Espace pédagogique > Ressources Pedagogiques > Deuxieme Degre > Le dossier pédagogique « l’Ain dans la Grande Guerre » des Archives départementales de l’Ain

Le dossier pédagogique « l’Ain dans la Grande Guerre » des Archives départementales de l’Ain

Dossier pédagogique « l’Ain dans la Grande Guerre », fiche 3 (détail).
© Archives départementales de l'Ain
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Réalisé dans le cadre du Centenaire de la Guerre de 1914-1918, le dossier pédagogique L’Ain dans la Grande Guerre propose une sélection d’archives pour étudier la Première Guerre mondiale, vue depuis l’Ain. Il constitue un éclairage local sur cette période, au travers des bouleversements vécus entre 1913 et 1921, dans un département éloigné du front. En lien avec les programmes scolaires, des thématiques offrent aux élèves l’opportunité d’étudier des documents inédits issus des Archives départementales de l’Ain et des archives des Soieries Bonnet.

À l’aide d’un personnage fictif, de reproductions d’archives, de questionnaires, d’une fiche activité et d’illustrations spécialement réalisées pour le dossier, les élèves du primaire au lycée pourront approfondir leur cours de manière ludique et concrète. L’objectif est de pouvoir s’approprier ce conflit lointain, d’en saisir toutes les composantes et d’en comprendre la portée locale.

Pour les enseignants, il constitue un outil de travail « clé en main », avec la possibilité d’utiliser les questionnaires imprimables en classe, mais aussi, de choisir parmi les documents annexes un éclairage complémentaire à un point du cours, d’introduire les notions ou le contexte par le biais de la correspondance du soldat, etc.

Les objectifs

Les objectifs de ce dossier visent à proposer des documents méconnus, sur le thème de la Première Guerre mondiale, qui traitent spécifiquement du département de l’Ain. Les documents ont été sélectionnés selon leur pertinence pour illustrer la thématique, mais aussi pour leur caractère parfois exceptionnel (documents rares, inédits), et surtout pour leur accessibilité, afin de permettre aux élèves de travailler au maximum sans l’aide de transcription. Une sélection de passages a toutefois été opérée dans certains documents, pour des questions pratiques et pédagogiques. Les thèmes retenus ont pour but de balayer tous les aspects du conflit, au-delà des questions liées au front et aux combats.

Le travail d’illustration réalisé par Jérôme Phalippou, associé au récit, offre une approche sensible aux élèves et place l’humain au cœur du processus d’appropriation de ce conflit.

La composition du dossier

Premièrement, 6 fiches thématiques sont proposées :

  • Les prémices de la guerre
  • Une guerre totale
  • La vie à l’arrière
  • Le quotidien au front
  • L’accueil des blessés (en partenariat avec Les Soieries Bonnet)
  • Et après ? Bilan et mémoire

Chacune des fiches comprend :

  • une lettre d’Emile, soldat parti au combat avec le 133e RI de Belley, ou de sa famille (récit fictif, librement inspiré des nombreuses lettres de poilus conservées aux AD de l’Ain). Cette correspondance introduit le thème à étudier.
  • Une illustration permettant de contextualiser les documents.
  • Un objectif pédagogique.
  • Un document principal accompagné d’une fiche « questionnaire » pour l’exploiter, ainsi que d’une fiche « corrigé ».
  • Des documents complémentaires, sur le même thème, accompagnés des notions essentiels pour les comprendre, ainsi que des pistes d’exploitation pour l’étudier avec les élèves.

Deuxièmement, le dossier contient une fiche activité :

"Où sont allés combattre les soldats de l’Ain ? La campagne militaire du 133e RI". À partir des jugements de décès des poilus du 133e RI morts pour la France il s’agit de reconstituer la campagne du régiment de Belley.

Enfin, une frise chronologique sert de repère aux élèves, elle rappelle les principaux événements de la guerre en Europe, et met aussi en avant des événements locaux ou liés aux différents régiments de l’Ain (23e, 133e, 223e et 333e régiments d’infanterie, 55e régiment d’infanterie territorial). L’élève peut s’y référer lors de son travail sur les documents.

