu être apportées (implications des anciens combattants, visite commune avec les primaires, interventions tout au long de l’année dans les classes…).