Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Exemples de Projets Scolaires > Deuxieme Degre > Des crécelles en bois réalisées par des lycéens lyonnais

Des crécelles en bois réalisées par des lycéens lyonnais

Les lycéens de 1C2 EBEN avec leur professeur présentant leurs crécelles
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les lycéens spécialisés en ébénisterie à l'école SEPR à Lyon ont réalisé des crécelles en bois, objet d'alarme utilisé par les Poilus pendant la Grande Guerre. À la suite d'une visite guidée au mémorial de Linge dans le département du Haut-Rhin, l'une de ces oeuvres a été offerte au musée-mémorial du Linge en guise de remerciement. 

Le projet a été mené par Vincent Mathey, professeur d’ébénisterie et d’histoire de l’art dans l’établissement scolaire SEPR (Société d’Enseignement Professionnelle du Rhône) à Lyon. Lors de la rentrée scolaire en septembre dernier, il a souhaité entreprendre un travail pédagogique, technique et de mémoire sur le thème de la Grande Guerre de 1914-1918.

Tout au long de son déroulement, le premier grand conflit mondial a été essentiellement métallurgique sur le plan matériel. Dans ce contexte, il a fallu rechercher un fil conducteur portant sur un thème représentatif lié au bois d’œuvre, et à l’artisanat.
À partir de 1915, un petit objet usuel et improvisé, très spécifique, a été fabriqué artisanalement tout à la main par divers combattants, à base de bois de réemploi : la crécelle d’alerte aux gaz asphyxiants.

Cette crécelle d’alerte, déjà utilisée dès le Moyen-Âge, s’est révélée assez efficace pendant la Grande Guerre. Elle était confectionnée à la hâte très sommairement par les soldats de différents pays, sur les théâtres d’hostilités. Constituée presque entièrement en bois, elle s’adaptait bien à un projet scolaire en ébénisterie.

La reconstitution de la crécelle d’alerte aux gaz asphyxiants devait être conçue de manière rudimentaire, légère, rustique, robuste, mobile et portable. Peu encombrante, relativement ergonomique pour ses utilisateurs, elle devait être composée de bois mi-durs dégageant une acoustique et une résonnance bruyante (hêtre, frêne, châtaignier).

À l’aide de leur plan, les élèves ont préparé la totalité des pièces, mécaniquement et manuellement, excepté certains usinages compliqués et dangereux. Puis, les multiples opérations de traçage, perçage, entaillage, ajustage, contrôle, fraisage et vissage, se sont succédées pour l’assemblage définitif de la crécelle et le contrôle final avec … l’émission sonore !

En outre, ce travail n’a pas nécessité un volume de matière important : les parties en bois sont minces pour mieux résonner. De plus, les diverses activités interdisciplinaires liées à ce projet se sont parfaitement inscrites dans le nouveau référentiel de la spécialité.

Au-delà de la reconstitution d’une crécelle, le projet scolaire consiste également à faire présenter par les élèves leur travail lors d’une journée académique sur le thème du Centenaire de 1914-1918 organisée par le rectorat, à la mairie de Lyon, le 26 avril 2018.

 

La visite du mémorial de Linge 

Dans le but de conclure le projet académique du Centenaire 14-18, les élèves de la classe 1C2 ébénisterie et deux apprenantes 1C2 bijou, accompagnés d’Éric Piquant et de Vincent Mathey se sont déplacés les 23 et 24 mai 2018 sur un site historique de mémoire de la Grande Guerre.

La bataille du col du Linge en Alsace sur les hauteurs de Colmar s’est déroulée du 20 juillet au 16 octobre 1915 en faisant plus de 17 000 disparus dans les camps français et allemands, avant de se figer en guerre de position jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918.

Nous avons été très bien accueillis au mémorial du Linge en début de matinée par M. Irtanucci, responsable des visites scolaires. Ce dernier a réalisé une explication détaillée et guidée des combats dans les différentes salles du musée récemment rénové. Ensuite, la première partie de l’après-midi a été consacrée à un cheminement commenté, sur l’ancien champ de bataille réaménagé et très bien conservé.

Symboliquement, Juliette Brunet (élève ébéniste), a remis au musée la reconstitution réelle d’une crécelle d’alerte aux gaz asphyxiants, utilisée par les poilus sur ces mêmes lieux il y a plus de 100 ans. Cet objet a été réalisé par les lycéens en atelier de menuiserie 

Un correspondant de presse local du journal régional quotidien Les Dernières Nouvelles d’Alsace, s’est intéressé à notre déplacement et a publié un reportage détaillé sur le projet labellisé SEPR.

Cette action scolaire a été sélectionnée pour paraître prochainement sur site web de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

Le point final de cette initiative sera une exposition d’artisanat des tranchées – coordonnée par Olivier Biron – et qui sera dévoilée avant la fin de l’année scolaire sur le campus du lycée.