Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Verdun 2016 : histoire et mémoire

Verdun 2016 : histoire et mémoire

Le village franco-allemand de « Verdun 2016 »
© Mission du Centenaire
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Invités à participer aux cérémonies marquant le centenaire de la bataille Verdun, les élèves de 3e du collège Foch ont mis à profit les compétences acquises dans le cadre de l’atelier-vidéo de l’établissement pour réaliser un documentaire, consacré aux rapports entre les aspects historiques et mémoriels liés à cet événement.

La présence sur le site d’historiens, de personnalités officielles et d’artistes a rendu possibles de passionnantes discussions et de précieuses interviews.

Au fil de ce documentaire, trois grandes questions sont abordées.

Qu’en est-il, tout d’abord, de la réalité de la bataille pour les deux camps, et des modalités de son inscription dans l’histoire des deux pays ? Dans une interview croisée, les historiens Nicolas Patin et Arndt Weinrich rappellent que, dès l’origine et dans l’immédiat après-guerre, la bataille a revêtu des significations différentes en France et en Allemagne : outre-Rhin, avant de faire l’objet d’une récupération à l’époque nazie, elle n’est longtemps « qu’une bataille parmi d’autres ». Olivier Verdier, professeur d’histoire, aborde quant à lui la question du rôle stratégique joué par la ville.

Les interventions de Samuel Hazard, maire de Verdun, de Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, et de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire, viennent attester l’importance durable de Verdun dans l’imaginaire français. Les témoignages d’une lycéenne allemande, de Pierre-Louis Basse, conseiller auprès du Président de la République, et du cinéaste Volker Schlöndorff rappellent qu’elle s’est aussi inscrite, à travers les générations, dans les mémoires intimes des familles.

Le grand cinéaste, animé par un idéal européen, tourné vers la vie, la jeunesse et la réconciliation, évoque à la fin du film, la conception du spectacle qu’il a mis en scène et que Marc Bogaerts a chorégraphié.

>> Voir le documentaire