Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Exemples de Projets Scolaires > Deuxieme Degre > "1918 : l'homme qui titubait dans la guerre" décorée par des élèves du Puy de Dôme

"1918 : l'homme qui titubait dans la guerre" décorée par des élèves du Puy de Dôme

Partie du décor réalisé par des élèves du Puy de Dôme
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Depuis 2014, la Section d’Enseignement Professionnel (SEP) du Lycée des métiers des sciences de l’habitat et des travaux publics Pierre Joël Bonté de Riom (Puy de Dôme), est investie dans des projets mémoriels innovants. L’objectif est de permettre aux élèves qui préparent leur Bac Professionnel, de travailler sur l’histoire et les mémoires de la Première Guerre mondiale, tout en établissant des ponts avec leur formation professionnelle.  

Dans le cadre des commémorations du Centenaire, les lycéens ont ainsi réalisé en 2014 des objets usuels à partir des déchets de chantiers, tout en s’inspirant des techniques utilisées par l’artisanat de tranchée ; en 2016, une classe s’est engagée dans un projet photographique portant sur la diversité des mémoires de la Grande Guerre, en exploitant les nombreux monuments aux morts de la ville de Riom.

Cette année en revanche, nous avons opté pour une approche plus artistique, abordée à travers la réalisation d’un décor pour l’interprétation d’un oratorio.

 

Un projet transdisciplinaire sur plusieurs niveaux

Cette action est l’une des composantes du projet plus vaste, initié par Dominique Daron, Conseiller pédagogique départemental en éducation musicale pour le Puy de Dôme. L’objectif est de faire interpréter par plus de 200 jeunes élèves du 1er degré et de collège, l’oratorio 1918 : l’homme qui titubait dans la guerre d’Isabelle Aboulker et Arielle Augry (cf. Annexe 1 : livret de l’oratorio).

Des étudiants d’hypokhâgne du lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, membre de l’atelier de lecture Atelyre, sont également associés au projet afin d’assurer les lectures qui complètent cette pièce musicale chantée. Les élèves du lycée Pierre Joël Bonté réalisent, quant à eux, les éléments du décor.

 

Problématiques et objectifs pédagogiques 

Trois classes de terminale Bac pro sont impliquées dans ce projet. Les élèves appartiennent aux sections de Technicien du bâtiment : Organisation et réalisation du Gros œuvre, Travaux publics et Aménagement et finition du bâtiment.

Les problématiques de départ sont les suivantes :

- Comment valoriser les compétences et les savoir-faire d’élèves d’un lycée professionnel qui prépare aux métiers du bâtiment, afin de développer leur capacité d’ouverture culturelle et citoyenne ?

- Comment faire découvrir des pratiques et des domaines culturels inconnus (le chant, la mise en scène …) ?

- Comment développer la notion d’engagement, à travers un projet culturel (un oratorio) et citoyen (la commémoration) ?

Leur travail consiste à produire des éléments de décor pour l’oratorio, en établissant des liens entre leur univers professionnel, celui de la création artistique et l’histoire de la Première Guerre mondiale, afin de constituer un travail de mémoire original.

Dans ce cadre, le trait d’union est assuré par les casques (de chantiers et de soldats) – pour deux groupes – puisque ce matériel de protection est présent sur les lieux de travail d’une part, mais aussi sur les champs de bataille d’autre part.

Pour le dernier groupe, c’est la toile de jute qui sert de support afin de réaliser des tentures qui seront présentées en arrière-plan de la scène. La toile de jute est utilisée aujourd’hui en élément de décoration intérieure mais elle fait également partie de l’univers visuel de la Grande Guerre en tant qu’élément constitutif des tranchées.
 

 

Les grandes étapes du projet

- Septembre 2017 : Lancement du projet auprès des terminales Gros œuvre / Travaux publics, par une présentation des différents modèles de casques portés pendant la Première Guerre mondiale par M. Oziol, professeur correspondant Mémoire et Commémoration, et collectionneur. (cf. Annexe 3 : Intervention « Des casques seulement pour se protéger ? »)

- Octobre 2017 : Lancement du projet auprès des Terminales Finition à travers la visite commentée de plusieurs monuments aux morts de la ville de Riom par M. Oziol. Il s’agit pour les élèves de découvrir les enjeux de mémoire transmis par ces éléments architecturaux de l’espace public riomois tout en identifiant les éléments symboliques gravés dans la pierre : les représentations de la République, de la victoire, de la mort…

Les éléments ont été relevés sous la forme de croquis afin que les élèves puissent se construire un univers mental et pouvoir réfléchir puis proposer des éléments de décoration pour les tentures à réaliser pour le décor.

- Octobre 2017 / janvier 2018 : Mme Lila Senore, professeure d’arts appliqués coordonne la production des casques en papier mâché par les élèves. Les différents modèles portés par les belligérants en 1914-1918 servent de sources d’inspiration.

Dans le cadre de l’oratorio chaque casque symbolise un soldat mort à la guerre. D'abord rehaussés sur des sacs en toile de jute durant l’interprétation de la pièce musicale, ils seront ensuite transmis de choristes en choristes, lors de l’appel aux morts prévu à la fin de l’oratorio (cf. Annexe 4 Fiche pédagogique Lila Senore).

- Février / mars 2018 : Mme Delphine Trapenat, professeur d’arts appliqués, coordonne la réalisation des tentures.

À partir des croquis réalisés en début d’années lors des visites de monuments aux morts de Riom, puis de l’écoute de l’enregistrement de l’Oratorio, les élèves choisissent des éléments qui sont dessinés sur les toiles en jute de 3,30 m de long par 1,30 m de large. Les motifs peints sont des impressions graphiques suscitées par l'univers de l'oratorio et les textes d'Isabelle Aboulker. L'ensemble sera ignifugé dans le respect des consignes de sécurité des salles de spectacle, et le support fabriqué dans les ateliers du lycée (cf. Annexe 5 Fiche pédagogique Delphine Trapenat).

- Juin 2018 : Représentation publique à Clermont-Ferrand, dans l’un des hauts lieux culturels de la ville.