Utilisation

L’exploitation des documents est globalement proposée pour les enseignants et élèves des collèges. Mais les questions restent suffisamment accessibles pour envisager un travail avec des primaires. Dans ce cas, nous vous conseillons de choisir seulement 2 ou 3 questions.

Des pistes d’approfondissement sont proposées pour les lycéens, sous la forme « Pour aller plus loin ». La fiche activité est exploitable par tous les niveaux, à conditions d’apporter de l’aide aux plus jeunes pour la lecture des documents.

Le récit du poilu Emile a vocation à accompagner les élèves dans leur approche de la thématique, il constitue la porte d’entrée à l’étude des documents.

Les fiches peuvent être utilisées en classe, en appui ou complément d’un cours. Elles peuvent aussi servir à préparer une séance pédagogique aux archives (visite, atelier) pour donner aux élèves l’accès aux documents originaux.

Le dossier est téléchargeable dans son intégralité sur le site internet des Archives.

Il est également disponible en version papier, tout comme les corrigés, sur simple demande auprès des Archives.

 

Exemple d’exploitation d’une fiche

Séance de travail d’1h30, avec des collégiens, fiche 3 « La vie à l’arrière »

Les élèves commencent par la lecture de la lettre qu’Emile reçoit de sa femme Edith.

« 8 octobre 1917

Mon cher Emile,

Après ton départ, Gaston a beaucoup pleuré, c’était dur pour moi aussi, je me console en me rappelant le bonheur de t’avoir vu en bonne santé. Je me fais du souci, on entend tellement de malheurs ici, pas  une semaine sans mauvaises nouvelles de l’un de nos soldats, d’un père, d’un mari. Mais il faut tenir. Je suis allée au marché lundi, le pain a encore augmenté et il n’y avait plus de beurre. Je n’ai pas acheté beaucoup, même si j’aimerais parfois voir Gaston manger un vrai repas. Il m’aide beaucoup : on a passé toute la semaine dernière aux champs, la récolte n’est pas très bonne, mais c’est déjà ça. Certains commencent à se plaindre, Jeanne a même écrit au maire, elle doit fournir presque tout son foin pour le ravitaillement, ses bêtes n’auront plus rien cet hiver ! A Bourg, ta sœur Martha a commencé à travailler à La Tréfilerie, ils ont besoin de monde. On t’embrasse tous très fort. Edith. »

Deux documents sont ensuite proposés à l’étude (un groupe travaille sur le document 1, l’autre sur le document 2 puis on amorce un temps d’échange entre groupe).

Les élèves disposent chacun d’une frise chronologique, d’une reproduction du document à étudier, du questionnaire et du vocabulaire nécessaire à la compréhension.

Le document 1 traite du poids des réquisitions de foin pour une femme de l’Ain gérant sa ferme. Le document 2 évoque les soucis d’approvisionnement et de gestion quotidienne d’un établissement d’accueil d’orphelins.

Questionnaire pour le document 1 (lettre de Mme Bourgois au préfet de l’Ain, Crottet, 28 août 1918) :

Source :

Nature du document :

Thème : entourer la ou les bonnes réponses

réquisitions de l’armée - privations - la vie chère - mutinerie

Auteur :

Destinataire :

Date :

  1. Quelle est la situation familiale de l’auteure ? Que possède-t-elle pour vivre ?
  2. À qui est destiné le foin ? À quel usage ?
  3. Que dénonce cette femme dans le document ?
  4. Qui sont les « profiteurs de la guerre » ? Justifier votre réponse.
  5. Pourquoi peut-on dire que cette femme est courageuse (2 réponses attendues) ?

Synthèse : Journaliste en visite dans l’Ain en 1917, vous rédigez un court reportage décrivant vos découvertes sur la vie à l’arrière.

Après le travail de synthèse, de correction et de mise en commun, on peut élargir la thématique et explorer des sujets connexes grâce aux documents complémentaires de la fiche. Ici, on montre aux élèves l’affiche « Aux femmes françaises » pour aborder le rôle des femmes, puis un article de presse relatant l’arrivée des réfugiés de Belfort à Bourg-en-Bresse en 1914, et enfin un document évoquant les modifications de fonctionnement des Usines des Soieries Bonnet, de Jujurieux, durant le conflit.